Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Quarts
  3. // Brésil-Belgique (1-2)

Le Ney' enfariné

Scruté plus qu'attentivement pendant tout le Mondial, Neymar est donc finalement arrivé au bout du chemin en quarts de finale. Une déception sportive qui l'empêche de faire taire ses détracteurs, particulièrement actifs à tort ou à raison pendant toute la compétition.

Modififié
Comme il y a quatre ans, Neymar Jr quitte donc la Coupe du monde à l’issue des quarts de finale. Pas sur civière cette fois, mais avec la tête basse et la mine déconfite. Avec la tronche d’un joueur déçu et surtout résigné par la tournure qu’ont pris les événements, impossibles à maîtriser et à renverser pour lui. Ce 6 juillet 2018, au fin fond du Tatarstan, à la Kazan Arena, le prodige brésilien a pourtant tout tenté, ou presque, pour ramener son Brésil à hauteur d’une Belgique qui était loin d’être intouchable.


Comme un symbole, Neymar a été celui qui a baissé les armes en dernier avec cette frappe sous la barre que Courtois s’est empressé de claquer en corner. Un baroud d’honneur qui met donc un point final à ce Mondial russe. Décisif lors de trois des cinq matchs disputés par la Seleção, auteur de deux buts et de deux passes décisives... C'est simple : à chaque fois qu’il n'a pas forcé la décision, le Brésil a trébuché. Mais malgré l’évidence de ce leadership qu'avait voulu dès le départ le joueur du PSG, ce sont encore les excès de la star qui ont été mis en avant.

Roulez jeunesse !


À l’opposé de N'Golo Kanté, qui fait figure de gendre idéal, timidement attachant et travailleur faisant craquer tout le monde, Neymar a pris de nombreux tacles tout au long de la compétition. Sur le terrain d’abord, en subissant une quantité de fautes incroyables comme il commence à en avoir l’habitude. Mais surtout beaucoup en dehors. Ses pleurs face au Costa Rica, son altercation avec Thiago Silva... Tout a encore été décortiqué et analysé à l'extrême. Sa facilité balle au pied mêlée plus d'une fois à de l'arrogance n'ont pas aidé, donnant pas mal de grain à moudre à ses détracteurs.


Avant ce quart de finale face à la Belgique, il a été reproché à Neymar de trop se rouler par terre, de faire du cinéma, d’en rajouter. Chaque jour a vu son lot de critiques plus ou moins justifiées, avec par exemple ce vendredi un message des secours portugais utilisant les « simulations du Brésilien » pour faire baisser le nombre d’appels du 112. Avant ce quart, c’était la télévision suisse qui avait calculé que l’ancien du Barça avait passé « treize minutes et cinquante secondes » au sol depuis le début du Mondial. Comme si chaque pays voulait rivaliser d'ingéniosité et s'approprier un peu de lui.



Au-delà du rire et de l'énervement, il y a eu aussi pas mal d'attaques ad hominem qu'il a dû encaisser. Comme à la fin de Brésil-Mexique, lorsque le sélectionneur mexicain Osorio parlait de lui comme d’une « honte pour le football » . Ou bien quand Francis Lalanne et sa légitimité footballistique inégalable l'ont renvoyé dans les cordes avec la lettre ouverte « Marre de Neymar » .

Une occasion manquée de plus


Maintenant que le Mondial est officiellement terminé pour le Brésil, la question va désormais être de savoir ce qu'on va, ou ce qu'on veut retenir de Neymar. Les avis seront certainement divers et variés. Il y aura peut-être un peu de génie, un peu de frustration ou même de satisfaction de voir le Ney s'écrouler. Dans son cas, rien ne changera. Tout bonnement parce que ce lot de critiques et d'éloges fait partie de son quotidien, de sa manière de vivre hors du commun qui provoque envie et jalousie en ne laissant personne indifférent. Non, Neymar n'a qu'un sentiment ce soir : celui d'avoir raté une opportunité d'emmener le Brésil sur le toit du monde. Et de pouvoir, à titre personnel, rejoindre le cercle fermé des plus grands de son sport.



Par Andrea Chazy
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo



Dans cet article


Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti 1
Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 24 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 48