Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 26e journée
  3. // Udinese/Napoli

Le Napoli doit suivre le rythme

Ce soir, à 19h, le Napoli se déplace à Udine pour la suite de la 26e journée de Serie A. Au coup d’envoi, les Napolitains seront à sept points de la Juve, vainqueur hier de Sienne. L’objectif : revenir à quatre points, à quatre jours de la confrontation directe.

Modififié
Toutes les têtes sont déjà à vendredi soir. Le choc des chocs, le match de la saison. Napoli-Juventus. Un rendez-vous que tout le monde attend à Naples, mais aussi dans toute la Botte. Oui, sauf qu’attention. Choc il y aura si et seulement si le Napoli revient à portée de tir de la Juventus. Avec sept points de retard, cette rencontre ne servirait pas à grand-chose, à part éventuellement à revenir à quatre longueurs. En revanche, si Naples aborde cette confrontation directe avec un retard de quatre points, c’est une toute autre affaire. Et comment faire pour être à quatre points ? Tout simplement en s’imposant ce soir, à Udinese. Enfin, tout simplement, entre guillemets. Car venir gagner à Udine n’a rien de simple. Déjà, parce que Naples reste sur quatre matches sans victoire (deux nuls en Serie A, deux défaites en Europa League), et parce que l’Udinese, à domicile, est une sacrée machine. Cette saison, elle ne s’est inclinée qu’une seule fois au stadio Friuli (face à la Juve, début septembre) et reste sur onze matches sans défaite, dont quatre victoires de rang, et non des moindres, face à l’Inter ou la Fiorentina. Bref, pour venir gagner dans l’antre de Di Natale, il va falloir sortir le tout meilleur Napoli. Surtout lorsque l’on sait que Naples ne gagne plus à Udine depuis 2007.

Onze points de plus que l’an dernier

L’Udinese n’est d’ailleurs pas un très bon souvenir pour le Napoli. Lors de la saison 2010-11, Naples réalise un championnat extraordinaire, avec la ferme intention d’aller disputer le Scudetto au Milan AC. Alors qu’ils ne sont qu’à trois points du leader, et qu’ils restent sur quatre victoires de rang, les Napolitains se font surprendre au San Paolo par l’Udinese. Des buts d’Inler (qui rejoindra le Napoli quelques mois plus tard) et de Denis (qui avait quitté le Napoli quelques mois plus tôt), pour mettre définitivement fin aux rêves de titre. Mais aujourd’hui, ce rêve est remonté à la surface. Naples réalise une superbe saison, et Walter Mazzarri a même pris la décision (subtilement, hein) de se faire sortir de l’Europa League pour pouvoir jouer le championnat à fond. Sûrement à cause de cette phrase d’Arrigo Sacchi, qui affirme qu’une participation à l’Europe peut faire perdre entre 8 et 15 points en championnat. On ne peut pas franchement lui donner tort. L’an dernier, le Napoli avait joué à fond la Ligue des Champions (équipe-type alignée à chaque match). Résultat : au bout de 25 journées, la formation partenopea comptait 40 points au classement.

Cette saison, elle a clairement fait passer l’Europa League au second plan (équipe-bis régulièrement alignée, qualification à l’arrache, puis élimination) mais affiche 51 points au compteur après 25 tours, soit onze de plus. Or, comme la Juve va continuer son parcours en C1 (quelqu’un veut-il vraiment miser sur une victoire 4-0 du Celtic à Turin ?), Naples sait qu’il y a un coup à jouer. Mais pour jouer ce coup, Mazzarri va devoir trouver la solution à un problème récurrent : l’inconstance. Depuis le début de la saison, son équipe alterne les séries positives et négatives. Depuis début novembre, elle a enchaîné une série de sept matches sans défaite, puis quatre revers consécutifs, puis à nouveau six matches sans défaite, et désormais quatre matches sans la moindre victoire. Des résultats en dent de scie qui ne sont pour le moment pas suffisants pour faire réellement trembler la Juve. Une Juve qui tremblera uniquement si Naples réalise deux énormes performances lors de ses deux prochaines rencontres. Car un point d’écart, ce n’est plus du tout la même histoire.

Des buteurs en mal d’inspiration


Les cinq jours blanc et noir du Napoli commencent donc ce soir. D’abord l’Udinese, puis la Juventus. Pour ce premier rendez-vous de la semaine, Walter Mazzarri va évidemment aligner sa meilleure équipe. Hamsik et Cavani, préservés jeudi soir en République Tchèque, seront titulaires. L’Uruguayen est en manque de confiance. Il ne marque plus depuis 410 minutes, quasiment un record depuis qu’il porte les couleurs napolitaines. Forcément, quand lui ne marque pas, c’est tout le secteur offensif du Napoli qui est galère : sur les quatre dernières rencontres officielles, Naples n’a marqué qu’un seul but. Et ce but a été inscrit par un défenseur, Campagnaro. Un comble, lorsque l’on sait que le deuxième de Serie A vante actuellement la troisième meilleure attaque du tournoi, derrière la Roma et la Juve. Le coach pense même à un trio Hamsik-Insigne-Cavani, avec Pandev sur le banc. Les solutions ne manquent pas, mais il ne faut pas se planter.

Car l’Udinese sait comment emmerder ses adversaires dans sa forteresse du stadio Friuli. Une Udinese qui est actuellement neuvième du classement, et qui n’a plus de temps à perdre si elle veut encore rêver d’Europe. Hier, la Roma et Catane, les deux équipes qui la précèdent au classement, se sont imposées. Raison de plus pour ne pas prendre de retard, et recoller au peloton européen. Comme Cavani, le buteur maison de l’Udinese, Toto Di Natale est en mal de buts ces derniers temps. Après deux doublés consécutifs contre l’Inter et la Fiorentina, le double meilleur buteur de Serie A (2010 et 2011) n’a plus trouvé le chemin des filets lors des cinq rencontres suivantes. Or, en général, lorsqu’il voit le bleu du Napoli, Toto se déchaîne. Dans sa carrière, il a déjà inscrit huit pions contre les Azzurri, dont deux triplés (saison 2009/10 et 2010/11). Concentration requise, donc, pour une défense napolitaine qui sera privée de Gamberini, blessé, et qui alignera donc un trio Campagnaro-Cannavaro-Britos. Bref, Naples a une victoire à aller chercher. Après quoi, et seulement après quoi, l’armada napolitaine pourra penser à la partitissima de vendredi soir contre la Juve. On a déjà hâte d’y être.

Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:00 Drame de la rue d’Aubagne : Mbappé va rencontrer le fils de l'une des victimes 80

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 10:45 Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 70