Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // 1/2 finale
  3. // Brésil/Allemagne

Le mauvais œil

Les yeux sont si cruels que, parfois, ils envoient des images qu'on ne devrait pas voir. Pour ce Brésil-Allemagne, on avait prévu du bonheur et de l'amour, on eut de la mort et de la pornographie.

Modififié
Peut-être, hier soir, eut-il fallu éteindre la télévision et tourner le dos à ce spectacle insoutenable. Il y avait certainement quelqu'un à qui l'on manquait quelque part, quelqu'un à qui on n'avait pas donné de nouvelles depuis des mois et qui attendait notre coup de fil comme on attend un revenant. Il devait bien y avoir, autour de nous, quelque part, quelqu'un à aimer, quelque chose à fêter, une bonne raison de se servir un Bourbon qui délacerait les jambes, un verre de Bordeaux qui stimulerait la rêverie. On se serait ensuite étendu sur un canapé pour penser un peu aux vacances qui approchaient, aux couchers de soleil qui nous attendaient. Une telle quantité de choses était arrivée depuis un mois qu'on avait oublié le cours lent et délicat de la vie normale. Cette existence quotidienne ignorait les liturgies envahissantes d'un Mondial qui avait, jusque-là, absorbé le moindre espace vide de nos destinées laborieuses. Ces moment gagnés sur l'absurde eurent été l'occasion d'évoquer le temps passé ou de rêvasser. Pourtant, nous ne l'avons pas fait. Nous avons regardé.

L'œil qui colle


Un œil est plus vaste qu'on ne pense : « Qui croirait qu'un si petit espace peut contenir les images de l'univers entier ? » Hier soir, Léonard de Vinci (Traité de la peinture) aurait peut-être aimé cette mythologie télévisuelle. Il l'aurait peinte pour la détailler un peu plus, pour en décomposer tous les ingrédients et énumérer la quantité exacte de sauvagerie qu'il nous avait fallu supporter pour rester assis devant un tel spectacle. Nous avions déjà oublié les couleurs ingénues des scores qui se succédaient et des tours qui avançaient dans un Mondial qu'on avait du reste trouvé plutôt plaisant jusqu'à hier soir. Agréable à regarder, même. Il ne restait que quelques histoires à résoudre avant d'en tirer enfin le rideau : verrait-on Messi, une bonne fois pour toutes, devenir le nouveau Maradona ? La Hollande prendre enfin sa revanche sur son destin de damnée ? L'Allemagne devenir la nouvelle Espagne ? Le Brésil aller au bout de sa mission ? Mais dans cette demi-finale, nos yeux virent autre chose. Tout à coup, il devint impossible de les décoller du trou de la serrure, de ne pas voir ce qui aurait dû rester caché. Il était devenu impensable de ne pas assister à cette deuxième mi-temps. Dès la pause, on avait déjà qualifié cette défaite d'historique alors qu'elle n'était qu'inexorable. Assis devant nos écrans jusqu'à la fin de ce spectacle morbide, sans voix, on s'offrait un dernier sacrifice héroïque, à l'œil.

L'œil qui brûle


Dès le premier but, le spectateur avisé avait pourtant compris que quelque chose n'allait pas. Comment expliquer rationnellement que Thomas Müller se planta ainsi au milieu de la surface de réparation, à deux mètres de David Luiz, sans absolument aucun marquage et qu'il inscrivît ainsi ce premier but sans aucune adversité ? Y a-t-il des entraîneurs sur Terre qui pardonneraient cette erreur à leur capitaine ? Y a-t-il dans l'histoire un joueur professionnel qui se laissa plus berner que David Luiz par les mouvements d'un attaquant dans une surface de réparation ? L'homme qui avait présenté aux yeux du monde le maillot vide de son camarade Neymar avant le match disparut à son tour. Devant lui, Fernandinho ne fut pas à la hauteur de cette absence et manqua absolument tous ses contacts avec ses homologues allemands. Sur le deuxième but, c'est son interception complètement manquée sur une passe du Diable Müller (numéro 13) qui déséquilibra toute la défense brésilienne. La quatrième balle qui entra dans les filets passa à nouveau par le pied maudit de Fernandinho. Le reste ne fut qu'une pénible succession de signes et de sanctions cabalistiques. Le moindre espace délaissé fut châtié d'un but allemand. Il y en eut sept. Comme les jours de la semaine, comme les trompettes de l'Apocalypse, comme le nombre de branches au chandelier. Ce match était une malédiction.

L'œil qui tombe


On retrouva David Luiz quand la douloureuse cérémonie se termina enfin. Encore une fois, il avait des larmes dans les yeux. Encore une fois, il braillait comme un enfant sous le nez de ses parents occupés, réclamant encore plus d'attention. Il suppliait qu'ils le consolent, invoquait la pitié de ces millions de visages foudroyés par la peine. Il pleurait devant eux pour ne pas qu'ils l'engueulent, pour montrer que, comme eux, lui aussi avait été dévasté. Mais ils ne répondirent à aucune de ses prières. Ces figures restèrent immobiles, incrédules, comme pétrifiées. Il était trop tard maintenant. Il fallait se rendre à l'évidence, la Méduse qui les avait changés en pierre, c'était lui. Le monstre aux cheveux de serpent en voulut donc à ses satanés yeux exorbités. Tout était de leur faute. Il mit ses poings sur son visage et frotta ses globes une fois, deux fois, trois fois, comme s'il avait voulu les faire sortir de leur cavité, les piétiner sauvagement et les punir ainsi d'avoir sculpté pour toujours l'image de ces silhouettes inconsolables dans les mémoires de millions de téléspectateurs. Soixante-quatre ans après le Maracanazo, il était le capitaine échevelé de l'équipe qui venait de subir la plus lourde humiliation de l'histoire de la Coupe du monde. Le Brésil ainsi statufié, il n'en croyait plus ses yeux, c'était du jamais vu, du jamais regardé. Nous aurions pu nous aussi détourner le regard ou nous arracher les yeux. Mais nous ne l'avons pas fait. C'est que nos cœurs aussi étaient de pierre. La Méduse avait gagné.

Par Thibaud Leplat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure Dhorasoo a lui aussi eu une altercation avec Ribéry 42
Hier à 15:45 Harry Redknapp au casting d'une télé-réalité en Angleterre 21

Le Kiosque SO PRESS

Hier à 12:59 Entraîneurs de Premier League : une stabilité inédite 22
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:52 René Girard à Casablanca, c'est déjà fini 14