Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Bucaramanga-Santa Fe

Le match que vous n'avez pas regardé

Au menu du championnat colombien, un Maxi Best Of saveur argentine. Mais aussi un arbitre international qui perd les pédales et une fin de match électrique. C'est le match que vous n'avez pas regardé entre l'Atlético Bucaramanga et Santa Fe.

Modififié

Atlético Bucaramanga 2-1 Santa Fe

Buts : Núñez (77e et 86e) pour Bucaramanga // Arango (73e) pour Santa Fe

Statufié dans toute la Colombie, Simón Bolivar est l’icône populaire à l’origine de l’émancipation de nombreux peuples sud-américains du joug colonial. Mais l'homme ne serait pas devenu « El Libertador » sans l’appui de son général, puis vice-président, Francisco de Paula Santander, décisif lors de la bataille de Boyaca en 1819 contre les Espagnols. Deux siècles plus tard, les lettres « ​​Santa​​nder » barrent la tribune d’honneur du stade de Bucaramanga, la capitale de la région du... Santander, l'autre berceau de l'indépendance colombienne.

Des Léopards en liberté et un rugbyman perdu


À Bucaramanga, non seulement chaque match de l’équipe locale est précédé de l’hymne national, mais l’hymne de Santander résonne aussi pour rappeler aux adversaires du jour – en l’occurrence ce dimanche 7 avril, ceux de Santa Fe – l'histoire de cette terre de l’est de la Colombie : « Nous portons le sang de la liberté. » À défaut de pouvoir glorifier un quelconque palmarès, puisque l’Atlético Bucaramanga n’a jamais remporté de titre de champion – contre neuf pour Santa Fe, l'équipe de Bogota, qui fut d’ailleurs sacré à l'issue du premier championnat professionnel colombien en 1948.



Avec une parade chacun, les gardiens s’occupent de lancer cette rencontre de bas de tableau. Fausse joie en tribune à la 7e minute : Bucaramanga marque à la suite d’un corner, mais le but est logiquement refusé pour une faute de main du buteur. La suite de la première période ? Pas grand-chose de croustillant jusqu’à ce que le portier des Léopards de Bucaramanga, Nelson Ramos, traverse le terrain pour frapper un coup franc direct sur le gong de la mi-temps. Verdict : dans le mur – et il ne méritait rien d’autre avec sa course d’élan aussi molle que celle d’un demi d’ouverture de Pro D2.

L'entrée de Maxi Núñez


Pas de but à la pause. Qu’à cela ne tienne, au retour des vestiaires, les excités de la barra brava font tomber le T-shirt et dégainent les tifos aux couleurs jaune et verte des Bucaros. Au fil des minutes, un constat s’impose : le geste technique le mieux maîtrisé est le découpage de semelles. Un voisin de tribune habillé d’un maillot de la sélection nationale n’arrête pas de pourrir l’avant-centre paraguayen Roque Caballero, et bientôt toute la tribune s’accorde pour insulter le numéro 9 de l’Atlético, qui a la mobilité d’un réfrigérateur combiné devant la surface adverse. Est-ce lui qui est enfin appelé à céder sa place à la 76e minute, alors que l’ouverture du score d’une frappe croisée du nouvel entrant de Santa Fe, Johan Arango, vient de plomber l’ambiance ? Non !



Ce n’est pas le 9, mais le 8 qui sort. À savoir le Panaméen Gabriel Gómez, le premier joueur de l’histoire de l’Atlético Bucaramanga à disputer une Coupe du monde, l’été dernier en Russie. Mais qui avait surtout l’air, ce dimanche, d’un vieux Monsieur proche de la retraite. 76e minute, donc : l’Argentin Maximiliano Núñez remplace le capitaine Gómez alors que son équipe est menée 1-0. 77e minute ? Ce héros de Núñez glisse le cuir entre les jambes du gardien, sur une remise de Caballero, parfait sur ce coup. Égalisation de Bucaramanga ! Le début de cinq minutes d’émotions en forme de montagnes russes.

Ils me font douter, ces Colombiens...


Núñez et ses coéquipiers ont déjà eu le temps de célébrer avec les supporters, l’arbitre assistant est déjà reparti vers le centre du terrain, bref, le jeu va reprendre. Sauf que l’arbitre central semble faire le geste désignant le recours à la VAR, avant de pointer la surface comme pour indiquer une remise en jeu au gardien... Une dinguerie, puisque la VAR n’est pas en vigueur dans le championnat colombien !


Si ce n’était pas pour faire appel à la VAR, que signifiait le geste de l’arbitre international qui a officié lors de deux rencontres du dernier Mondial ? Mystère ! Toujours est-il qu’après un moment de confusion absolue, Wilmar Roldán décide finalement d'accorder le but une deuxième fois. Bucaramanga : 1 ; Santa Fe : 1.

La tension est palpable. À la 86e, Sante Fe se procure un corner : complètement foirée, la frappe termine directement derrière la cage du gardien. Vif, ce dernier s’empresse de lancer son latéral gauche. Le début d’une contre-attaque éclair : une remontée de balle et deux passes plus tard, l’intenable Maxi Núñez allume un pétard au premier poteau et fait trembler les filets. 2-1 pour l’Atlético. Et parce qu’un doublé ne lui suffit pas, l’Argentin court encore au pressing comme un dératé au bout du temps additionnel. On appelle ça un Maxi Best of. Et Bucaramanga s'en régale.

Vidéo


Par Florian Lefèvre, à Bucaramanga
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE

il y a 7 heures L'UEFA pourrait retirer la finale de la C1 à Istanbul 31
il y a 7 heures Guendouzi dans la liste des 20 nommés pour le Golden Boy 2019 14
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
il y a 11 heures Cenk Şahin « libéré » par Sankt Pauli après avoir soutenu l'armée turque 62
À lire ensuite
Gauvin d'honneur