Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 57 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Marseille-Reims (0-2)

Face à Reims, le Marseille nouveau se flingue à l'ancienne

Il y a deux ans, Boulaye Dia jouait en National 2. L'année dernière, Marseille pataugeait dans le marasme. Aujourd'hui, l'un a laissé l'autre dans le pétrin (0-2), s'offrant à lui et à son Stade la perspective d'un avenir doré. Trajectoires croisées ? Même pas, puisque de trajectoire l'OM n'en a pas, plongé dans l'immobilisme.

Modififié

Olympique de Marseille 0-2 Stade de Reims

Buts : Dia (58e), Suk (90e) pour Reims

On l'attendait, cette première ! Un entraîneur séduisant et un effectif stable pour la sortie inaugurale : alors, nouvelle saison pour nouveaux objectifs ? Au risque de se précipiter, la réponse est oui : oui, le Stade de Reims a tout pour faire mieux que confirmer son bel exercice passé ! Des joueurs, un collectif et des idées, la team Guion a quelque chose en elle. Ah, et l'OM ? Disons que les ouailles de Rudi G... pardon, André Villas-Boas, ont souffert de la comparaison avec leurs visiteurs de l'après-midi. Pourtant, eux aussi s'avançaient avec un effectif inchangé. Et c'est bien là le plus inquiétant : quelle que soit la voix sur le banc, le jeu reste aussi triste qu'une garrigue calcinée. Et encore, pompier Mandanda a retrouvé l'usage de sa grosse lance.

Souviens-toi l'été dernier

Plus de Balo et pas encore de Dario devant, mais une nouvelle sono pour cracher l'éternel Van Halen et une ambiance pleine d'espoir au coup d'envoi fictif donné par Mamadou Niang. Sauf que ce sont les Rémois qui envoient du jeu d'entrée, avec un joli triangle Dia – Dingomé – Doumbia qui oblige Mandanda à montrer les pecs dès la deuxième minute. Premier mouvement d'un acte mené en vieux routiers par les partenaires de Romao, entre sérénité individuelle (Hassane Kamara à gauche, patron) et intelligence collective. C'est encore Mandanda qui doit éviter la punition sur une belle frappe en angle fermé de Dia après la demi-heure. Ou Caleta-Car qui peut remercier M. Brisard de son indulgence avant la pause, alors que le contact en dernier défenseur sur Dia avait la couleur du rouge. Derrière, seule recrue sur le pré au coup d'envoi, Predrag Rajkovic rend hommage à Andreas Köpke d'une sortie autoritaire des poings sur le premier corner olympien. Plus ou moins tout ce qu'il aura à faire pendant 40 minutes.


Forcément, puisque l'OM joue sans idée. Peu de pressing, pas de mouvement et aucun soutien, les banderilles sont molles et trop souvent lancées dans l'axe du bloc rémois, dans un fauteuil pour écarter les Olympiens comme des mouches. Brouillon, Sanson qui flingue un contre au quart d'heure de jeu. Fantôme, Payet coincé à gauche. Déséquilibré, Strootman très haut, trop haut. Cartonné, Kamara à la faute sur Doumbia à la demi-heure. Perdu, Radonjic bien loin d'un Thauvin. Et Germain ? Rien, tout simplement. En résumé, l'OM nouveau ne nous offre que deux plaisirs : Mandanda qui a retrouvé le mode d'emploi de son poste et le souvenir de l'été 2018, quand les bulles de la deuxième étoile pétillaient encore dans les yeux.

Retour vers le passé

Mais ça va aller mieux, ce n'était qu'un retard à l'allumage ! C'est du moins le message envoyé par Payet (première frappe cadrée, 53e) et surtout Strootman, en même temps qu'une sacoche, seul face à Rajkovic, sur l'arête visiteuse. Las, l'encre n'est pas sèche que tout est déjà à jeter à la poubelle. Parce qu'en matière de mot d'amour, Boulaye Dia n'a pas besoin de brouillon sur l'action suivante. Percussion, relais soyeux avec Dingomé, conclusion en force, tout est bon dans ce pion (0-1, 58e). L'OM est mené, il faut réagir. Radonjic sort pour Sarr (spoiler : ça ne changera rien) et surtout, un quart d'heure plus tard, Benedetto remplace Germain (breaking : sous les sifflets). Il faut que tout change pour que rien ne change : à peine plus dangereux, l'OM se fait finalement punir à la dernière minute. Par qui ? Par Dia pardi, cette fois à la passe pour foutre le Suk en orbite et dans le Vélodrome (0-2, 90e). On y est : défaite à domicile, chants hostiles et sifflets. Marseille, bienvenue dans le passé.



Marseille (4-3-3) : Mandanda - Amavi, Caleta-Sar, Kamara, Sakai - Luiz Gustavo, Strootman, Sanson (Chabrolle, 73e) - Payet, Radonjic (Sarr, 59e), Germain (Benedetto, 73e). Entraîneur : André Villas-Boas

Reims (4-2-3-1) : Rajkovic - Kamara, Abdelhamid, Disasi, Foket - Romao, Chavalerin - Doumbia (Suk, 78e), Dingomé (Mbuku, 73e), Oudin (Konan, 85e) - Dia. Entraîneur : David Guion.


Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 18:00 Paul-Georges Ntep débarque à Keyserispor 14
Hier à 17:05 Shaun Wright-Phillips raccroche les crampons 4
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE