Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lille-PSG (5-1)

Le LOSC humilie le Paris Saint-Germain

Paris avait l'espoir d'être sacré sur le terrain de son dauphin, il a plutôt pris une énorme claque face à des Lillois décomplexés et profitant au maximum de la tension dans les rangs adverses. Dommage que l'écart soit si important : la prestation servie par les Nordistes aurait pu permettre d'offrir un superbe sprint pour le titre. Pour une prochaine ?

Modififié

LOSC Lille 5-1 Paris Saint-Germain

Buts : Meunier (7e, CSC), Pépé (51e) Bamba (65e) et Gabriel (71e) et Fonte (84e) pour le LOSC // Bernat (11e) pour le PSG

« L'an passé, j'ai échoué parce que j'ai fait l'erreur de ne pas boire assez et je n'ai fait que quinzième. Il y a un processus d'apprentissage : la première fois ici, j'étais perdu, je ne savais pas où aller. Cette fois, je connaissais le parcours par cœur, je savais à quoi ressemblait chaque pavé. » Ces paroles ont été prononcées ce dimanche par le coureur belge Philippe Gilbert, vainqueur de son premier Paris-Roubaix. Mais elles auraient très bien pu être celles de Lillois, qui avaient craqué à l'aller dans les derniers instants du match (2-1), mais qui viennent cette fois de renverser un monument. Car Paris a vécu un vrai enfer, miné par les blessures en cours de match, l'expulsion de Bernat avant la mi-temps, mais surtout par l'irrésistible fougue lilloise qui connaissait parfaitement le parcours et les erreurs à éviter. Paris devra donc patienter avant de lever le trophée. Mais il devra aussi se remettre de cette claque. Le club de la capitale n'avait pas connu tel scénario depuis un déplacement à Sedan en décembre 2000. Philippe Bergeroo avait dû quitter son poste, Thomas Tuchel devra aussi se poser des questions.

L’enfer du Nord


En ralliant Paris à Lille avec l’objectif de couper enfin la ligne qui le séparait du titre de champion, Thomas Tuchel savait à quel danger son équipe allait s’exposer. Avec un effectif toujours diminué, l’Allemand s’attendait à se frotter à « une des meilleures équipes d’Europe pour faire des contres » et qui carbure à « la vitesse, l’énergie et le talent  » . D’où cette volonté de contrôler le match dès le début et imposer d’entrée un train soutenu. Consigne plus qu’appliquée au kilomètre zéro, quand Thomas Meunier s’infiltre dans la surface lilloise, prenant l’aspiration de Dani Alves, et trouve Kylian Mbappé seul devant la cage, mais hors jeu (2e). Pris à froid, le LOSC commence à faire tourner les jambes. Sur un ballon qui semblait être perdu, Nicolas Pépé continue son action, remet à Ikoné, qui centre vers Xeka. Le milieu saute plus haut que Dabga, effleure le ballon de la tête, mais celui-ci retombe sur le pied de Thomas Meunier, qui trompe son propre gardien (1-0, 7e).


Lille s’est échappé, mais ne fait pas le trou : la faute à un Paris qui réagit en patron. Ou plutôt à son leader Mbappé qui prend ses responsabilités pour recoller rapidement. Celui-ci sort vainqueur de son duel face à Koné, efface Xeka d’un sombrero et sert délicieusement au second poteau Juan Bernat qui convertit l’offrande du plat du pied (1-1, 11e). Le match commence décidément sur les chapeaux de roues, mais les premières crevaisons arrivent : Thiago Silva (15e), puis Meunier (23e) sortent tour à tour sur blessure. Si Moussa Diaby et Mbappé continuent de mettre la pression (24e, 34e, 35e), Juan Bernat perd les pédales. L’Espagnol est obligé de retenir par la manche un Pépé lancé dans la profondeur, et est logiquement expulsé en tant que dernier défenseur (36e). Le début de nombreuses frictions dans le peloton, notamment entre Verratti et Mendes, quand Mbappé aurait pu aussi prendre un rouge pour une mauvaise semelle, mais d’un second souffle pour les Dogues. Au ravito, Paris peut déjà se dire que la fin de l’étape peut être longue.

Un pavé dans la mare


Le plus dur commence donc, et Kehrer prend le soin de ne rien arranger en ne cadrant pas sa tête à bout portant sur un caviar de Paredes (48e). Lille sait qu’il tient là une chance et la saisira pleinement sur une interception de Thiago Mendes, actionnant le départ de la fusée nordiste : Bamba s’appuie sur Rémy, qui remet à Ikoné, avant d’envoyer plein axe Pépé défier et tromper Alphonse Areola (2-1, 51e). Paris montre des premiers signes de fatigue, Mike Maignan, très solide jusqu’ici, contient les rares coups de guidon, et le LOSC continue grand plateau, sans se retourner.


La stratégie est désormais claire : foncer, même si Pépé et Jonathan Bamba manquent de poids au moment d’enfoncer le clou. Chose qui sera faite grâce à la lecture de jeu d’un grand Jonathan Ikoné, qui donne sa troisième passe décisive de la soirée en lançant cette fois Bamba droit au but (3-1, 65e). Le stade Pierre-Mauroy peut enfin se libérer et regarder son équipe enchaîner les tours de vélodrome en roue libre. Sur un coup franc de Pépé, le défenseur central Gabriel bouffe Kimpembe et Kehrer (71e) avant que le crack lillois ne continue son festival en lâchant un corner sur le front de José Fonte, qui troue une nouvelle fois une défense parisienne aux abois (5-1, 84e). Théoriquement, Paris n'est pas champion et, vu le spectacle proposé ce soir, il peut juste être heureux d'avoir un matelas de 17 points et de pouvoir valider son titre mercredi à Nantes : car Lille aurait fait un sacré poursuivant dans le sprint final.



LOSC (4-2-3-1) : Maignan - Çelik, Fonte, Soumaoro (Gabriel, 45e+3), Koné - Thiago Mendes, Xeka (Soumaré, 68e) - Pépé, Ikoné (Rui Fonte, 66e), Bamba - Rémy. Entraîneur : Christophe Galtier.

PSG (3-4-3) : Areola - Dagba, Thiago Silva (Kehrer, 15e), Kimpembe - Meunier (Diaby, 23e), Paredes, Verratti, Bernat - Dani Alves, Mbappé, Draxler (Kurzawa, 85e). Entraîneur : Thomas Tuchel.


  • Résultats et classement de Ligue 1

    Par Mathieu Rollinger, au stade Pierre-Mauroy
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Le Kiosque SO PRESS

    Partenaires
    Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
    Hier à 17:00 Henry discuterait avec les New York Red Bulls 31 Hier à 12:50 L'ancien club de Weah au Liberia rétrogradé en D3 Hier à 12:15 La VAR sera introduite à partir des quarts à la CAN 2019 14
    À lire ensuite
    Les notes de Lille-PSG