Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Tottenham-Manchester City

Le joyau de la couronne

Après trois ans de travaux et plus d'un milliard d'euros dépensés, les Spurs verront enfin un match de Ligue des champions se disputer dans leur « Tottenham Hotspur Stadium » . Un bijou qui, s'il doit marquer le début de la nouvelle ère du club, pourrait aussi affecter négativement ses résultats sportifs. À commencer par cette saison...

Modififié

« I don’t care about the stadium. » Une main dans les cheveux, un regard dans le blanc des yeux, et un grand doigt d’honneur virtuel à ces questions annexes qui relèguent le sportif au second plan. Il faut dire que depuis quelques jours, on le cherche un peu, Kevin De Bruyne. Si son déplacement de ce mardi à Tottenham n’a rien d’un long périple, c’est pourtant en terre inconnue que s’avance Manchester City en quarts de finale aller de Ligue des champions. Et pas de peuple Van Gujjar ou de Koji au programme, on parle là d’un stade flambant neuf. À en croire ceux qui y ont déjà mis un pied, c’est presque s’il sent encore la peinture. La rumeur raconte même que l’on peut y croiser Valérie Damidot en train de frotter l’un des 773 urinoirs que compte l’écrin.

Car depuis le 3 avril dernier et la réception de Crystal Palace en guise d’inauguration (2-0), on ne parle que de cela : le Tottenham Hotspur Stadium serait sans conteste le « plus beau stade du monde » , chiffres à l’appui. Or, les chiffres, Kevin De Bruyne « s’en bat les couilles » . Les 62 062 places, deuxième plus grande enceinte d’Angleterre derrière Old Trafford, un détail. Une boutique de 2000 mètres carrés (record européen), un bar de 60m de long pouvant servir 10 000 pintes à la minute (qui a besoin de ça ?), un hôtel, un musée, une galerie d’art, un mur d’escalade géant, 32 ascenseurs, 1800 écrans de télé, 7 escalators, un restaurant étoilé... du chichi. Après trois ans de travaux, les Spurs accueillent ce mardi le premier match de Ligue des champions dans leur nouvelle pépite, précisément construit pour ces soirées.

Pari risqué ou premier étage de la fusée ?


Suite de la citation, pour y voir plus clair : « Je m’en fiche du stade, je m’intéresse à l’équipe que l’on va jouer. Tout le monde parle du stade comme si c’était quelque chose de spécial. Tout le monde a un stade. Tout le monde a des supporters. » Citation en forme de : « C’est à la fin du bal qu’on paye les musiciens  » , car aussi belle que soit la nouvelle enceinte à 1,16 milliard d’euros de Tottenham, le résultat du soir ne dépendra pas d’autre chose que des joueurs alignés sur la pelouse, une question devenue centrale depuis quelques mois pour les Spurs. Car comment financer une telle folie ? Si les citations grandiloquentes de Pochettino – « Chaque élément du THS est le meilleur que j'ai vu dans ma vie, on ne peut pas le comparer à quoi que ce soit d’autre. » – ne doivent pas être soumises au doute, certaines voix outre-Manche ne peuvent s’empêcher d’y voir un évident intérêt marketing. Leur porte-drapeau ? Rob Wilson, économiste du sport à l’université de Sheffield Hallam, dont le principal sujet d’étude depuis plus de quinze ans réside dans l’analyse de l’impact économique des évènements sportifs.



Interrogé par l’AFP et repris partout depuis, le bonhomme prédit qu’il est « fort probable que nous soyons confrontés à une situation de type Arsenal, dans laquelle les coûts de remboursement du stade seront la priorité dans les décisions financières » . Même constat et même référence pour Tom Cannon, professeur de management à l’université de Liverpool et chroniqueur régulier du Guardian et du Financial Times, qui ajoute que « les Spurs sont les moins visibles et connus à l’international » du Big Six anglais, le stade n’aidant en rien à la renommée et, par voie de fait, à la vente de produits dérivés. Car là est tout le nœud du problème : effectivement, l’Emirates Stadium construit entre 2004 et 2006 pour 700 millions d’euros (fourchette haute) avait obligé Arsène Wenger à adapter sa politique de recrutement. Et si, aujourd’hui, les seules loges du stade rapportent plus d’argent que la recette totale d’Highbury à l’époque, il a fallu passer par une décennie de pain sec, menu seulement préservé par les mannes financières découlant des qualifications obligatoires en C1. Et, coïncidence ou pas, Tottenham est le seul club du Royaume à n’avoir rien dépensé sur le marché des transferts lors des deux derniers mercatos, été comme hiver.

Dégraissage massif


Viens alors la question de l’effectif. L’Evening Standard a fait flipper tout Londres cette semaine en annonçant un « dégraissage massif » de l’équipe l’an prochain, citant Trippier, Aurier, Rose, Alderweireld, Janssen, Nkoudou, Llorente, voire Lamela et Sissoko comme étant sur la corde raide. Sans parler de Kane, convoité, et d’Eriksen, qui entre en juin dans sa dernière année de contrat. Le principal levier de remboursement de Tottenham reposant sur ses droits TV, et donc, en conséquence, sur ses performances, le club de Daniel Lévy ne pourra pas se permettre une année à vide. Et si le popotin de Pochettino repose pour l’instant sur le troisième fauteuil du championnat, il est à portée de tir d’Arsenal, Chelsea, et ManU, avec un déplacement prévu à l’Etihad. Et une seule victoire sur ses six derniers matchs... contre Palace. Heung-min Son : « Bien sûr que les joueurs de City ne réalisent pas l’importance de notre stade, ils jouent toujours dans le leur. Nous, on en a presque été écartés pendant deux ans. » Pas faux.


« Il va falloir sortir un lapin de son chapeau financier, estimait donc ce bon vieux Tom Cannon à l’AFP. Le stade a été conçu pour attirer des investisseurs richissimes. Ce genre d'investisseurs veut dépenser dans du glamour, pas dans des briques et du mortier. Cela pourrait être la solution miracle : un investisseur du Moyen-Orient, de Russie ou d’Asie. » Raison, aussi pour laquelle Citizens et Londoniens joueront au-dessus d’un terrain rétractable aux normes NFL, avec lequel le partenariat comprend deux matchs par saison sur les dix prochaines années, couplé à plusieurs rencontres des Saracens. Alors, en attendant de savoir quelle marque écopera du naming du stade, dont le club aimerait tirer 23M par saison (un record, évidemment), Tottenham pourra enfin profiter en paix de ses tireuses à bière ultra-performantes. Pour noyer son chagrin ou célébrer sa joie, ça, ça reste à déterminer.

Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C1 - Quarts de finale - Tottenham-Manchester City




Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:00 Henry discuterait avec les New York Red Bulls 28 Hier à 12:50 L'ancien club de Weah au Liberia rétrogradé en D3 Hier à 12:15 La VAR sera introduite à partir des quarts à la CAN 2019 14
À lire ensuite
Le City de la défense