Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // CAN 2012
  2. // Le jour où
  3. // 12 février 2012

Le jour où la Zambie est devenue reine d'Afrique

Cet hiver, au Gabon, le sélectionneur du Maroc Hervé Renard a manqué la passe de trois : remporter trois fois la Coupe d'Afrique des nations avec autant de sélections différentes. Il y a eu la victoire avec la Côte d'Ivoire en 2015, et puis le premier sacre, si symbolique, à la tête de la Zambie. C'était il y a tout juste cinq ans.

Modififié
Ils s’appelaient David Chabala, Samuel Chomba, Derby Makinka, Wisdom Mumba Chansa, Winter Mumba... Le 27 avril 1993, ils font partie des trente victimes du Vol 319 Zambian Air Force. Ce jour-là, un moteur de l’appareil s’enflamme, mais le signal lumineux censé avertir l’équipage ne fonctionne pas et l’avion qui transporte la sélection de Zambie s’embrase petit à petit, avant de s’écraser tragiquement dans l’océan, à quelques encablures des côtes gabonaises. En tout, dix-huit joueurs périssent. Ils étaient censés rallier Lusaka, la capitale zambienne, à Dakar, via une escale à Libreville, pour disputer un match qualificatif pour le Mondial 94. La plus belle génération du football zambien venait de disparaître.

Signe du destin et exploit d'entrée


Près de dix-neuf ans plus tard, les Chipolopolos rallient la finale de la Coupe d’Afrique 2012, organisée au Gabon et en Guinée équatoriale, à la surprise générale. La Zambie va-t-elle remporter la CAN pour la première fois de son histoire au stade d'Angondjé de Libreville... à une poignée de kilomètres du lieu du crash de 1993 ? Le sélectionneur, Hervé Renard, y voit alors « un signe du destin » et n’a de cesse de songer depuis le début de la préparation à cette finale à Libreville, le 12 février 2012. Il faut se rappeler l’exploit colossal de la Zambie 1994, qui était parvenue à reconstituer une équipe autour de Kalusha Bwalya (le capitaine et entraîneur de l’équipe en 1993 avait été retenu par son club, le PSV Eindhoven, quand la sélection mit le cap sur le Sénégal), pour atteindre la finale de la CAN, un an seulement après la tragédie.


D’entrée, lors de cette CAN 2012, la Zambie crée la sensation contre le Sénégal (2-1). S’ensuivront un match nul avec la Libye (2-2), une victoire contre la Guinée équatoriale (1-0). Puis une raclée infligée au Soudan (3-0) en quarts de finale et une nouvelle prouesse contre le Ghana (1-0), en demies. La Zambie tient alors son rendez-vous avec l’histoire. « Ce groupe avait un état d’esprit exceptionnel. Au niveau humain... J’en parle toujours avec émotion parce que je ne suis pas sûr de pouvoir revivre ça une nouvelle fois dans ma vie, témoigne Hervé Renard, la voix tremblante au bout du fil. On avait une foi en commun. Les joueurs ne se plaignaient jamais, ne se mettaient pas en colère. Mais c’est dans la culture zambienne parce que ça a toujours été un pays pacifique. »

Trois jours avant la finale contre la Côte d’Ivoire, la délégation zambienne part se recueillir sur le sable gabonais, face à l’océan, en mémoire des victimes du Vol 319 Zambian Air Force. « En 1993, les Chipolopolos sont venus dans cette ville pour tenir une promesse. Ils n'ont pas réussi, mais ont donné leur vie pour une noble cause, le rêve d'apporter la gloire à leur pays, la Zambie. C'est la même cause qui nous a amenés ici. La seule différence, c'est que nous sommes vivants alors que mes anciens partenaires ne sont plus là. Mais leurs rêves sont désormais les nôtres » , déclare Kalusha Bwalya lors de la cérémonie. « C’était notre devoir de nous recueillir » , souligne aujourd’hui Hervé Renard.

Le maillot orange et la mort subite


À l’heure de la causerie d’avant-match, le coach qui avait formé la génération zambienne entre 2008 et 2010, avant d’être rappelé en 2011, évoque la mémoire des disparus de 1993 à ses joueurs. « J’en ai parlé, mais sans trop en rajouter. Je leur ai aussi dit que la Côte d’Ivoire avait déjà perdu une finale de la CAN (contre l’Égypte, en 2006, ndlr). Ça laisse des traces indélébiles, ils pouvaient douter. » Face aux Éléphants, annoncés ultra-favoris, les Zambiens font jeu égal. À la mi-temps, le score reste bloqué à 0-0 malgré plusieurs occasions. Vient alors ce frisson, qui parcourt le stade à la 69e minute. Isaac Chansa fait tomber Gervinho dans la surface : penalty ! Didier Drogba s’avance, lui qui s’est déjà manqué dans l’exercice en quarts de finale contre la Guinée équatoriale. Et c’est encore raté ! Le capitaine ivoirien tire largement au-dessus de la cage. En fin de match, les deux équipes ont une balle de match chacune, mais ni Max-Alain Gradel ni Emmanuel Mayuka ne saisissent leur chance.


Pas mieux durant la prolongation, où la tension paralyse les débats. Cette 28e édition de la CAN se jouera aux tirs au but. Cheik Tioté marque pour la Côte d’Ivoire, Chris Katongo lui répond pour la Zambie. Et ainsi de suite, tous les tireurs convertissent leur tentative, jusqu’à la mort subite. À une exception près : Souleymane Bamba, le troisième tireur ivoirien, s’est vu stopper sa tentative par Kennedy Mweene, mais l’arbitre a fait retirer le penalty, jugeant que le gardien s’était avancé vers le tireur au moment de la frappe. Comme le font à peu près 99% des gardiens lors des séances de tirs au but sur la planète – Boubacar Barry Copa, y compris, côté ivoirien. « À ce moment-là, on sourit de façon ironique, mais on a la rage » , lâche Hervé Renard. Deux heures plus tôt, les Zambiens s’étaient vu refuser de porter leur maillot orange malgré le fait qu’ils étaient l’équipe numéro un sur la feuille de match, et le commissaire de la rencontre avait même ordonné aux Chipolopolos d’enlever leur veste de survêtement pendant les hymnes. « Bien sûr, on a refusé. Pourquoi on aurait dû les retirer le jour de la finale, alors qu’il n’y avait eu aucun problème pendant le reste de la compétition ? » , s'indigne Hervé Renard.


Vidéo

Après seize tentatives réussies sur seize, Kolo Touré craque le premier, donnant la possibilité à Rainford Kalaba d’offrir la Coupe d’Afrique à la Zambie ! Mais la frappe du huitième tireur zambien termine en tribune. Coup de théâtre, dans la foulée, Gervinho tire à son tour au-dessus de la barre. Cette fois, Stoppila Sunzu ne gâche pas l’occasion de sacrer la Zambie. « Le premier souvenir qui me revient de cette finale, c’est cette longue course de Sunzu, conte Hervé Renard. Et après, c’est comme si on s’envolait, on planait... Un sentiment de liberté. » L’homme reprend, ému : « En rentrant au pays, on m’a dit : « Vous avez placé la Zambie sur la carte de l’Afrique. » C’est le plus beau compliment qu’on ait pu me faire. » Sûr que là-haut, les disparus du Vol 319 Zambian Air Force ont apprécié.



Par Florian Lefèvre Propos d'Hervé Renard recueillis par FL
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
Podcast Football Recall Épisode 48: Mbappé, merci ; Lloris, oups ; Deschamps, président : émission exceptionnelle de Football Recall Hier à 09:02 La danse de la deuxième étoile !! (via Facebook SO FOOT) Hier à 00:10 La drôle de liste d'invités de la finale 37 dimanche 15 juillet Modrić meilleur joueur du tournoi, Mbappé meilleur jeune 68 Podcast Football Recall Épisode 47 : Mbappé va rouler sur les Croates, des enfants racontent le Mondial et la revanche belge dimanche 15 juillet Rooney inspire DC United 3