Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 6 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Juventus-Milan

Le jour où Gennaro Gattuso a torpillé la Juventus

Voilà sept matchs consécutifs que l'AC Milan, qui se déplace à Turin ce samedi pour le compte de la 31e journée de Serie A, ne s'est plus imposé sur la pelouse de la Juve en championnat. La dernière fois que le Diavolo avait mis à terre la Vieille Dame sur son terrain, les Bianconeri touchaient le fond sportivement et les Lombards s'affirmaient comme le dernier joyau de la couronne d'une Serie A appelée à décliner, du moins avant que la Juventus ne retrouve de sa superbe dans les saisons à venir. C'était le 5 mars 2011, déjà, et, ce jour-là, Gennaro Gattuso avait marqué le seul but de la rencontre. Retour sur un match aux allures de fin d'ère.

Modififié

C'est un rapport de force qui semble trop déséquilibré. Ce samedi, Gennaro Gattuso et l'AC Milan tenteront de survivre à l’ouragan Juventus, à l'Allianz Stadium. L'exercice est périlleux, au bas mot : voilà huit longues années que les Rossoneri ne se sont plus imposés dans le Piémont. Autre temps, autres joueurs : à l'époque, Gennarro Gattuso galopait encore sur les prés et il lui arrivait de marquer des buts, par-ci par-là. Comme ce 5 mars 2011 à Turin, où Milan achevait de couler une Juventus alors à l'agonie sur le plan sportif.

Vieille Dame vs vieux messieurs


À l'époque, la Juve évolue provisoirement au stade olympique de Turin, à la suite de la destruction du vétuste stadio delle Alpi en 2009, et paie les pots cassés d'une politique sportive déficiente. La voilà coincée à une triste 7e place de Serie A et réduite à entretenir un lointain espoir d'accrocher le 4e rang et une qualification en C1. A contrario, les Rossoneri sont en pleine bourre : à l'heure de disputer la 28e journée, les Lombards sont premiers du classement avec 58 points en poche et surfent sur la crise qui secoue la Vieille Dame, comme sur la fin de cycle de la grande Inter de Massimo Moratti, pour donner le la en Serie A. Les compositions d'équipe sont révélatrices des forces en présence : la Vieille Dame traîne comme un boulet ses transferts ratés, parmi lesquels on retrouve le milieu uruguayen Jorge Andrés Martínez, le Serbe Miloš Krasić et le tempétueux Brésilien Felipe Melo, respectivement achetés 12, 15 et 25 millions d'euros.


Trois joueurs titulaires, mais dont les prestations sont très en deçà des attentes de leur direction et des tifosi. Coté milanais, on est en plein dans le début de la fin de l'ère grandiose des sénateurs, vainqueurs de la dernière C1 du club en 2007, alors que Gattuso, Nesta, Jankulovski et Abbiati squattent le onze type et que Seedorf entrera en jeu en cours de match. Une belle brochette de vieux briscards, par ailleurs renforcés par les derniers gros achats du Milan sous la présidence de Berlusconi, alors que le Diavolo venait entre autres de débourser 24 millions d'euros pour arracher Zlatan Ibrahimović au FC Barcelone et alignait encore Thiago Silva derrière et Mark van Bommel devant la défense.

La cochonnerie de Gattuso


Les castings des deux formations sont trop déséquilibrés, et c'est logiquement Milan qui met la patte sur le script du match. Les Lombards tentent de construire patiemment dans l'entrejeu pour trouver dans une position favorable Ibrahimović et Cassano, quand la Juve courbe l'échine et gicle en contre, en misant notamment sur la vitesse de Krasić sur l'aile droite. L'ensemble accouche d'un match au contenu plutôt minimaliste, révélateur du niveau global d'une Serie A qui n'a pas encore su se relever des dégâts causés par le Calciopoli. Milan, pourtant, a plus de jambes, plus de ballon aussi et Massimiliano Allegri, qui est alors à la tête des Rossoneri, peut se permettre de remplacer Kevin-Prince Boateng par Robinho à la mi-temps. De quoi accentuer la domination milanaise, qui finit logiquement par payer : à la 68e minute, Ibrahimović offre une remise du torse à Gattuso, qui balance une frappe mollassonne du pied gauche.


Vidéo

Rien de bien transcendant, mais suffisant pour tromper la vigilance de Buffon, pas irréprochable sur le coup. Rino, brassard de capitaine au bras, s'effondre alors sur la pelouse, bientôt enseveli par ses coéquipiers, hilares de voir marquer leur sentinelle, qui n'avait plus inscrit le moindre pion en championnat depuis trois ans. Le numéro 8 milanais s'amusera lui-même de son but après la rencontre : « J'ai tiré une vraie cochonnerie ! » La Juve ne s'en remettra pas, s'incline 1-0 sur sa pelouse et terminera l'exercice 2010-2011 à une anonyme 7e place. Milan, de son coté, ira chercher cette saison-là le dix-huitième Scudetto de son histoire.

La fin d'une ère


Le dernier sommet de l'ère Berlusconi, avant que la Juve ne commence sa domination sans partage sur la Serie A dès l'exercice suivant. Une nouvelle ère, où elle évolue désormais au Juventus Stadium et se distingue en s'affirmant comme l'un des clubs les plus virtuoses sur le mercato européen : à l'été 2011, elle s'offre notamment les services de Mirko Vučinić, Arturo Vidal, Fabio Quagliarella, Stephan Lichtsteiner et Andrea Pirlo, le tout pour moins de 70 millions d'euros. Tous seront des éléments décisifs du titre national de la Juve acquis en 2011-2012, le premier depuis 2003. Depuis, six autres Scudetti sont venus garnir l'armoire à trophées de la Vieille Dame. De leur coté, les Milanais se rendent ce samedi à Turin cramponnés au 4e rang de la Serie A, alors que Gattuso n'oubliera peut-être pas de dire à ses hommes que les rapports de force peuvent finalement rapidement s'inverser en football. Il lui suffira de leur raconter l'histoire d'un match, un certain 5 mars 2011, où c'est son Milan qui faisait encore figure de colosse face à de tout petits Bianconeri.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 2 heures Le vainqueur de la FA Cup n'aura plus le droit à sa caisse de champagne 50 il y a 3 heures Au Paraguay, un joueur viré pour avoir... manqué une panenka 9 il y a 13 heures Shane Long inscrit le but le plus rapide de l'histoire de la Premier League 5
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 17:55 L'Anzhi Makhachkala est au bord de la faillite 26 Hier à 17:16 Un joueur hollandais fait des affaires avec Agüero et Messi 13 Hier à 17:00 Sterling et Oxlade investissent dans STATSports 6
Hier à 15:00 La pelouse stylée de Portsmouth 29 Hier à 14:30 Le divin sauvetage de Masiello contre Naples 7