Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Le jour où Baldivieso a fait jouer son fils de 12 ans

Júlio César Baldivieso, actuel sélectionneur de la Bolivie, est entré dans les annales, lorsqu’en 2009, il fait débuter son fils de 12 ans pour un match de championnat local. Retour sur un jour qui a certainement tué la carrière du gamin.

Modififié
Dimanche 19 juillet 2009. Dans le stade Hernando Siles de La Paz, Aurora affronte La Paz FC, devant environ 7000 courageux venus assister à cette rencontre du tournoi de clôture bolivien. À la demi-heure de jeu, Iván Huayhuata marque contre son camp et offre l’avantage au club de la capitale. Le seul fait de match intéressant, jusqu’à la 80e minute. Júlio César Baldivieso, entraîneur du club de la ville de Cochabamba, décide de mettre un peu de folie dans cette rencontre. À dix minutes du terme donc, il franchit le pas. Pendant la semaine, une petite polémique est née au pays. La raison ? Le coach de Club Aurora a convoqué son fils Mauricio, 12 ans, pour le match de championnat en fin de semaine.

Le dimanche, il lui donne le numéro dix, et le fait entrer en jeu.
« Je suis sûr que certains n’ont pas apprécié le début de carrière de mon fils. Je pense qu’eux ou leurs enfants ont échoué dans la vie. » Júlio César Baldivieso
Un record mondial vient d’être battu. Les défenseurs de La Paz FC n’en ont rien à foutre, de l’âge du gamin. Premier ballon reçu, premier énorme taquet. Les embrouilles vont se poursuivre pour la famille Baldivieso. Une semaine plus tard, l’entraîneur fait ses bagages et quitte le club avec son fils : « J’ai préféré trouver un accord avec les dirigeants et quitter le club. Je suis sûr que certains n’ont pas apprécié le début de carrière de mon fils. Je pense qu’eux ou leurs enfants ont échoué dans la vie. Le pays doit se rendre compte qu’ici, on coupe les pieds aux jeunes talents » , explique-t-il à la télévision locale. Retour sur un match qui a gâché la carrière de Baldivieso fils.

Des taquets comme cadeau de bienvenue


« Je suis fier, je veux remercier mon père qui m’a donné cette opportunité de débuter. » À l’heure où il devrait s’occuper de ses devoirs ou regarder un dessin animé, Mauricio Baldivieso répond aux questions de la presse bolivienne après le match. Le précoce joueur professionnel vient d’entrer dans une nouvelle dimension. « Mon père est un héros. J’espère un jour jouer en Angleterre ou en Espagne, pour Manchester United ou le Real » , poursuit-il pour l’AFP. Comme « El Emperador » , son père à la carrière de globe-trotter (plus de dix clubs dans huit pays), le gamin porte le numéro 10 et semble manier habilement le ballon. Rapidement, la Bolivie s’enflamme. Ici, on entend que le fils a bien plus de talent que son père.
« Les gens me demandent souvent si j’étais prêt pour débuter aussi jeune. Il n’y a pas d’âge selon moi. » Mauricio Baldivieso
Là, on peut lire que la Bolivie tient un crack prématuré qui va marquer l’histoire du football local. Aujourd'hui âgé de 19 ans, celui qui a débuté à douze piges se souvient d’un « jour très spécial » : « Les gens me demandent souvent si j’étais prêt pour débuter aussi jeune. Il n’y a pas d’âge selon moi. J’étais prêt physiquement à 200%, comme tous mes coéquipiers. Évidemment, j’étais nerveux, mais tout a changé au moment où je suis entré. Mes coéquipiers m’ont énormément aidé » , raconte le fils « Baldi » .

Vidéo

Tendrement accueilli par les adversaires ce jour-là, il se remémore un moment en particulier : « Un joueur adverse est entré en même temps que moi, il s’appelle Jenry Alaca. Sur l'un des premiers ballons que je touche, j’essaie de faire un contrôle, et je me prends un énorme coup de pied. Même pas un tacle, vraiment une balayette. C’était une manière de me dire "bienvenue en Primera", je pense. » Celui qui a le visage de son géniteur tatoué sur le bras revient sur le soutien que ce dernier lui a apporté : « Mon père m’a aidé pour ma carrière, il me donne des forces pour poursuivre, des conseils qui sont gravés en moi. C’est la personne que j’admire le plus et je lui dois ma carrière dans le football. » Pourtant, sept ans après les débuts de Mauricio Baldivieso, on peut se demander si son père ne lui a pas coupé les ailes.

Une carrière déjà en dents de scie


Lui n’y croit pas. Il préfère paraphraser une formule utilisée par Maradona en 1994, après sa supension : « Ils m’ont coupé les jambes. » Ils ? Les dirigeants du Club Aurora, qui ont cédé aux sirènes de la vox populi. Critiqué de toutes parts, « irresponsable » , selon un canard local, « mettant en danger la santé et la croissance de son fils » , selon Raúl Alberto Morales, ancien joueur bolivien, Baldivieso décide de tourner la page.
« Il y a eu beaucoup de jalousie. Le seul délit de Mauricio, c’est d’avoir fait parler de lui dans le monde. » Júlio César Baldivieso
Il quitte le club, une semaine après l’avoir lancé chez les professionnels. Lors d’une conférence de presse qu’il donne, il explique que son « fils ne continuera pas non plus dans un club où il n’est pas soutenu, où on ne lui donnera pas sa chance. » Et de poursuivre ironiquement : « Il y a eu beaucoup de jalousie. Le seul délit de Mauricio, c’est d’avoir fait parler de lui dans le monde. »



Plus tard, il dévoilera que les dirigeants d’Aurora lui ont imposé un choix clair : rester à son poste sur le banc du club de la ville de Cochabamba, ou faire ses valises. Depuis, le fils se balade de club en club : après ses débuts, il file au Real Potosí, revient à Aurora l’année d’après, signe au Nacional Potosí, est lourdé deux saisons plus tard à Universitario de Sucre. Aujourd'hui, à dix-neuf ans, il joue pour le Club Jorge Wilstermann.

Vidéo

International des moins de 20 ans, il attend désormais un appel de la sélection majeure… de son père. Júlio César Baldivieso, qui a disputé le seul Mondial de la Bolivie en 1994, dirige aujourd'hui la sélection, qui affronte la Colombie dans le cadre des éliminatoires pour la Coupe du monde 2018. Et doit, comme souvent, gérer une situation catastrophique. Certains joueurs ont menacé la Fédération de ne pas rejoindre la sélection si la dette que l’institution du football bolivien doit aux joueurs n’était pas réglée. Cette fois-ci, il ne pourra pas noyer le poisson en mettant son fils sur scène.

Par Ruben Curiel Propos de Mauricio Baldivieso recueillis par RC.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom