Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options

Le jour des fantômes

Cinq ans après la glissade de Steven Gerrard, Liverpool reçoit Chelsea dimanche à Anfield alors que Manchester City a rendez-vous à Crystal Palace. Drôle de destin pour une nouvelle baston qui ne faiblit pas.

Modififié
Comment l’expliquer ? Est-ce simplement Liverpool, sa drôle d’histoire, son désamour du finish, un foutu destin qui écrit la légende de ce club qui cavale derrière un titre de champion depuis vingt-neuf piges ou bien autre chose ? Seule certitude, lorsqu'il se tient au milieu de ses partenaires le 13 avril 2014, à Anfield, quelques minutes après un succès brillant face à Manchester City (3-2), Steven Gerrard a quelque chose à hurler : « Hey, les gars. Maintenant, ça ne peut plus nous glisser des mains. Écoutez, c’est parti, on y va. On va à Norwich la semaine prochaine, on fait la même chose. Come on ! » Effectivement, à Norwich (2-3), Liverpool va faire le boulot, même si sa défense fragile lui offre quelques frissons. Parfait : le 27 avril au matin, la Premier League, cette croisade inlassable et étouffante, a l’allure d’un pas de tir de biathlon où chaque balle manquée peut conduire à l’évaporation des espoirs. À trois matchs de l’issue, le Liverpool de Brendan Rodgers, leader, affiche 80 points, une attaque de feu, une défense en carton, mais surtout une série de onze victoires consécutives. Son adversaire du jour, c’est le Chelsea de Mourinho, le dauphin, qui nage à cinq longueurs, mais possède – de loin – le meilleur bilan défensif du pays. Puis, derrière, il y a Manchester City, qui se déplace ce jour-là à Crystal Palace, et traîne un point derrière Chelsea. Il est possible de tout gagner et de tout perdre en 90 minutes. Oui, Steven, ça peut encore glisser.

« Nous n'allons pas être les clowns »


Le matin de ce Liverpool-Chelsea, José Mourinho réunit ses hommes dans un salon de l’hôtel où logent les Blues. Le Portugais fait un signe vers l’extérieur et dégaine : « Nous n’allons pas faire partie de tout ça. Nous n’allons pas être le club qui va aider Liverpool à remporter le titre. Ici, c’est le cirque et ils veulent que nous soyons les clowns de ce cirque. Le cirque est monté, Liverpool est presque sacré. Mais nous n’allons pas être les clowns. » Ces propos, rapportés vendredi par The Independent, racontent beaucoup de l’atmosphère du moment. Une atmosphère que Luis Suárez tente de faire redescendre en demandant aux supporters de chanter autre chose que le We’re gonna win the League alors que Steven Gerrard commence à évoquer dans la presse son désir de ressentir ce que peut représenter le fait de soulever un trophée de champion d’Angleterre. En arrivant à Anfield, Mourinho a tout préparé et la rencontre qui suit le démontre : chaque minute de ce rendez-vous décisif semble maîtrisé au millimètre par le coach portugais, qui refuse d’accepter le rôle d’arbitre que va pourtant avoir Chelsea dans cette course au titre entre Liverpool et Manchester City, qui se balade de son côté à Selhurst Park (0-2).

« C'était il y a trop longtemps... »


Glisser, Steven Gerrard l’avait sans aucun doute fait dans son enfance, en célébrant un but sur un terrain boueux ou en oubliant de serrer ses chaussures de ski. Mais cela ne devait pas arriver à cet instant précis, pas comme ça, pas lui. Et pourtant : après s’être nourri de miettes durant la quasi-totalité de la première période, Demba Ba a bien surgi avant la mi-temps sur une passe de Mamadou Sakho mal contrôlée par le capitaine des Reds et s’en est allé ouvrir le score pour un Chelsea venu avec Mark Schwarzer, un jeune Mohamed Salah et le gosse Tomas Kalas dans le onze. Puis, Willian a doublé la mise en fin de match, Liverpool s’est effondré la semaine suivante face à Crystal Palace après avoir mené de trois buts (3-3) et Manchester City, à qui il restait un match de plus à jouer, n’a pas lâché un centimètre de steak. Gerrard, lui, a dû digérer le jour le plus « difficile » de sa carrière et les Reds ont dû fermer un cycle pour en ouvrir un autre. Dimanche, voilà Klopp face aux fantômes alors qu’à cinq matchs de la fin, Liverpool accueille Chelsea à Anfield avec deux points d’avance sur Manchester City, à qui il reste toujours un match en retard et qui est attendu à... Crystal Palace. « Cela ne sert à rien de parler de tout ça, glissait Jürgen Klopp vendredi. C’était il y a trop longtemps. » Sacré destin, quand même, et nouvelle grosse bataille à avaler.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 17:00 Henry discuterait avec les New York Red Bulls 32