Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 56 Résultats Classements Options

Non, un président ne devrait pas dire cela

Avouons-le, on s'ennuie un peu avec l'équipe de France. L'avantage du foot, c'est que c'est toujours un peu plus qu'une histoire de ballon rond. En une seule déclaration sur le cas de Karim Benzema, ce spectre qui hante la maison tricolore, Noël Le Graët a réveillé ses démons. Et nous avons pu de nouveau discuter du sexe des anges.

Les mots du président de la FFF sur RMC ont certes d'abord sauvé la morne actu foot de cette trêve internationale où les Bleus se savaient déjà qualifiés avant une dernière balade en Albanie : « Benzema, je n’ai jamais critiqué ses qualités. Au contraire, il montre encore cette année au Real Madrid qu’il est l’un des meilleurs à son poste. Mais l’aventure France est terminée. » La machine à polémiques peut tourner à plein régime, et n'importe qui dégainer son plus beau tweet. Une habitude, voire une routine. Une parole officielle, dont on peut juger ou non qu’elle est légitime, voire légale, face à une réponse citoyenne via un gazouillis. Choc des générations et surtout un superbe révélateur des rapports de force. Ensuite à chacun de compter ses soutiens en scrutant son smartphone.

Benzema, plus qu'un footballeur...


Le cas de l'attaquant madrilène ne se résume pas ou plus, depuis belle lurette, aux suites d'une minable tentative de chantage à la sextape que même Noël Le Graët avait réduit dans un premier temps, quand il espérait encore étouffer le scandale, à une banale étourderie de Mathieu Valbuena. L'actuel pensionnaire de l'Olympiakos reste au passage le grand perdant de cette dimension « judiciaire » stricto sensu, tout le monde semble l'oublier, pour avoir refusé d'être une victime. Les tribunaux rendront leur verdict en temps et en heure. Pour l'instant, le buteur du Real est présumé innocent. Sur ce plan, sa ligne de défense tient la route. De quel droit ou pouvoir décide-t-on qu'une personne puisse se voir interdite de prétendre évoluer pour l'équipe de France ? Que ce soit la réalité du moment et sûrement à l'avenir est une chose. Certifier dans le marbre pareille exclusion se révèle pour le moins ambigu en République, et le foot est encore dans l'État de droit.


Il faut toutefois au préalable tordre le coup à l'argument du terrain, qui parfois cible un Olivier Giroud en victime collatérale. En club, les performances et ce qu'accomplit Karim Benzema ne souffrent aucune contestation, surtout depuis qu'il est sorti de l'ombre de Ronaldo. En revanche, il serait quand même bon de se souvenir de son parcours en demi-teinte sous le maillot bleu. Et l'actuel paria peut aussi se rappeler qu'il bénéficia d'un beau totem d'immunité à une époque où il restait désespérément muet devant les buts. Bref en EDF, il n'a jamais été aussi bon, ni simplement le taulier attendu, incapable d'élever le niveau de l''équipe. Le quart de finale en 2014 contre l'Allemagne en restera l'ultime illustration. Et puis à invoquer la seule logique du rectangle vert, les Bleus ont été champions du monde sans lui, et viennent de se qualifier pour l'Euro, certes sans faire rêver, mais surtout sans trop souffrir. La preuve qu'on peut être un grand, sans être un grand capé.

Karim Benzema raconte un peu la France


Seulement voilà, Karim Benzema ne raconte pas que du foot. Nous ne regardons pas la dramaturgie d'un banal désamour entre un excellent taquineur du cuir et un coach caractériel ou sûr de ses choix, comme ont pu le vivre Éric Cantona ou David Ginola. Karim Benzema raconte un peu la France. Comment notre pays se contemple le nombril et parfois se contorsionne de douleur. Karim Benzema nous parle d'un passé qui ne passe pas, d'une part de notre jeunesse qui n'est pas n'importe laquelle, en témoigne un film comme Les Misérables bientôt en salles... Il n'a jamais été seulement un joueur qui avait fait une connerie. Il a été un joueur dont on a mesuré la taille de la barbe ou observé les lèvres au moment de la Marseillaise. Il a toujours d'abord été Karim. Il n'a jamais voulu être autre chose d'ailleurs. En contraste de nos Bleus actuels qui effacent toute aspérité, qu'elles emportent ou non votre adhésion, son cri du cœur contre le racisme qui l'aurait viré de la communauté nationale du ballon - des « propos » que Deschamps ne pardonne pas dans leur maladresse, sans en comprendre la justesse - projette une autre image du foot, de l'Hexagone, de nous. Certes on ne demande pas au foot français d'être solidaire des urgentistes ou des cheminots comme au Chili, mais amnésique ou aveugle à ce point ?



Noël Le Graët devrait se souvenir de son dégoût devant les tas de lettres anonymes qui s'accumulaient sur son bureau. La phrase qu'il vient de sortir ne peut donc se limiter à un simple constat devant la gestion d'un groupe. Quel international a subi un tel anathème ? Même Adrien Rabiot, qui a finalement bien moins respecté « l'honneur » d'être en bleu, a juste eu droit à une réponse attendrie devant un enfant capricieux. Le foot est une affaire bien trop sérieuse pour la laisser aux footballeurs... et à leur président !

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible

Hier à 15:45 Un arbitre amateur radié pour avoir simulé une agression 21 Hier à 14:56 Viens mater OL - Leipzig lors d'une projo So Foot de la dernière chance Hier à 14:30 Allegri : « Je prends des cours d’anglais à Milan » 31
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 12:00 Le patron de Mediapro va rencontrer les clubs français 12 Hier à 11:11 Idées cadeaux : découvrez nos maillots "Olive & Tom" à partir de 30€ ! Hier à 09:04 C'est fait, Bruno Genesio prolonge en Chine ! 64