Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 21 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)

Gabon dans le vide

Mercredi soir, cinq syndicalistes gabonais dont l'ancien Rennais Stéphane N'Guéma ont fini au poste de police à Bongoville. Leur tort ? Avoir voulu sensibiliser les internationaux A quant à la précarité qui touche les footballeurs exerçant au pays.

L'ancien Rennais Stéphane N'Guéma a passé une sale soirée mercredi dernier. Lui, ainsi que Michaël Dousseingui, Ulrich Bouka, Cédric N'Guéma et Yelly Nang. La petite délégation de l'ANFPG, l'Association nationale des footballeurs professionnels gabonais, avait prévu une virée à Bongoville pour rencontrer les Panthères, l'équipe nationale A du Gabon. Au programme, des discussions sur la signature d'une charte du footballeur en équipe nationale, ainsi que la suspension depuis près de deux ans du championnat professionnel national, source de précarité pour l'intégralité des footballeurs du pays, sans ressources. « Ils voulaient rencontrer les internationaux, les sensibiliser à la situation difficile que traversent les joueurs au pays, mais on leur a refusé l'accès à l'hôtel, alors ils ont déployé une banderole, explique Giovanni Ebé, ancien international gabonais et membre de l'ANFPG. Finalement, ils ont été interpellés par la gendarmerie de Bongoville sur le chemin du retour, puis détenus pendant presque 24 heures, sans explication. » Déjà en avril, les forces de police étaient intervenues à Franceville, pendant une manifestation menée par Rémy Ebanega, responsable Fifpro sur place. « On protestait contre le non-versement d'indemnités aux footballeurs professionnels, alors que la FIFA avait débloqué un fond Covid pour la Fegafoot » , explique l'intéressé, qui pense qu'à l'époque, il n'a pas fini en GAV comme son compère N'Guema « car on était 200 personnes, donc protégés par le nombre » . Néanmoins, pour Ebanega comme pour Ebé, une question cruciale se pose : « Pourquoi la police a répondu si promptement à l'appel de la fédération à chaque fois, et surtout, pourquoi mercredi, les forces de l'ordre se sont décidées à arrêter cinq personnes sur la simple base d'un coup de fil ? Cela ne ressemble pas à une manière de faire dans un pays qui respecte les lois. » Pour Giovanni Ebé, qui n'a pas envie de faire dans le politiquement correct, la raison est simple, l'intendant de l'équipe nationale Serge Ahmed Mombo a ses entrées. « Il est capitaine de police détaché auprès de la Fegafoot, un seul appel et tous ses potes rappliquent... »

Ndong vs les hypocrites


« Un joueur professionnel au Gabon touche 300 euros par mois. Depuis deux ans, le championnat est à l'arrêt, donc les joueurs ne touchent plus de salaire via le football. Ils ont dû accepter des petits boulots. En revanche en sélection, c'est 5000 euros rien que pour être convoqué... »

Plus diplomate, Ebanega espère qu'une enquête permettra de mettre à jour ces pratiques obscures. « On va porter plainte via l'avocat de l'ANFPG, il faut que le droit soit respecté. » Et surtout, à long terme, que la fédération gabonaise, son équipe nationale et l'ensemble du tissu footballistique soient dans une logique de solidarité. « J'ai beau parler au téléphone avec certains internationaux A, actuellement, ils sont déconnectés de la réalité vécue ici au Gabon. À part Didier Ndong (l'ancien de Lorient, Guingamp et Dijon a annoncé boycotter le prochain rassemblement par solidarité, NDLR), aucun ne prend position. » Giovanni Ebé a les boules, et il l'explique avec des chiffres. « Un joueur professionnel au Gabon touche l'équivalent de 300 euros par mois. Depuis bientôt deux ans, le championnat est à l'arrêt, donc les joueurs ne touchent plus de salaire via le football. Ils ont dû accepter des petits boulots. En revanche en sélection, c'est 5000 euros rien que pour être convoqué, ensuite tu as les primes de match... Tout l'argent, directement débloqué par le président du pays, est investi sur l'équipe nationale A, les gens de la fédération se servant au passage. » Pour Ebé, les dirigeants de la Fegafoot « se moquent complètement du football national, car c'est le football de la sélection A qui engendre de l'argent. Y a-t-il un ou plusieurs joueurs qui auraient proposé de reverser une partie de leurs primes pour ceux qui galèrent au pays ? Non. Et quand Didier Ndong annonce sur Instagram qu'il renonce à la sélection pour ne pas être hypocrite, que penser de la réaction de Mario Lemina, qui lui répond publiquement "vas-tu au moins nous supporter, nous les hypocrites ?" Il y a anguille sous roche s'il se sent directement visé... »


« La sélection appartient aujourd'hui à Pierre-Emerick Aubameyang »


Lancé, Giovanni Ebé pointe un problème central chez les Panthères : « Depuis le départ de Giresse du poste de sélectionneur, il y a une fracture, une grosse vague de binationaux ont pris le pouvoir. » Des joueurs qui ne connaissent donc pas bien la réalité du quotidien au Gabon, qui viendraient « par défaut, parce que si Lemina avait pu aller en équipe de France, il aurait oublié le Gabon » . Lui ou Pierre-Emerick Aubameyang, contre qui Ebé a une dent. « La sélection lui appartient aujourd'hui. S'il est en retard pour prendre l'avion de la sélection, l'avion ne décolle pas. Si un joueur s'embrouille avec lui, le joueur en question n'est plus convoqué, même s'il est bon. Et pour le reste, il y a toute sa famille : son père Pierre Aubameyang a été promu manager général de la sélection et gagne l'équivalent de 25 000 euros par mois. Parce qu'il est le père de... Et les trois frères de Pierre-Emerick accompagnent l'équipe dans les déplacements, ils ont leurs chambres d'hôtel, se permettent d'entrer dans le vestiaire de l'équipe... Ils se font plaisir. » Le symbole ultime d'une priorité donnée aux têtes d'affiche au détriment de la base de son football par la fédération gabonaise.

« Par sa seule aura, il pourrait régler beaucoup de problème »


Si Rémy Ebanega préfère éviter de charger Aubameyang faute « d'avoir des informations concrètes » , le représentant de la Fifpro s'interroge tout de même à propos « du silence de Pierre-Emerick sur la situation actuelle qui, par sa seule aura, pourrait régler beaucoup de problèmes » . Notamment en lançant l'idée d'une cotisation pour créer un fonds « pour les joueurs locaux et les internationaux, afin de les aider par exemple à préparer leur reconversion » . Le projet a été mis sur la table par l'ANFPG, mais n'a obtenu aucun retour du ministère des Sports ou de la fédération. Pourtant, il y a urgence absolue. « La plupart des joueurs qui étaient dans les effectifs professionnels quand le championnat s'est arrêté en mars 2020 ne devraient pas être là quand cela reprendra pour de bon. Beaucoup trop ont dû basculer sur un nouveau métier. » Face à la situation, l'ANFPG a même improvisé « un mois de la reconversion, pour accompagner les joueurs qui devaient s'y résoudre » . Il est prévu de lancer une enquête pour déterminer « la proportion de joueurs que nous aurons récupérés, mais aussi évaluer l'ampleur des conséquences psychologiques et sociales de cette période. » Reste à voir si les pontes de la Fegafoot s'intéresseront aux conclusions.

Par Nicolas Jucha Tous propos recueillis par NJ
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.



Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi
mardi 30 novembre Lisandro López annonce son départ du Racing 30
mardi 30 novembre Découvrez le grand et beau livre So Foot sur Zidane ! mardi 30 novembre Les joueurs de l'Excel Mouscron partent en grève 21
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons