Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Caen-Amiens

Le Fajr Mahal

Après un départ houleux et un passage enrichissant en Liga ces dernières années, Fayçal Fajr est revenu à l'intersaison dans son berceau normand pour regoûter à la Ligue 1 et renouer avec Malherbe. À l'aide de son délicieux pied droit, le milieu de poche rattrape le temps perdu et a déjà transformé l'entrejeu caennais.

Modififié

Il a beau n’avoir quasiment jamais eu sa chance avec les Bleus, Stéphane Ruffier n'en reste pas moins l'un des portiers les plus sûrs de notre championnat. Alors des boulettes, la Ruff' n'en fait pas beaucoup. Mais quand ça se produit, ça ne passe pas inaperçu. La plus célèbre reste sans conteste son contrôle orienté foireux sous le pressing de son bourreau préféré Zlatan Ibrahimović, un soir de fessée au Parc aux princes (5-0).



Le Z parti loin de l'Hexagone, la marmule de Bayonne s'est vue dans l'obligation de se trouver un nouveau martyriseur. Plus petit, plus fin, beaucoup moins fantasque, mais pas forcément moins élégant sur un pré. Ce joueur mystère n'est autre que Fayçal Fajr. Et ce dernier, avec l'aide de l'habituel mur des Verts, a signé le week-end dernier à Geoffroy-Guichard son premier pion en Ligue 1. Histoire de marquer comme il se doit son retour dans le Calvados et sa réconciliation avec « son » club.

Les meilleurs caviars de Ligue 2


À la signature du milieu de terrain à Malherbe cet été quatre ans après l'avoir quitté, son nouvel entraîneur Fabien Mercadal ne cachait pas son enthousiasme. « C’est un bon recrutement d’un point de vue technique, mais aussi d’un point de vue humain. C’est une chance pour nous d’avoir un joueur comme lui. Vous l’avez connu à un moment où il n’était pas au top de sa carrière. Il a progressé depuis et sort d’une saison pleine en Espagne, il était titulaire l’année dernière. Contre l’Atlético de Madrid, c’était un des meilleurs sur le terrain. » Le technicien savait ce qu'il disait.


Car avant d'en arriver là, Fajr a eu le temps de faire ses preuves. Longtemps « rejeté » par le monde pro puis repêché par le club normand en 2011 alors qu'il sévissait à Fréjus-Saint-Raphaël en CFA, le droitier était devenu une pièce maîtresse de Patrice Garande. L'une des attractions de la Ligue 2, même, avec un statut de meilleur passeur de l'équipe et un exercice bouclé à huit buts et quinze offrandes – un record dans l'antichambre de l'élite battu depuis par Zinedine Ferhat – avant de traverser les Pyrénées à cause d'une atmosphère devenue nauséabonde autour de lui. En Liga, le milieu offensif a enchaîné les saisons pleines entre Elche, La Corogne (deux ans) et Getafe, distribuant à travers l'Espagne ses coups de patte léchés. Même s'il n'a pas particulièrement fait gonfler ses stats sur les terrains ibériques.

« On m’a juste dit "Tu pars" »


Son départ, en 2014, a longtemps hanté le joueur, comme il le déclarait en février dernier, bien avant de resigner : « Je n’ai pas compris pourquoi j’étais parti de Caen. J’aurais bien aimé savoir. Un joueur qui te met huit buts et quinze passes décisives, qui a des stats, qui te fait monter en Ligue 1 et qui fait une grosse saison, pourquoi tu ne le gardes pas ? Je suis parti en mauvais termes, et je ne sais pas pourquoi. On a parlé de mon caractère, ou du fait que soi-disant je n’acceptais pas la concurrence. C’est faux. C’est pour ça que c’est important de chercher à savoir ce qu’un joueur ressent vraiment au fond de lui. Mais moi, on m’a juste dit "Tu pars". »


Alors, quand il a eu l'occasion de renfiler la tunique avec laquelle il a été lancé en pro, celui qui est entre-temps devenu international marocain (25 sélections) a hoché la tête, et le Stade Malherbe a pu le rapatrier de la banlieue de Madrid contre un million et demi d'euros. Arrivé orné de ses deux entrées en Russie avec les Lions de l'Atlas, le natif de Rouen n'a eu aucun mal à se faire une place de choix au milieu du onze de Mercadal, avec aucune minute manquée depuis le début de saison et une influence déjà notable sur le jeu de son équipe.


À l'image de ses quatre dernières prestations : après sa presque passe décisive pour Enzo Crivelli à Dijon, sa galette pour Oniangué lors de la réception de Lyon puis sa réalisation à Sainté, Fajr a provoqué l'égalisation de Yacine Bammou contre Montpellier mercredi (2-2) en trouvant le poteau sur coup franc. En plus de sa vision du jeu, sa polyvalence au milieu, son habileté technique et son toucher soyeux, le trentenaire (depuis deux mois) apporte ainsi également aux Rouge et Bleu une justesse non négligeable sur les coups de pied arrêtés. Les aficionados de Michel-d'Ornano ne s'y sont pas trompés, faisant de lui le Caennais du début de saison. Et s'il peut faire marquer des types comme Bammou ou Crivelli, qui sait où le Franco-Marocain s'arrêtera ?

Par Jérémie Baron Propos de FB tirés de Ouest-France, ceux de FM tirés de France Bleu.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 13:51 Papus Camara : « S'attendre à ce qu'ils montrent un autre visage » 17 Hier à 12:06 Un quintuple sauvetage fou en FA Trophy 13
Partenaires
Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 11:22 La gendarmerie saisit 500g de résine de cannabis à l'effigie de CR7 36