Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
  1. // Coronavirus

Pourquoi le foot ne doit pas s'inspirer du cyclisme

À en croire la présidente de la LFP Nathalie Boy de la Tour, le foot ne « ressort pas grandi » à se chamailler sur le classement d'une Ligue 1 précocement arrêtée. Pourtant, le ballon rond n'a pas à rougir de la manière dont il a traversé cette crise sanitaire en prenant plutôt conscience de la hiérarchie des enjeux et des urgences. Le vélo, autre grande passion nationale, peut-il en dire autant ? Et surtout, montre-t-il le bon exemple en cette période cruelle ?

Le cyclisme occupe une place particulière dans le panthéon sportif tricolore. Passion populaire tant en pratique qu'en audience, il a également toujours eu les faveurs des élites intellectuelles, artistiques et même politiques. Ce dont le football ne peut véritablement se prévaloir que depuis 1998. Surtout, dans les secrets mystiques de cette ancienne fille aînée de l'église qui se décida laïque, il lui apporta une nouvelle messe estivale : une grande boucle durant laquelle les fidèles, même occasionnels, se rassemblent sur les bords des chemins ou devant le petit écran pour admirer ses « forçats de la route » devenus des stars sous intraveineuse. Le foot peut clairement se prétendre la voix du peuple, la petite reine reste son souverain.



Dès lors, comment expliquer que la seule obsession de ce petit monde à deux roues dans une France à l'arrêt ait été de trouver une manière de sauver cette épreuve phare par tous les moyens ? Comment expliquer l'obstination observée pour reconstruire un calendrier, aussi ubuesque soit-il, afin que tout continue malgré la gravité de la situation ? Les chiffres morbides grimpaient, des millions de Français étaient mobilisés dans les services publics pour sauver des vies et (r)assurer les confinés. En face, on échafaudait au fur et à mesure des stratégies napoléoniennes et des plans sur la comète pour que les maillots jaunes ou à pois soient bel et bien distribués en 2020. Des négociations et déclarations tous azimuts, coûte que coûte, jusqu'au ridicule... Le deuil de Paris-Roubaix était déjà presque un sacrilège, à les écouter.

Le foot résigné, mais digne ?


Alors que les tentations de suivre le modèle outre-Rhin se font entendre en ce moment, le foot français a une leçon à tirer de tout cela : celle de continuer à suivre une ligne de conduite qui lui a plutôt réussi, jusqu'à présent. Admettre la gravité de la situation, continuer de vivre ce temps suspendu comme un moment unique pour se remettre en question et surtout témoigner sa solidarité vis-à-vis du reste de la société. Dont les problèmes et les inquiétudes se révèlent infiniment plus graves, rappelons-le, que de connaître l'identité des prochains clubs évoluant en Ligue des champions ou en Ligue 2.


Au lieu de tenter d'imposer jusqu'au bout des calendriers hâtifs et inconscients, voire irresponsables, il semble préférable de tirer un trait sur cette saison. Du footeux amateur contraint à jongler avec du PQ aux stars qui négocient ou non leur réduction de salaire, le foot a su prendre son mal en patience, conscient que le pire se situait ailleurs. Quand le vélo, lui, paraissait réclamer en permanence un totem d'immunité. En matière de contamination, on a pourtant bien du mal à trouver moins dangereux un peloton agglutiné qu'un match à onze contre onze.

Tout le monde déteste les chouchous


Malgré tout, le vélo peut se vanter d'être relativement épargné. Par exemple, les cyclistes du week-end vont pouvoir – au nom des pratiques individuelles de plein air, seules autorisées dans l'actuel déconfinement – reprendre les humbles sentiers départementaux du Nord ou de la Bretagne. De plus, le Tour est censé s'élancer fin août, probablement de Nice. Le cadeau de sacrifice, au nom d'un intérêt national dont le cyclisme prétend représenter partiellement le patrimoine, aurait pourtant été logique. Il représenterait même un devoir patriotique, dans un sens. Seulement, auréolé de sa noblesse historique et de ses entregents économiques, ce sport bénéficie de la mansuétude du Premier ministre qui l'a exclu de l'interdiction des événements de plus de 5 000 personnes ne pouvant se tenir « avant le mois de septembre » .



À ce propos, le ministère des Sports répond simplement qu’ « à ce stade, la doctrine actuelle n’impose pas son report ou son annulation » . Le football a en revanche dû se soumettre, fort logiquement, à une fin décrétée par le pouvoir régalien. Pour leur part, les amateurs avaient déjà fait acte de contrition citoyenne en clôturant leur championnat. Le vélo, chouchou de la République et de son président ? Voilà un privilège que le foot, définitivement fidèle au tiers état, peut s'enorgueillir de ne pas réclamer. Il y a des faveurs qu'il faut savoir ne pas demander, et surtout ne pas accepter.

Par Nicolas Kssis Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom

Hier à 17:37 Un journal espagnol condamné à payer 7000 euros à Lionel Messi 19 Hier à 16:48 Billie Jean King et Lindsey Vonn parmi les investisseurs de l'équipe de Natalie Portman 41
Hier à 16:16 Javier Tebas se mêle de l'affaire Mediapro-LFP 36 Hier à 15:27 Viens fêter les 10 ans du magazine Pédale! dimanche 6
Hier à 14:47 Marcello Lippi prend sa retraite 26 Hier à 14:32 Des croix en bois et une tête de cochon installées sur la pelouse de Livourne 16 Hier à 13:43 Subašić s'engage en Croatie en tant que joueur de champ 29
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons