Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Euro 2020

Pour ou contre la nouvelle caméra sur les tirs au but ?

Parmi les enseignements de cet Euro, on pourra noter la démocratisation, lors des séances de tirs au but, de la caméra placée plein axe, derrière le tireur. Alors, coup de cœur ou nouveauté agaçante ? Alexandre Lazar et Jérémie Baron ne sont pas d'accord. Un angle, deux points de vue.

Modififié

Les tirs au but méritent un cadrage digne de ce nom

Par Jérémie Baron

Quatre séances de penos pour cet Euro, soit une à chaque stade de la phase éliminatoire : cela fait beaucoup, et il fallait bien trouver quelque chose pour ne pas rendre cela trop barbant. À une époque où les innovations télévisuelles les plus sophistiquées - mais pas forcément les plus perspicaces - pullulent, avoir droit à cette (semi-)nouveauté immersive et pleine de clarté est un petit bonbon qui mérite d’être salué. Plus de perspective malheureuse sur une tentative dont on met un dixième de seconde de plus à comprendre la trajectoire, pas de « il est mal tiré » trop rapidement lâché. Les tirs au but, ce sont deux hommes qui se font face - littéralement -, de la pression à en perdre ses guiboles et des petits détails qui font tout : tout ce qu’on a vécu devant notre télé à la fin de France-Suisse et de toutes les autre séances de ce championnat d’Europe, en somme. La chose devient encore plus captivante et le spectateur prend aussi part à cette folie, comme si c’était à lui d’appuyer sur la bonne touche ou de prendre une grande respiration et s’élancer vers le petit rond blanc.

Voir Eden Hazard (cet angle était déjà utilisé en Premier League, le meilleur championnat du monde), Jorginho ou Thiago Alcântara étaler leur science de l’exercice avec cette vue, ça s’appelle du luxe. De la même façon, les millions de téléspectateurs devant leur écran dimanche ont pu mesurer, toutes proportions gardées, ce que cela faisait de se retrouver aux onze mètres face aux 196 centimètres de Gianluigi Donnarumma, avec l’obligation de le faire déjouer pour ne pas faire s’écrouler un pays : après avoir vu ça, on peut relativiser la prestation des trois derniers tireurs anglais. Et puis tout est plus clair avec cet angle. Marcus Rashford qui bégaie et ferme trop son pied au dernier moment, le ballon déviant de sa trajectoire à cause du poteau ? On a tout vu. Jorgi (encore lui) qui attend un indice de Jordan Pickford - lequel n’arrivera jamais - et échoue lui aussi après un coup de billard ? C’était devant nos yeux. Et pas sûr que cela aurait été aussi limpide avec cette bonne vieille caméra tribunes.


Jérémie Baron
Note de la rédaction
?
Note des lecteurs
8.2Moyenne de 132 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Alexandre Lazar n’est pas lucide sur la question : il hait le penalty sous toutes ses formes depuis l’échec d’Adrian Mutu à l’Euro 2008 face à Gigi Buffon.





Si on veut des penaltys vus de derrière, on joue à FIFA

Par Alexandre Lazar


Est-ce vraiment utile d’expliquer l’évidence ? Dans la société comme dans le cas présent, on peut se demander si l’innovation systématique est vraiment la solution idoine à tous nos maux. Visiblement fatiguée par le « poids des traditions » incarné par cette bonne vieille caméra tribunes, la réalisation TV de l’Euro a décidé de mettre les pieds dans le plat en nous proposant une caméra soi-disant plus immersive. Résultat ? Le spectateur se prend pour un gamer qui se voit octroyer le luxe, manette en main, d’imaginer sa propre séance de TAB et de mettre en perspective ses choix douteux ou fructueux face au dernier rempart. Est-ce trop poussé de voir là une manière toujours plus marquée d’introduire l’aspect virtuel au cœur du réel ?

Puisque c’est devenu une mode, on serait bien curieux de savoir combien de pétitions révoltées ont fait part de leur envie pressante, de leur pulsion presque, d’admirer un penalty sous un nouvel angle de vue. Spoiler : aucune. Finalement, cette expérimentation est le reflet d’un Euro certes prolifique, mais profondément bordélique à tout point de vue et loin d’être une réussite par rapport à tout ce qui entoure et habille le terrain. La course d’élan pingouiniste de Simone Zaza en 2016 a fait le tour du monde sans spidercam en hauteur. Les courses d’élan en général n’ont pas besoin d’une perspective aérienne pour aiguiller nos « Il va rater, je le sens ! » La crainte sur le visage des tireurs les moins convaincus par leur plat du pied nous donne toujours autant d’indications sur leur état psychologique avant de botter (Belotti vous salue). Peut-être même que les nombreux joueurs ayant manqué leur tir au but durant la compétition, Dani Olmo en tête, souhaitaient protester à leur manière contre cette envahissante nouveauté, génératrice de vertige. Il s’agirait de les entendre.


Alexandre Lazar
Note de la rédaction
?
Note des lecteurs
2.7Moyenne de 131 notes
Votre note
Modifier la note
Donner une note
Si le penalty manqué par Adi Mutu est toujours une blessure profonde en mon for intérieur, Jérémie Baron oublie bien vite que j’ai pu me délecter pendant des années du sang-froid de Bogdan Stancu, inébranlable dans l’exercice (25/27) et buteur face à la France en 2016 (sur péno!). Je souhaite à son FC Nantes d’avoir un jour un tueur avec pareil ratio.


Par Alexandre Lazar et Jérémie Baron
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
Hier à 15:30 Le ministère de la Justice italien demande lui aussi l'extradition de Robinho pour qu’il purge sa peine 86 Hier à 11:31 Dernières places pour la projo So Foot de Benfica-PSG ! 2