Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Quart de finale
  3. // Brésil/Colombie (2-1)

Le Brésil bat la peur

En se qualifiant pour les demi-finales de sa Copa, ce vendredi à Fortaleza, le Brésil a vaincu deux adversaires : la Colombie (2-1) et la peur. Thiago Silva a rassuré, mais sera suspendu pour la demi-finale. David Luiz a mis son coup de canon, et la fête continue.

Modififié

Brésil - Colombie
(2-1)
Thiago Silva (6'), David Luiz (67') pour Brésil , J. Rodríguez (79') pour Colombie.


Ils sont quatre. Trois hommes, une femme. Ils se protègent comme ils peuvent du soleil à l'aide d'un seul parapluie et prêchent la bonne parole aux spectateurs venus s'agglutiner autour du Castelão de Fortaleza, trois heures avant le début de la rencontre. Ce sont des témoins de Jéhovah, et la revue qu'ils offrent a pour titre « Comment faire face à une tragédie ? » Autant ils étaient exagérément confiants avant le début de la Coupe du monde, autant les Brésiliens pensent de plus en plus au drame après le coup de chaud face au Chili. Dans la rue, dans les bars, dans les taxis, on ne trouve plus grand-monde pour accorder sa confiance à Neymar et ses potes. Sans être devin, on pariera que tous ces avis ont changé entre 17h et 19h, heure locale. Le temps de marcher sur une Colombie qui, pour le premier quart de finale de son Histoire, n'a pas réussi à soutenir le regard d'un pays qui ne compte même plus les siens.

Brandão n'est pas sélectionné, mais son homonyme, Regina Brandão, oui. Psychologue du sport, elle travaille avec Scolari depuis 1993 et est intervenue dans la semaine auprès de la Seleção. De quoi alimenter les innombrables émissions de débat footballistique. Pendant les tirs au but contre le Chili, le capitaine Thiago Silva a fait la pleureuse, a refusé de tirer. L'image est passée partout et, en petit comité, le sélectionneur brésilien aurait remis en cause cette attitude. Mais a-t-on besoin d'une psychologue lorsqu'on a 65 000 personnes en transe dans son stade ? Pas Thiago Silva, en tout cas. Au bout de six minutes de jeu, un corner brésilien passe entre David Luiz et Yepes. Le capitaine auriverde déboule comme une furie derrière Sánchez et pousse le ballon au fond des filets. Comment Freud aurait-il bien pu analyser cette ouverture du score précoce ?

L'écho de l'océan


La tactique n'a plus vraiment de sens lorsque la frénésie collective descend des tribunes pour contaminer les joueurs. En plus du défenseur central parisien, qui ne perd jamais une occasion de se jeter devant les rares frappes colombiennes pour les contrer (Cuadrado à la 11e), la plupart de ses coéquipiers ont l'air de pouvoir s'enfiler un marathon en 90 minutes sans même s'en rendre compte. Hulk est peut-être le plus possédé. Sur un nouveau corner, il crochète Guarín, tape au centre. David Luiz est trop court. Il bute ensuite sur Ospina une fois, deux fois, puis déborde Zúñiga et dévisse sa frappe. Avant la rencontre, le joueur le moins efficace du tournoi avait déjà tapé onze fois au but sans mettre un but. Work in progress.

Dans les instants, fugaces, où le nombre de décibels descend un peu au Castelão, on entend un tambour. Un seul. Guerrier. Puis l'enceinte fait écho à l'océan tout proche. Quand l'action approche, le bruit se fait aigu. Quand elle s'éloigne, il est bas et grave comme le ressac. Pour calmer les peurs de ses coéquipiers, le capitaine Yepes prend le gouvernail. Il monte à la proue à chaque arrêt de jeu, donne de la voix à chaque tempête. Il sait qu'au milieu du gros temps peut venir une éclaircie, comme lorsque le sur-engagement des Brésiliens les désorganise et qu'ils se retrouvent à deux contre quatre, ou lorsqu'ils commencent inévitablement à lever le pied en deuxième période. Peu après l'heure de jeu, James Rodríguez met un coup franc dans la boîte. Après un long cafouillage, c'est le grand Mario qui la met au fond, mais le but est refusé pour deux positions de hors-jeu à l'origine de l'action. L'éclaircie est passée, retour des nuages.

Des feuilles dans la bourrasque


Un peu plus d'une minute plus tard, le Brésil obtient un coup franc dans l'axe. À trente mètres du but, David Luiz prend son élan et envoie une cacahuète qui contourne un mur bizarrement placé pour aller se loger au fond des filets d'Ospina. Ne reste plus, pour les deux héros jusque-là invisible que sont Neymar et Júlio César, que le temps d'essayer de se faire remarquer. Neymar tente une frappe enroulée qui loupe le cadre d'un rien, puis Júlio César fauche Bacca pour montrer à nouveau son talent sur les penaltys. Manque de pot, il a face à lui James Rodríguez, meilleur buteur du tournoi, qui le prend à contrepied et inscrit son sixième pion. Après les onze Colombiens, il fallait bien que les 65 000 Brésiliens aient aussi droit à leurs dix minutes de frayeur.

Des feuilles dans la bourrasque. Le seul coup dur pour le Brésil avant le coup de sifflet final est la sortie sur civière de Neymar Jr après un choc avec Zúñiga. Une blessure qui constituera sans doute le deuxième motif d'inquiétude brésilien après la suspension de Thiago Silva, pour un carton jaune un peu con. La mini-Copa América organisée au milieu de ce Mondial entre le Chili, le Brésil, la Colombie et l'Uruguay a donc désigné son vainqueur. Avec l'Allemagne en demi-finales, la Seleção rencontrera pour la première fois de la compétition un adversaire dont le passé peut rivaliser avec le sien, et elle le fera sans peur. Les Témoins de Jéhovah peuvent remballer.

Par Thomas Pitrel, à Fortaleza
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Podcast Football Recall
Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15