Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Bayern-Beşiktaş (5-0)

Le Bayern détruit le Beşiktaş

Amputé de Domagoj Vida, exclu au bout d'un quart d'heure de jeu, le Beşiktaş n'est pas parvenu à réaliser son braquage et a encaissé une sévère branlée à Munich, mardi soir (5-0). Punis par Müller, Coman et Lewandowski, les Turcs auront besoin d'un peu plus que du boucan de leur public pour espérer un miracle dans trois semaines.

Modififié

Bayern 5-0 Beşiktaş

Buts : Müller (43e, 66e), Coman (53e) et Lewandowski (78e, 88e) pour le Bayern

En tribune, on se réjouissait du tirage. Dans le staff, on se méfiait. Coupable de trois victoires à l’extérieur en phase de poules, le Beşiktaş débarquait avec la ferme intention de braquer l’Allianz Arena. Mais les hommes de Jupp Heynckes n’ont eu besoin que d’un quart d’heure pour lancer leur carton. Une exclusion précoce de Vida et un break fait à l’heure de jeu suffisent au Bayern pour s’assurer une victoire méritée avec un but marqué toutes les huit tentatives. Les héros du soir s’appellent Müller, Coman et Lewandowski. Le premier a prouvé son potentiel de neuf, le deuxième a été omniprésent et le troisième a fait son boulot.

Un petit grain de sable


Pour réussir un casse, il faut une machine bien huilée, qui ne tolère pas le moindre pas de travers. Et, d’entrée de jeu, les Aigles noirs planent sur la surface bavaroise en imposant un pressing haut, auquel les joueurs du Bayern répliquent par de longs ballons qui agacent passablement Jupp Heynckes. En alignant une composition inédite par rapport au match face à Wolfsburg (seuls Sven Ulreich et Javi Martínez avaient été titularisés le week-end dernier, ndlr), le vétéran a sorti une arme de guerre censée annihiler d’entrée de jeu une quelconque tentative de braquage à la turque. Et le petit grain de sable qui enraye la machine s’appelle Domagoj Vida. Au bout d’un quart d’heure, le Croate, en position de dernier rempart, découpe Robert Lewandowski à l’entrée de la surface et voit logiquement rouge. Mais Senol Günes compte sur un repli défensif à défaut d’un changement tactique, aucun de ses joueurs n’étant assez échauffé pour affronter prématurément le froid munichois.


Pour le Bayern, c’est le signal de départ. Avec quinze tentatives et 71% de possession de balle, les Bavarois prennent pleinement le contrôle de la partie et Jupp Heynckes retrouve le sourire. Mais ils sont nombreux à se casser les dents sur le béton turc : James, prématurément remplacé par Arjen Robben pour un ballon pris en pleine poire, Lewandowski, Alaba, Hummels, Müller et surtout Coman. Le Français, après avoir déposé Adriano sur le couloir gauche, est d’ailleurs à l’origine de l’ouverture du score relativement tardive de Thomas Müller. Son centre trouve David Alaba qui remet sur son capitaine, lequel n’a plus qu’à conclure du pied droit une offensive en panne d’efficacité (1-0, 43e) et qui a mis étonnamment longtemps à faire sauter le verrou du Beşiktaş, déterminé à ne pas subir son infériorité numérique.

Et une tempête de feu


Indispensable tout au long de la partie, Coman passe de passeur à buteur à peine dix minutes après la reprise, d’un plat du pied sécurité au point de penalty à la suite d'un service lumineux de Lewandowski (2-0, 53e). Il faut un break pour que Senol Günes choisisse enfin la solution défensive en remplaçant Vágner Love, aligné seul en pointe, par Tošić à l'heure de jeu. Nouvel objectif : abandonner le casse et limiter la casse pour se laisser un maximum de chances pour le retour. Mais Thomas Müller en décide autrement et montre qu’il a un vrai potentiel de numéro 9 en reprenant de volée un centre laser de Joshua Kimmich (3-0, 66e). Le capitaine aurait même pu prouver une deuxième fois sa complicité avec l’excellent Coman, remplacé par Franck Ribéry, mais sa tête passe au-dessus de la barre de Fabricio. Une occasion manquée parmi les vingt-sept autres des Allemands, qui s’en sont créé finalement six fois plus que leurs adversaires du soir.

Et si Robert Lewandowski fait partie des vendangeurs, le Polonais a tout de même réussi à faire parler son flair par deux fois. D’abord en reprenant une mine de Mats Hummels, repoussée par la main ferme de Fabri (4-0, 78e), puis en concluant un centre de Thomas Müller dix minutes plus tard (5-0, 88e). Une manita méritée synonyme de quatorzième victoire d’affilée et qui rappelle la dangerosité du Bayern en huitièmes de finale de C1. Après Arsenal et le Shakhtar Donetsk, c’est au tour d’un Beşiktaş étouffé à petit feu de venir inscrire son nom à ce triste palmarès.


Bayern Munich (4-3-3) : Ulreich - Kimmich, Boateng, Hummels, Alaba - James (Robben, 44e), Javi Martínez, Vidal (Tolisso, 83 Comane) - Müller, Lewandowski, Coman (Ribéry, 81 Comane). Entraîneur : Jupp Heynckes.

Beşiktaş Istanbul (4-2-3-1) : Fabri - Caner (Gökhan Gönül, 69e), Vida, Pepe, Adriano - Medel (Arslan, 85e), Hutchinson - Babel, Talisca, Quaresma - Vágner Love (Tošić, 57e). Entraîneur : Senol Günes.


  • Résultats et classements de la Ligue des champions
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue des champions



    Par Julien Duez
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    Hier à 15:04 Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
    Hier à 16:30 La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 17 Hier à 15:20 Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 Hier à 14:50 Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 Hier à 13:47 Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 46
    Partenaires
    Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible