Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 8es
  3. // Barcelone-Lyon (5-1)

Le Barça baffe Lyon

Écrasés 2-0 en première mi-temps, abandonnés par la VAR puis par Anthony Lopes sur blessure, les Lyonnais ont tout de même esquissé un semblant de réaction. Une révolte violemment douchée par un Messi omniprésent. La France n'a plus de représentant en Ligue des champions, et c'est peu dire que le Frexit ne s'est pas fait en douceur.

Modififié

FC Barcelone 5-1 Olympique lyonnais

Buts : Messi (18e sp, 78e), Coutinho, (31e) et Piqué (81e et Dembélé (86e) pour le Barça // Tousart (58e) pour l’OL

Il est des histoires qui peuvent vous échapper. Et Lyon l'a terriblement expérimenté ce mercredi soir en huitièmes de finale de la Ligue des champions à Barcelone. Car les hommes de Bruno Genesio ont laissé libre cours à l'imagination de Lionel Messi, à la théâtralité de Suárez et à la complicité de la régie (pourquoi pas de VAR sur le premier but ?) pour que le premier acte les condamne. Pour que le rebondissement du second soit plus succulent, pensaient-ils, tant ils avaient repris la plume avec audace à l'heure de jeu. Un brouillon finalement empoigné avec violence par Lionel Messi qui a déchiré tout ça d'un doublé de buts et de passes décisives. Sévère, lourd, mais pas totalement immérité.

Les notes de Lyon

Le poids des masses


Quand leur car les a jetés sur le parvis du Camp Nou, les Lyonnais sentaient quelques kilos superflus dans leurs besaces en cuir ou leurs sacs à dos strassés. Face à eux, un monument. Celui qui vous enveloppe dans des décennies d’histoire, de jeu, de légendes et de codes, tout ça au milieu de 92 000 personnes. Si les gars de Genesio ressentaient particulièrement tout ce poids ce mercredi, c’est aussi parce qu’ils trimbalaient en soute un rêve peut-être un peu trop gros : l’espoir de surprendre le Barça chez lui, après le match nul et vierge heureux obtenu à l’aller. Un chouette fantasme, partagé avec ses 5000 supporters. Mais dans un pays où le mot « fantasma » , signifie plutôt « fantôme » , c’était oublier que celui de cet Opéra se nomme Lionel Messi. L’Argentin a dégonflé d’un souffle les maigres velléités lyonnaises en ce début de match. Dans un fauteuil en numéro 10, la Pulga régale à tour de rôle Philippe Coutinho et Luis Suárez quand il n’en garde pas quelques-unes pour lui.

C’est d’ailleurs en suivant ce schéma que le Barça ouvre le rideau de la défense lyonnaise : lancé par Messi sur l’extérieur de la surface, Suárez s’écroule sur ce qui semble être un tacle maladroit de Denayer (sur le ralenti, il s’avère que c’est plutôt l’Uruguayen qui marche sur le pied du Belge). Pas d’appel à la VAR, mais un appel au calme : Messi transforme le penalty d’une panenka (1-0, 18e). Le seul élément qui semblait pouvoir lui résister vient de céder. Car avant ça, Anthony Lopes avait sorti le grand jeu pour sortir sa frappe brossée (3e) ou pour lui subtiliser dans les pieds un ballon en profondeur (13e). Mais touché par Coutinho sur une nouvelle sortie désespérée, le gardien portugais, laissé sur le terrain alors qu’il avait mis 5 minutes pour s’en relever, groggy, ne pourra qu’observer Coutinho pousser dans le but vide un ballon fourni par Suárez (2-0, 31e). Sans même avoir tenté sa chance, si ce n’est par une frappe lointaine de Ndombele (9e) ou une autre de Dembélé contrée in extremis par Lenglet (20e), Lyon reste sans voix. Et quand Lopes cède finalement sa place en larmes à Mathieu Gorgelin, rapidement testé par Messi (40e), les Gones ne semblent pouvoir que lâcher dans un souffle : « No puedo mas ! »

La demontada


Personne n’a encore vu l’ombre de Fekir ou de Memphis au retour des vestiaires. Pourtant, Léo Messi est toujours là, acceptant l’offrande d’Arthur pour finir le boulot. Mais son ballon piqué est dégagé sur la ligne par Marçal, jusqu’ici complètement paumé. Lyon est alors donné pour mort, mais c’est là qu’il préfère revivre. D’un claquement de doigts, sentant la douce odeur du défi impossible à relever, les leaders techniques rhodaniens sortent enfin de leur torpeur. Depay et Fekir retrouvent des couleurs, et c'est sur une combinaison et un coup de billard sur corner que Lucas Tousart, d'un enchaînement contrôle de la poitrine-volée, remet l'OL dans le coup (2-1, 58e). Inespéré. D'autant plus qu'ils remettent un coup d'accélérateur, sûrs de leur capacité de réaction : Fekir touche le petit filet (63e), quand Depay est trop court pour armer sur un centre de Mendy (65e). De quoi faire tomber une averse de sifflets des tribunes. Des huées qui auront le mérite de secouer les Blaugrana et de doucher les ambitions lyonnaises. Ou plutôt au fantôme de ressortir de son placard. Zigzaguant entre Marcelo et Denayer, Messi croise une frappe que Gorgelin ne peut que caresser (3-1, 78e). Les illusions lyonnaises sont alors déjà haut dans le ciel catalan, quand Gerard Piqué (4-1, 81e) et Ousmane Dembélé (5-1, 86e) profitent chacun leur tour des accélérations et de la maestria de l'Argentin pour finir de fermer le cercueil des Lyonnais, en reprenant les offrandes au second poteau. Terrible, mais la marche était trop haute pour l'OL.


Barça (4-3-3) : Ter Stegen - Sergi Roberto (SSemedi 83e), Piqué, Jordi Alba - Arthur (Vidal, 73e), Busquets, Rakitić - Messi, Suárez, Coutinho (Dembélé, 70e). Entraîneur : Ernesto Valverde.

Lyon (3-4-1-2) : Lopes (Gorgelin, 33e) - Denayer, Marcelo, Marçal - Dubois, Tousart, Ndombele, Mendy (Cornet, 77e)- Fekir - Dembélé, Depay (Traoré, 72e). Entraîneur : Bruno Genesio.


  • Résultats et classement de la Ligue des champions



    Par Mathieu Rollinger, au Camp Nou
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom

    il y a 10 heures En D7 anglaise, il marque un but d'une tête de plus de 50 mètres 20
    Partenaires
    Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
    À lire ensuite
    Les notes de Lyon