Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Histoire vraie
  2. // Article issu du magazine

Barbade-Grenade (1994) : le match le plus bizarre de l'histoire ?

Lorsque les organisateurs de la Coupe caribéenne des nations décident en 1994 que tout but en or inscrit lors de la prolongation compte double, ils ne se doutent pas des conséquences kafkaïennes sur le scénario du match entre la Barbade et Grenade.



27 janvier 1994, banlieue de Bridgetown, capitale de la Barbade. Le stade national de ce minuscule territoire perdu au bout de l’archipel des Petites Antilles est en ébullition. L’équipe de la Barbade, les Bajan Rockets, vient de marquer un but qui lui permet d’arracher la prolongation et sauvegarde ses chances de passer le tour préliminaire de la Shell Caribbean Cup, compétition qualificative pour la Gold Cup. Entre la pelouse et les tribunes du stade, la piste d’athlétisme et la piste cyclable semblent infinies. Malgré la distance, les immenses éclats de rire des spectateurs parviennent aux oreilles des joueurs de la Grenade, adversaires du jour des Bajan Rockets. C’est qu’en marquant ce but à trois minutes de la fin du temps réglementaire, la Barbade a joué la plus grande farce jamais permise par le règlement d’une compétition. Ce but qui l’envoie en prolongation, la Barbade l’a en effet marqué de plein gré... contre son camp ! Pourquoi cette parodie de football ? Pour la cinquième édition de la Shell Carribean Cup, les organisateurs ont fait dans l’ubuesque... Afin de prévenir des positions trop serrées au classement des poules qualificatives, ils ont prévu que chaque match s’achevant sur un score nul comporterait une prolongation avec but en or... et que celui-ci compterait double. À leur décharge, il faut bien admettre qu’il n’est guère aisé de créer de nettes différences dans des poules de trois équipes qui ne se rencontrent qu’une seule fois.

Premier but contre son camp


Avant l’ultime et décisive rencontre entre la Barbade et la Grenade, le suspense est entier dans le groupe 1 des éliminatoires. Porto Rico a battu la Barbade 1-0, et la Grenade a disposé de Porto Rico par un but marqué en prolongation, soit une victoire par 2 à 0. Au classement, la Grenade fait la course en tête au titre de la différence de buts. Un match nul ou une défaite par un but d’écart lui suffit pour passer ce round. Porto Rico, second après deux matchs, est définitivement éliminé. Quant à la Barbade, elle ferme la marche, mais conserve un réel espoir de qualification. Il lui suffit de l’emporter par deux buts d’écart face à la Grenade. Le match commence idéalement pour les Bajan Rockets. Après avoir ouvert le score durant le premier half, ils prennent le large en milieu de seconde mi-temps. À 2-0, leur billet pour la phase finale est assuré, mais la Grenade pousse pour obtenir une réduction du score qui la qualifierait. À la 83e minute de jeu, les Grenadiens jouent une longue touche côté gauche. Un attaquant grenadien récupère le cuir dos au but et tente de servir un coéquipier qui arrive lancé dans la surface adverse. Un défenseur bajan intercepte alors précipitamment et frappe en direction de sa propre cage. Légèrement avancé et surpris par la maladresse de son coéquipier, le gardien, Horace Stoute, ne peut rien faire... La Barbade vient de marquer contre son camp. À 2-1, c’est maintenant la Grenade qui repasse en tête au classement.

Folie tactique


Pour se qualifier, les Bajan Rockets doivent marquer un troisième but pour reprendre deux buts d’avance. À la 87e, alors que le cadenas grenadien est solidement verrouillé, une lumière s’allume dans les esprits des Bajan. Un rappel du règlement s’impose à cet instant : en cas de match nul, il est prévu de jouer une prolongation avec but en or valant double. Question : quand il reste trois minutes de jeu, vaut-il mieux tenter de marquer un but dans le camp adverse ou profiter d’un règlement vaseux pour se donner le temps de la prolongation ? Le défenseur Sealy et le gardien Horace Stoute hésitent dans un premier temps à profiter de l’absurdité du règlement et à fouler de leurs crampons les règles les plus élémentaires du fair-play. Sealy finit par trancher en expédiant le ballon dans les filets de son propre gardien. But compte double : 2-2. Voilà les Bajan Rockets aux portes de la prolongation. Pour rêver à la demi-heure supplémentaire et au but comptant double qui les qualifierait, il leur faut encore tenir cent quatre-vingts secondes sans encaisser de but... et empêcher la Grenade de dégoupiller dans son propre camp. Car leurs adversaires, s’ils ont été lents à la détente, ont fini par piger l’astuce et comprennent qu’ils peuvent, eux aussi, tirer avantage du règlement avec un CSC : une défaite par un but d’écart les expédierait tout droit en phase finale. Alors que les Grenadiens s’apprêtent à rendre aux Bajans la monnaie de leur pièce en tirant dans leurs propres filets, c’est Sealy, le défenseur barbadien, qui vient sauver sur la ligne adverse.


Ce but qui l’envoie en prolongation, la Barbade l’a marqué de plein gré... contre son camp !
La fin du match est délirante. Pour éviter la prolongation, la Grenade tente de marquer dans n’importe quelle cage. La Barbade, de son côté, se déploie pour préserver les deux buts. Depuis son banc de touche, le coach grenadien James Clarkson fulmine : « Nos joueurs étaient désorientés, ils ne savaient même pas dans quelle direction attaquer, le but de nos adversaires ou le nôtre. Je n’avais jamais vu ça. En football, on est censé marquer contre l’adversaire, pas pour lui ! » Après quatre minutes de temps additionnel, l’arbitre finit par siffler et envoie les deux équipes en prolongation. La Barbade a réussi le premier volet de son plan diabolique. Reste à accomplir le second : marquer le fameux but en or qui compte double. C’est chose faite dès la 94e par l’intermédiaire de Trevor Thorne, qui s’infiltre côté gauche et fusille le gardien grenadien d’un joli tir croisé. Le match est aussitôt arrêté sur la marque officielle de 4-2 pour la Barbade. Les Bajan Rockets sont qualifiés pour la phase finale de la Shell Caribbean Cup 1994. Au grand dam de Clarkson : « Je me sens trompé. Le gars qui a pondu cette règle devrait prendre la direction de l’asile de fous. »

Article issu du Hors-Série Tactique de SO FOOT de 2014.

Par Jean-Damien Lesay
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi Olive & Tom
Hier à 10:30 Polémique de jet privé pour Infantino 26