Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 4 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Interview Lauren

Lauren : « Aujourd’hui, on donne trop de pouvoir aux joueurs »

Depuis qu’il a raccroché les crampons il y a 10 ans, Lauren est rentré à Séville, la ville où sa famille avait atterri du Cameroun lorsqu'il était petit, et s’est fait une place à la télévision espagnole, pour qui il décortique les matchs de Liga. L’occasion de faire un point sur ses projets entre coaching et FIFA, mais aussi de causer foot africain, Arsenal et nouvelles générations.

Il paraît que tu passes tes diplômes d’entraîneur. Pourquoi maintenant, 10 ans après la fin de ta carrière ?
J’ai profité du confinement pour m’y mettre, je viens d’obtenir les licences A et B de l’UEFA. Si je poursuis dans cette voie, la prochaine étape sera la licence pro avec des cours au printemps prochain, en fonction de l’évolution de la pandémie. J’aime apprendre, être en formation permanente, donc j’avais ça en tête depuis un moment. C’est aussi lié au fait que je travaille dans les médias. Quand, à la télé, tu dois faire des analyses de matchs, d’équipes et de joueurs, plus tu es formé, plus ta vision sera pertinente. Ces diplômes sont aussi une porte ouverte pour le futur. On ne sait jamais de quoi il sera fait.

En as-tu parlé avec Arsène Wenger, ton coach pendant six ans à Arsenal ?
Pas de ce sujet-là en particulier, mais on s’est rencontrés lors d’un événement à Londres. Je lui ai parlé de mon envie d’intégrer la FIFA pour un projet de développement du football africain. Je ne suis pas un Christophe Colomb qui va découvrir l’Amérique ou l’Afrique, il y a déjà beaucoup de gens qui travaillent sur le sujet, mais les nouvelles idées sont toujours bienvenues. Je pourrais apporter une connaissance tirée de mes expériences dans le foot européen et de ma vision de l’administration. Avec Wenger, on s’est rappelés depuis, il m’a dit qu’il devait d’abord prendre ses marques dans son nouveau poste à la FIFA (directeur du développement du football mondial, N.D.L.R.), mais qu’il avait bien pris en compte ma demande.

Le football africain n’aurait-il pas justement besoin de plus de représentants sur les bancs de touche européens ? Cet été, le Nigérian Ndubuisi Egbo est devenu avec le KF Tirana le premier entraîneur africain à qualifier une équipe pour la Ligue des champions.
Je pense que ça viendra avec le temps. Il y a Patrick Vieira à Nice, il y a eu Chris Hughton à Brighton... Il faut être positif, les nouvelles générations arrivent, elles sont plus conscientes et préparées. Bientôt, nous verrons des coachs africains sur les bancs européens et mondiaux.

Depuis la Coupe du monde en Afrique du Sud il y a 10 ans, on a l’impression que le foot africain a peu avancé, par rapport à d’autres régions du monde, comme l’Asie ou certains pays d’Amérique latine. Fais-tu le même constat, toi qui es ambassadeur d’Arsenal en Afrique ?
Oui, malheureusement. Je dis toujours qu’au niveau individuel, le foot africain a déjà beaucoup donné. Drogba, Eto’o, Foé, Song, Abedi Pelé, Kanu... Je peux te nommer une infinité de joueurs d’origine africaine qui ont triomphé dans le monde. Weah a même gagné le Ballon d’or. Après, au niveau collectif, il y a largement de quoi s’améliorer. Nous, on a été champions olympiques avec le Cameroun, le Nigeria aussi, mais si on parle de Coupe du monde, on est encore un ou deux étages en dessous de l’Europe et de certains pays d’Amérique latine. Les équipes européennes sont beaucoup plus préparées que les équipes africaines pour disputer ce genre de tournoi. Je te donne un exemple : mon fils a 11 ans, il vient d’entrer au centre de formation du FC Séville. Là, avec la Covid, ils ont dû se réorganiser. Ils ont donc deux entraînements par semaine en présentiel, plus un entraînement vidéo le lundi. À 11 ans, on lui montre déjà ses erreurs, ce qu’il fait de bien, ce qu’il doit améliorer. Donc en plus du talent inné, on lui apprend dès le plus jeune âge à compléter ses capacités individuelles par de l’analyse technique et tactique. Là où je veux en venir, c’est qu’ici, en Europe, on prépare très tôt les futurs joueurs pour qu’ils continuent à dominer le football mondial. L’Afrique, du fait de sa situation économique principalement, est encore loin de ce niveau de professionnalisation.

Ton Cameroun du début des années 2000 avait la meilleure sélection du continent, mais il est peu à peu rentré dans le rang, malgré le titre lors de la CAN 2017. Il n’a pas pris un point en Coupe du monde depuis votre victoire contre l’Arabie saoudite en 2002. C’est un problème de générations, de manque de leaders ?
C’est un ensemble de facteurs. Je pense que le problème du foot africain en général, et du Cameroun en particulier, est sa vision court-termiste des choses. La preuve dernièrement avec Clarence Seedorf : on le signe, et après trois matchs on le vire pour mauvais résultats. Combien de sélectionneurs a eus le Cameroun depuis mon époque ? (15 depuis la Coupe du monde 2002, N.D.L.R.) C’est un désastre. Il faut des plans à long terme, une base dans la méthodologie de travail et dans la philosophie de jeu, une continuité des U15 aux U20, pour que les joueurs qui arrivent chez les A sachent quel est le système de jeu et comment l’équipe fonctionne. L’Espagne a ça, je pense que l’Argentine et plein d’autres nations l’ont aussi. Est-ce que ça te garantit le succès ? Non, parce que dans le football 10+10 ne font pas 20. Mais on aura plus de chance d’être performant que dans le modèle actuel.

Dernièrement, tu as donné plusieurs interviews en Angleterre pour revenir sur l’époque des Invincibles. Tu expliques que l’engagement était tel à l’entraînement qu’aucun adjoint de Wenger ne voulait arbitrer les oppositions. Vous étiez quand même amis en dehors des terrains ?
Bien sûr ! À Arsenal, il y avait des grands professionnels, très compétitifs, mais aussi des grands êtres humains, à commencer par Wenger, qui avant de recruter un joueur s’intéressait à la personne. Arsenal était une famille, on te le faisait sentir tout de suite en arrivant.


Ce niveau d’exigence à l’entraînement, parfois extrême et sujet à tensions, tu penses qu’il existe encore ?
Beaucoup de choses se sont améliorées dans le football, notamment ce dont on parlait tout à l’heure, sur le perfectionnement des méthodes de travail dans les centres de formation. D’un autre côté, je pense qu’aujourd’hui on donne trop de pouvoir aux joueurs. Si un joueur dit « Ah ! » , tout le monde flippe. Avant, les institutions et les entraîneurs étaient toujours au-dessus des joueurs. Ce n’est plus le cas. Il y a trop de monde autour des joueurs désormais, et cela influe sur leurs performances. On en est arrivés au point où les clubs craignent les joueurs, là-dessus je pense qu’on a fait un pas en arrière.

Les nouvelles générations seraient aussi plus distraites, incapables de regarder un match pendant 90 minutes. Tu constates ça à la maison avec ton fils ?
Il y a quelque chose que j’ai remarqué : à notre époque, c’était quasiment impossible de voir un joueur de 13 ou 14 ans se blesser musculairement. Pourquoi ? Parce que les gamins jouaient dans la rue. À la fin de l’entraînement, ils continuaient à jouer entre eux, donc leurs muscles, leurs articulations, leurs chevilles étaient plus solides, plus résistantes. Aujourd’hui, ils font quoi ? Ils s’assoient dans le canapé, ils jouent à la Play, ils vont sur Tik Tok. Et leur musculature ne se développe pas. Attention, je le répète : il y a plein d’aspects positifs dans le football actuel. Mais on a un peu perdu le nord sur certains points. Les gamins n’ont plus d’interactions physiques entre eux en dehors des entraînements.

Par rapport à ton époque, Arsenal n’a plus le même stade, il n’a plus de grandes figures, il a une autre identité de jeu et il s’est éloigné durablement du podium. C’est un club qui continue quand même à te plaire ?
Le club avait besoin de faire un pas en avant sur le plan économique, pour engendrer des revenus susceptibles de faire face à la nouvelle demande et aux nouveaux salaires de l’élite du football mondial. Sans cela, il aurait été impossible de payer des joueurs 150 000 ou 200 000 livres par semaine. C’est difficile de trouver un équilibre entre le développement économique du club et le maintien de son passé. Après, s’il était nécessaire de faire ces changements, sa position actuelle devrait être meilleure. Arsenal a toujours lutté pour le titre ou les premières places. Dernièrement, il y a du mieux : Arteta est un très bon entraîneur, il a gagné la FA Cup la saison dernière, le Community Shield en début de saison. Si on lui laisse le temps de bien travailler, je pense qu’Arsenal redeviendra la référence qu’il a toujours été.

Propos recueillis par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.

Dans cet article


Partenaires
Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom
Hier à 22:20 Revivez le quiz "L1 des années 2010" avec Pierre Nigay 4 Hier à 13:32 EuroMillions : 210 millions d'€ à gagner ce vendredi + 1 millionnaire garanti ce vendredi
Hier à 17:29 Thierry Henry démissionne de son poste d'entraîneur de Montréal 145 Hier à 16:50 CDF : Romorantin élimine le FC M'Tsapéré et rejoint les 16es 8
Hier à 14:00 Un but de 40 mètres en D4 anglaise 12 Hier à 13:30 Pablo Sabbag, l'attaquant d'Estudiantes qui s'entraîne en marchant sur des braises 21
Partenaires
Tsugi Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 10:28 Viens défier Pierre Nigay jeudi 20h sur un quiz L1 des années 2010 1