Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 18 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Finale
  3. // France-Croatie (4-2)

La tête dans les étoiles

On y est : vingt ans après le sacre de 1998, l'équipe de France a brodé dimanche, à Moscou, la deuxième étoile de championne du monde de son histoire en balayant la Croatie en finale (4-2). Géant !

Modififié

France 4-2 Croatie

Buts : Mandžukić (18e, c.s.c.), Griezmann (38e, s.p.), Pogba (59e) et Mbappé (65e) pour les Bleus // Perišić (28e) et Mandžukić (69e) pour la Croatie.

Une explosion sentimentale. Ça s'est joué au milieu de la grisaille moscovite, à un moment où la Croatie avait deux genoux au sol et où Kylian Mbappé a décidé de saisir le moment pour la mettre définitivement à terre. Il ne restait que vingt-cinq minutes : là, Didier Deschamps est sorti de sa grotte, a poussé le monde entier et on a vu le visage du sélectionneur français se rider de tous les côtés. On perçoit des larmes, il attrape une étoile : la première de sa carrière d'entraîneur, la deuxième de l'histoire du foot français et la seconde de sa vie d'homme. L'équipe de France l'a fait, et le 15 juillet est devenu un jour sacré. Il sera aujourd'hui connu comme celui où les Bleus sont revenus sur le toit du monde et où cette génération a embrassé l'éternité.

Respiration technologique


Une finale de Coupe du monde comme un western : un soleil qui fracasse les crânes, une explosion après l'attente, un moment pour séparer l'éternité de l'oubli. Quatre jours que tout ça infuse, que les acteurs viennent raconter au monde leurs souvenirs de 1998, comme si, entre-temps, 2006 n'avait jamais eu lieu. Il fallait que ça pète, pour de bon, histoire d'aller rafler le blé au bout d'un duel de chasseurs de primes entre une Croatie dont on ne connaissait rien de la fraîcheur physique après trois prolongations dévorées aux tripes et des Bleus qui se sont trouvés en plein Mondial pour ne plus se lâcher ensuite. Moscou n'a rien d'un nouveau Berlin, c'est autre chose qui s'est écrit dimanche : un rendez-vous générationnel. Alors, Ronaldinho a ouvert le film en explosant ses mains sur un tambour, Philipp Lahm est venu sortir le vif d'or de son coffre et tout a explosé : une bataille rangée, une vraie. Les Croates se sont alors jetés à la gorge de l'équipe de France, dégainant un pressing millimétré, leur football impeccable et envoyant sur la table leurs tripes. L'opération était visée : prouver aux Bleus qu'ils ne sont pas là par hasard (on le savait) et casser rapidement leur ampoule.


Ainsi, rapidement, Didier Deschamps s'est retrouvé sans lumière au milieu, N'Golo Kanté se laissant happer par la triplette Rakitić-Modrić-Brozović et la Croatie assurant le rythme de la baston. Et alors ? Les Bleus savent attendre et se sortir des cordes. Une première fois, à la dix-huitième minute de jeu : Griezmann s'en va gratter un coup franc côté droit dans les pieds de Brozović et trouve la tête de Mandžukić sur l'affaire (1-0, 18e). Et une seconde avant la pause, au bout d'un casse-tête technologique qui aura vu Ivan Perišić être jugé coupable d'une main après un coup de crâne de Blaise Matuidi sur corner et Antoine Griezmann inscrire son troisième but de la compétition (2-1, 38e). Dur à avaler pour les Croates qui ont réussi à toucher la mâchoire tricolore dix minutes plus tôt grâce au même Perišić, venu pousser Kanté à une faute devant la surface bleue et terminer la prise dans la foulée, se jouant à l'arrivée de nouveau du milieu de Chelsea (1-1, 28e). Tout ça était mérité et un nul au moment de compter les points à la pause n'avait rien d'un scandale. Alors, comme si les sifflets de l'armada croate n'étaient pas assez bruyants, le ciel s'en est mêlé : le Loujniki est devenu gris.

Génération 2018


Gris car les Bleus enchaînent les sorties de balle suicidaires, gris car la Croatie aurait également pu choper un penalty (pour une faute de Pogba sur Mandžukić), gris car Deschamps lui-même sent que la tournure de la chose est étrange, alors qu'Hugo Lloris sauve la patrie en cassant une flèche tirée par Rebić. Réponse tactique : un coup de tonnerre, le boss tricolore faisant sortir N'Golo Kanté dix minutes après la pause pour avancer son pion Nzonzi sur le damier. Et réponse numérique : peu avant l'heure de jeu, Mbappé s'allume en profondeur, trouve Griezmann en retrait et Paul Pogba fonce pour faire sauter la porte en deux temps (3-1, 59e). Un courant d'air sur le script au milieu duquel Kylian Mbappé vient balancer son sourire à toute vitesse d'une frappe à l'entrée de la surface (4-1, 65e).


Le mode opératoire est assumé depuis les huitièmes de finale : ces Bleus seront froids et s'en sortiront ainsi, point. Cette fois, ils ont quand même accepté d'en reprendre une dans la tronche, laissant cette finale se relancer à vingt minutes des cotillons par l'absurde. Soit en pleine phase de relance, Lloris tentant sur le coup de transformer Mandžukić en jouet et se faisant contrer (4-2, 69e). Un instant lunaire et l'ouverture d'une fenêtre pour laisser la Croatie espérer, une frappe de Rakitić venant ensuite danser avec le cadre tricolore et Dalić sortant toutes ses cartes offensives (Pjaca, Kramarić). Puis, on a compris, à l'heure de l'ouverture du temps additionnel : le public croate s'est levé pour remercier ses joueurs, le rythme est retombé, Pogba rate une balle de 5-2, la piste est dégagée. L'équipe de France est championne du monde au bout de la finale de Coupe du monde la plus prolifique depuis 1966. Immense !





France (4-2-3-1) : Lloris – Pavard, Varane, Umtiti, L. Hernandez – Pogba, Kanté (Nzonzi, 54e) – Mbappé, Griezmann, Matuidi (Tolisso, 73e) – Giroud (Fekir, 81e). Sélectionneur : Didier Deschamps.

Croatie (4-2-3-1) : Subašić – Vrsaljko, Lovren, Vida, Strinić (Pjaca, 81e) – Brozović, Rakitić – Rebić (Kramarić, 71e), Modrić, Perišić – Mandžukić. Sélectionneur : Zlatko Dalić.


Par Maxime Brigand, au stade Loujniki
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 14:20 Inceste, homosexualité, sacrifice de sa mère : Shiva N'Zigou déballe tout 162 jeudi 16 août Gervinho vers Parme 18 jeudi 16 août Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti jeudi 16 août Une ville anglaise ne veut plus des supporters 4 jeudi 16 août Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 31
À lire ensuite
Les notes de la Croatie