Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Amiens-Monaco

La seconde vie d'Adama Traoré

Il y a deux ans, Monaco claquait 14 millions d'euros pour l'exfiltrer de Lille. Mais pendant 24 mois, Adama Traoré a traversé un désert, la faute à une fracture de la cheville droite qui l'a tenu éloigné des terrains et diminué. Mais en trois apparitions cette saison, le Malien a démontré qu'il était très vraisemblablement de retour à son meilleur niveau.

Modififié

Mercredi à New York, la maison Christie's a fait partir pour 382 millions d'euros le Salvator Mundi, un tableau reconnu comme œuvre de Léonard de Vinci. Près de 400 millions d'euros, soit un nouveau record dans le monde de l'art contemporain, qui remet à leur place les 222 millions posés pour Neymar cet été par le Paris Saint-Germain. Pendant ce fameux mercato qui a fait péter plusieurs durites à Javier Tebas, le président de la Ligue espagnole, l'AS Monaco s'était également gavée avec les ventes de Benjamin Mendy, Bernardo Silva, Tiémoué Bakayoko et surtout Kylian Mbappé, parti pour une offre globale à 180 millions d'euros. Quel point commun entre le Salvator Mundi et le Wonderkid de Bondy ? Le vendeur, car dans les deux cas, c'est Dmitri Rybolovlev qui est concerné. Le proprio de l'AS Monaco a visiblement un talent pour investir là où il faut et ainsi compenser les dégâts collatéraux de ses déboires amoureux. Si, pour le moment, il est compliqué d'affirmer que l'oligarche russe a quelques autres toiles à vendre au prix fort sous le coude, ce qui est certain, c'est qu'il a en revanche quelques joueurs à forte valeur marchande pour les prochains mercatos : Fabinho, Baldé Keita, Youri Tielemans... Et peut-être également le revenant Adama Traoré.

Fracture de la cheville, prêt infructueux au Portugal et concurrence rude


Recruté à l'été 2015 pour 14 millions d'euros (une belle somme alors que le jeune Malien commençait tout juste à pointer le bout de son nez avec Lille), Traoré a vécu deux premières saisons galères avec l'ASM. En grande partie parce qu'en plein entraînement au mois d'octobre 2015, il se fracture la cheville droite. Fin de son premier exercice sur le Rocher dès le début de l'automne, avec seulement six matchs et une passe décisive au compteur. La suite, une longue et difficile convalescence, quelques apparitions et deux buts en Ligue 1, puis un prêt au Portugal, à Rio Ave, pour tenter de retrouver une condition physique digne de ce nom. Pas une franche réussite, avec sept bouts de match, un but, mais aucune titularisation. De quoi laisser planer l'ombre d'un talent définitivement perdu même si le début de mercato de l'ASM présageait un appel d'air dans l'entrejeu monégasque. Finalement, seul l'international français Bakayoko est parti, Youri Tielemans est arrivé, et Leonardo Jardim a construit son équipe sans son Malien. Qui a rongé son frein pendant les trois mois et demi, soit la préparation et les premières semaines de compétition.

Sauvé par le turn over


Puis la lumière est revenue récemment, sous la forme d'un choc Lyon-Monaco le 13 octobre durant lequel Leonardo Jardim tenait à faire souffler ses cadres. Sorti à dix minutes de la fin, Traoré a eu les honneurs d'une accolade appuyée et de quelques mots doux dans l'oreille de la part de son coach. Logique après avoir sorti une performance de haut vol, une grosse activité ponctuée d'une reprise magistrale du pied droit – il est gaucher, il faut le rappeler – malgré la défaite des siens.


Depuis, celui qui a été formé dans les académies Jean-Marc Guillou puis à Lille n'a pas pris d'abonnement dans le onze de Jardim, seulement 19 minutes contre Caen le 21 octobre, puis une titularisation contre Guingamp le 4 novembre. Un premier match complet depuis des lustres, dans lequel le Malien a été moteur, avec notamment deux buts. « Sans sa grave blessure, je suis persuadé qu'il serait déjà un joueur important du club » analyse Jean-Michel Vandamme, directeur du centre de formation de Lille, où le joueur a fini sa formation. « Nous, quand on l'a pris, tout nous plaisait chez lui : son volume de jeu, son intelligence, sa technique... Un vrai meneur de jeu pouvant tout faire. »

Le choix de Luis Campos


C'est d'ailleurs en étalant son talent au premier semestre 2015 que le Malien a suscité les convoitises de Monaco, prêt à claquer 14 millions sur un joueur non confirmé. « C'est Luis Campos, qui ne se trompe pas souvent, qui a bataillé pour l'avoir. Même si le prix était important, pour nous formateurs, c'était un pincement de voir partir un tel talent avant de l'avoir vu briller avec nous  » , explique Vandamme. « Même si Eden Hazard est au-dessus de tout le monde, Adama Traoré est dans les joueurs les plus talentueux que j'ai vu passer au LOSC. Il progressait très vite. » Pour le directeur de la formation lilloise, il ne fait aucun doute que son ancien joueur va très rapidement faire le bonheur de Monaco, malgré deux saisons en pointillé. Et qu'il rapportera lui aussi beaucoup d'argent au propriétaire de l'ASM : « Comme Bernado Silva ou Tiémoué Bakayoko, s'il ne se blesse pas, il va briller et finir dans un très gros club. » Et à un très gros prix.

Par Nicolas Jucha Propos de Jean-Michel Vandamme recueillis par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article