Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options

La saison de Bielsa et Leeds en 10 dates clés

Pour sa première saison à la tête de Leeds, Marcelo Bielsa en aura fait voir de toutes les couleurs aux fans des Peacocks. Retour sur ce premier acte en 10 dates clés qui, en réalité, suffisent à peine pour résumer la folie qui s'est emparée du chef-lieu du Yorkshire avec le Loco.

Modififié
  • 15 juin 2018 : A prophet is coming


    Jouez hautbois, résonnez musettes, il est arrivé le divin Bielsa ! Le 15 juin 2018, la nouvelle fait l’effet d’une bombe à Leeds, habitué à la morosité du ventre mou de Championship : « El Loco » va bien ramener sa glacière sur le banc des Peacocks la saison prochaine. Mais en réalité, la griffe Bielsa avait commencé à imprégner Leeds bien avant la conclusion du deal, quand le club annonçait « trois semaines d’entraînement intensif » et six matchs amicaux en 13 jours en pré-saison. De son côté, le natif de Rosario se mate tranquillement l’intégralité des 51 rencontres disputées par sa future équipe en 2017-2018.



  • 25 juin 2018 : Première conférence de presse, premiers frissons


    Bielsa ne s’exprimant médiatiquement que lors des conférences de presse, autant dire que celle de sa présentation officielle en attire plus d'un ! Devant une cinquantaine de journalistes nationaux et internationaux, l'Argentin offre du biscuit à tout le monde. « C’est imprudent de promettre quelque chose dont vous ne pouvez pas être totalement certain. Je pense que quand un entraîneur essaye de prédire le futur, il devient presque un démagogue. » Durée de la conf’ ? 90 minutes, of course !

  • 11 août 2018 : « Le Fou » prend la tête


    Deuxième journée de Championship : Bielsa et son effectif apprennent encore à se connaître, Kemar Roofe et consorts doivent s'adapter à ces nouveaux préceptes. Bonjour les bas-fonds du classement ? Que nenni ! Après avoir signé une première remarquable contre Stoke (3-1), Bielsa renvoie Frank Lampard à ses chères études en zigouillant Derby County sur son pré (1-4). On est le 11 août, et Leeds trône en haut du Championship. Le début d’une relation fusionnelle avec la place de leader, bien avant le cruel divorce...




  • 23 novembre 2018 : La joie du but à l’entraînement


    Réputé froid et distant, Bielsa va impressionner bon nombre de ses détracteurs en faisant preuve d’une grande disponibilité pour les fans des Peacocks pendant la saison. Et il n’y a pas de raison pour que les joueurs n’en profitent pas non plus : émerveillé par une esthétique volée inscrite par Patrick Bamford à l’entraînement, Tonton Bielsa tape un sprint de 30 mètres à deux à l’heure, les bras levés, pour claquer un gros câlin à son attaquant. Et en match, ça donne quoi ?



  • 20 décembre 2018 : À la diète !


    Six mois après son arrivée, tout le monde ne parle plus que du « Leeds de Bielsa » . Et pour cause : l’entraîneur de 63 berges a déjà chamboulé les vieilles habitudes de l’historique club du Yorkshire en les pimentant à la sauce argentine. Au menu : des joueurs obligés de ramasser leurs déchets sur le terrain d’entraînement pendant 3 heures (la même durée qu’un fan doit travailler pour se payer un ticket pour le stade), un effectif astreint à la diète – douze kilos en moins pour le gardien Blackman – ainsi que l’installation d’un lit et d’une cuisine pour son usage personnel à Thorp Arch. Motif : éviter de perdre du temps dans les bouchons. Une vie privée ? Pour quoi faire ?



  • 23 décembre 2018 : Aston V’là Bielsa !


    23 décembre 2018, 23e journée, et Leeds est toujours premier de Championship, malgré quelques soubresauts qui l’ont vu pointer à la 4e place fin octobre. Les Peacocks, qui ont reconquis leur trône à la précédente journée, vont obtenir le statut d’invincibles en 72 heures grâce à deux remontadas de l’espace à Aston Villa (2-3) et contre Blackburn (3-2). Première friandise : passer de 2-0 à l’extérieur à une remontée tout en douceur – avec le but de la victoire à la 95e minute. Deuxième sucrerie : se prendre le pion du 2-1 à domicile à la 90e minute pour finalement en coller deux autres dans le temps additionnel. Extra-time boss.



  • 11 janvier 2019 : Spygate et Powerpoint


    Veille de match à Elland Road, avant un important clash contre Derby County. Qui a la mauvaise surprise d’apercevoir un individu suspect autour de son terrain d’entraînement. Après quelques questions, l’hurluberlu avoue être un espion à la solde de Leeds : un étudiant stagiaire de 20 ans engagé par Bielsa himself pour zieuter ses futurs adversaires et faire la tournée des bars à la pèche aux infos. Tollé général. Que Bielsa désamorce via une conférence de presse improvisée à base de Powerpoint pour justifier ses agissements. «  Ce que j'ai fait n'est pas illégal. (...)  Quand vous observez l'adversaire, vous voulez connaître son onze de départ, ses tactiques et ses stratégies. » Malgré tout, Bielsa payera lui-même l'amende : fin du game.

  • 19 avril 2019 : Wigan, ça vous perd


    En cette paisible après-midi de 43e journée de Championship, Leeds ne rayonne plus comme avant (il a abandonné sa chère première place fin février), mais continue de régulièrement squatter la 2e place directement qualificative pour la Premier League. Sauf que la réception du très mal-classé Wigan (21e) se transforme en cauchemar, malgré un carton rouge pour les visiteurs dès la 14e minute et l’ouverture du score. Une défaite 2-1 dont Leeds ne se remettra jamais, avec un point pris lors des trois derniers matchs de la saison régulière pour échouer à la 3e place.

  • 28 avril 2019 : Bielsa et le fair-play, ça fait un


    C’est la foire au mental à Elland Road, avec une nouvelle contre-performance pour les ouailles de Bielsa malgré l’ouverture du score et une exclusion adverse (1-1). Sauf que cette fois, contre Aston Villa, les visiteurs doivent leur salut au bon vouloir de l’ancien sélectionneur du Chili et de l’Argentine, qui ordonne à ses hommes de laisser les Villans égaliser. Il faut dire que les Peacocks avaient marqué alors qu’un adversaire était au sol, mais qui d’autre que Bielsa pour prendre toutes les choses en main en gueulant à tour de bras ?



  • 15 mai 2019 : La chute de l’empire bielsain


    4-1, 2-0 puis 1-0 en demi-finales aller des playoffs d’accession. Soit trois succès en trois matchs et un seul but encaissé. Qui pour miser un pound sur le Derby County de Frank Lampard avant la demi-finale retour au vu de son bilan contre Leeds ? Pas grand-monde sauf peut-être Bielsa, qui sait son équipe capable du pire. Bingo : éclatante défaite 4-2 à domicile, synonyme de fin du rêve Premier League. Mort avec ses idées, l'ancien technicien de l'OM et du LOSC a payé cher l’éprouvante charge physique infligée à ses troupes tout au long de la saison. Une ou deux mises au vert la saison prochaine et on n’en parle plus ?

    Douglas de Graaf