Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Groupe F
  3. // Argentine/Nigeria (3-2)
  4. // Les notes

La Pulga et Musa règnent

Comme depuis le début de cette compétition, les Argentins s'en sont remis à un Lionel Messi égal à lui-même pour s'offrir une nouvelle victoire. Les Nigérians, emmenés par un grand Musa, n'ont pas démérité et ont vendu chèrement leur peau et la première place du groupe.

Modififié

Nigeria

V. Enyeama (5) : Comme d'hab', il a souri à la moindre occasion. Mais il n'a pas été décisif sur ce match - comme sur le coup franc de Messi - mis à part à cinq minutes de la fin. Sauf que le Nigeria n'a pas réussi à égaliser. Dommage.

E. Ambrose (7) : Fort de fruit, il s'est offert des montées rageuses dans son couloir, même si la justesse n'était pas toujours au rendez-vous. Et puis il y a un goût du virage large qui plairait beaucoup à Yvan Müller.

J. Yobo (5,5) : Like a Yobo from a broken home, nothing's gonna stop me. L'ancien de l'OM s'est bien défendu, jusqu'au bout. Du coup, on a plus vu Higuaín défendre qu'attaquer.

K. Omeruo (5) : Une anecdote résume assez bien le garçon : il est le seul joueur de l'histoire de l'Eredivisie à avoir, dans le même match, inscrit un but, un csc et pris un rouge.

J. Oshaniwa (5) : Un nom de Japonais, un club israélien, un passeport nigérian. Aucune cohérence pour un joueur qui n'avait pourtant véritablement personne à marquer.

O. Onazi (6) : L'ancien époux de Jackie Kennedy et l'ancien amant de Maria Callas avait encore les cannes pour mettre un coup de flip aux Argentins au milieu de terrain. Des gens pourtant assez accueillants généralement avec ce genre de dignitaires.

J. Obi Mikel (6) : Quand le numéro 6 bourrin par excellence de Chelsea, jamais brillant, toujours costaud, porte le numéro 10 en équipe nationale, on se rend compte des contradictions du football africain. Pourtant, sans taux de midiclorien particulièrement élevé, il a effectué son travail de l'ombre avec application.

A. Musa (8) : Le frisson du match, côté nigérian. Le joueur du CSKA Moscou a profité du climat brésilien pour faire gonfler son contrat. Face à l'Argentine de Messi, il n'y avait pas meilleur calcul. Musa chaud.

P. Odemwingie (7) : L'ancien Lillois a élevé son niveau de jeu pour l'occasion. Rapide, technique, c'était lui le fer de lance des contres nigérians. Mais pour abattre un grand fauve argentin, il faut un peu plus qu'une simple lance. Remplacé par U. Nwofor à la 34e.

M. Babatunde (4) : Baba n'avait rien d'une voyante, et ne se déplacait pas non plus vraiment en lévitation. Au grand dam de San Goku.

E. Emenike (6) : 1,82m, 90 kilos, et un plan de jeu très simple : un contrôle lâche, un coup de cul au défenseur, et on regarde où on en est. Un amour du corps-à-corps très Image, mais malheureusement, ses coéquipiers n'ont pas toujours joué sur les mêmes accords.

Argentine

S. Romero (3) : Déguisé en Scorpion, le portier remplaçant monégasque a été fidèle à son statut, avec absolument aucun arrêt décisif. À ce rythme-là, il pourrait rapidement emmener son équipe en enfer, pour ne jamais en revenir. Une fatalité.

P. Zabaleta (6) : Fidèle à lui-même, le défenseur latéral de City a bouffé de l'herbe, s'est râpé les genoux, mais a sauvé une balle de 3-3 face à Musa.

F. Fernandez (4) : Pas vraiment fonky, FF savoure l'existence comme il peut. Parce que sa présence au sein de cette équipe tient clairement du mystère, même si elle entretient le suspens. L'amour du risque.

E. Garay (6,5) : Malgré son nom qui résonne comme une espèce que certains aimeraient passer au karcher, il a été d'une propreté certaine. Signe qui ne trompe pas, dès qu'il fallait relancer, Fernandez lui filait le ballon.

M. Rojo (3) : Buteur décisif - du genou -, le latéral gauche argentin à la tête de poupon est néanmoins d'une fébrilité folle. On comprend donc comment Lucas Orban a pu être sélectionné.

J. Mascherano (6,5) : Remonté à son véritable poste devant la défense malgré sa récente chimio, il a avant tout cherché à faire deux choses : mettre des coups et des ballons dans les espaces. Et il a mieux réussi la première que la deuxième.

F. Gago (6,5) : Une maîtrise de la passe en retrait quasi artistique pour un joueur qui pourrait être fort s'il n'était pas si beau.

A. Di María (6,5) : Il a voulu forcer le passage dans l'axe, que ce soit par ses frappes lointaines ou ses passes, mais n'a pas su faire sauter la banque. Alors il a beaucoup couru pour compenser, et a fini le match complètement cramé.

S. Agüero (x) : Remplacé par Lavezzi (4) à la 38e. Lancé comme une vachette dans l'arène, il a fait du Lavezzi : un truc bien suivi d'un truc bidon.

L. Messi (8) : La Pulga a mis l'Argentine dans le bon sens. Un rebond et un coup franc, avant une sortie peu avant l'heure de jeu. Sa Coupe du monde va démarrer. Pour de vrai. Remplacé par R. Álvarez à la 53e.

G. Higuaín (4,5) : Un match à la Guillaume Hoarau, à faire le chien en défense, mais en salopant son rôle de base : trouver les ficelles du but. En même temps, il a passé son temps à occuper un couloir. Remplacé par Biglia à la 89e.

Par Charles Alf Lafon et Ronan Boscher
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 11:34 Football Leaks : une enquête de la FIFA sur les transferts troubles entre Aspire et Eupen 16
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:01 Venez regarder un match chez So Foot ! 6