Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Quarts
  3. // Dortmund-Liverpool

La pomme d'Adam

Hier, c'était un habitué de l'infirmerie. Mais tout a changé. En quelques mois, Adam Lallana est devenu un pion essentiel du système de Jürgen Klopp à Liverpool, au point de devenir un homme indispensable aux transitions offensives du technicien allemand. Doux comme un câlin.

Modififié
La célébration est devenue sa marque de fabrique. Le temps s'arrête et lui vit. Dans cet exercice aussi, Jürgen Klopp est novateur. En six mois passés derrière sa ligne de touche, l'Angleterre l'a vu agiter son poing, le lever, serrer les dents, danser, courir et sauter dans le ciel d'Anfield. Toujours la même émotion avec la même passion qui se peint sur son visage. On touche au style de l'entraîneur allemand et ce qui l'entoure. Klopp est un peu plus qu'un technicien. Certains anciens joueurs le comparent même «  à un ami proche, un confident ou même un pote de soirées » .


Sa force est dans le geste et la réaction. Dès sa première sortie avec le survêtement de Liverpool le 17 octobre dernier, à White Hart Lane, Jürgen Klopp avait affiné son côté tactile avec son nouveau groupe. Fin janvier, sur la pelouse de Norwich et au terme d'un match complètement frappé (5-4), il en avait même fracassé ses lunettes. Il y a pourtant une constante et un homme toujours au centre de la scène : Adam Lallana. D'entrée, Klopp l'avait pris dans ses bras et, lorsqu'il marqua le but vainqueur lors de la bataille de Norwich, l'international anglais retira son maillot pour sauter à son tour dans les bras de son entraîneur. Leur relation est fusionnelle. Et Adam croque enfin le haut niveau sous son talent. Comme un détonateur.

L'homme libre


Si bien que le mois dernier, Lallana a été élu meilleur joueur d'un mois de mars qui l'a vu offrir deux passes décisives et inscrire un but contre Manchester City.
« En ce moment, il est en train d'écrire une nouvelle page de son histoire et je suis très, très, très content que les gens se rendent compte à quel point c'est un grand joueur. » Jürgen Klopp
Il faut un temps laisser les statistiques de côté et le cas du milieu offensif des Reds entre dans cette case. Interrogé en conférence de presse sur la récompense décernée à son joueur, Jürgen Klopp avait alors expliqué qu'il « connaissait depuis toujours le potentiel de Lallana. Je le suivais encore plus à l'époque où il jouait à Southampton. En ce moment, il est en train d'écrire une nouvelle page de son histoire et je suis très, très, très content que les gens se rendent compte à quel point c'est un grand joueur. » Depuis l'arrivée de l'entraîneur allemand, Adam Lallana a enfin laissé de côté les problèmes qui étaient les siens sous Rodgers. Mal utilisé, peu en confiance, l'ancien joueur des Saints semblait même sur la route d'un départ, mais Klopp a tout changé. Par la confiance qu'il lui a donné dans un rôle de catalyseur offensif, entre un casseur de lignes et un ambianceur de soirée comme il avait su le faire contre Manchester City début mars (3-0), quelques jours après avoir raté son tir au but en finale de League Cup.



L'image de son envol devant la foule d'Anfield a marqué un tournant. Les bras écartés, seul dans sa joie, Lallana venait alors ponctuer une prestation parfaite autour d'un volume de jeu retrouvé et une expression réelle dans sa liaison avec Firmino.
« Je suis un joueur qui aime le pressing et qui adore avoir toute la liberté d'expression. Le coach m'a donné cette liberté. » Adam Lallana
L'essor des deux hommes s'est fait en parallèle. «  Cela signifie beaucoup pour un joueur de recevoir autant d'affection de la part de son entraîneur. Quand il vous remercie pour votre performance, vous ne pouvez que vous sentir bien, faire ce qu'il souhaite, expliquait il y a quelques jours, au Liverpool Echo, Adam Lallana. Je suis un joueur qui aime le pressing et qui adore avoir toute la liberté d'expression. Le coach m'a donné cette liberté. » On retrouve la patte de Klopp dans sa carte blanche offensive qui n'a qu'une exigence : le sacrifice pour la récupération avec, à la clé, des transitions offensives rapides.

La clé de l'infirmerie


Sa première saison à Liverpool avait été minée par les blessures à répétition, mais aujourd'hui, Lallana semble enfin atteindre le niveau qui était attendu de ses promesses passées.
« Je dois enfin progresser dans la surface de réparation. » Adam Lallana
Une époque où Mauricio Pochettino le décrivait comme « spécial et unique » , n'hésitant pas à le comparer à Iniesta ou Xavi. En début de saison, il était parti en quête de constance, cherchant du temps de jeu dans le système de Rodgers où il ne brillait que par intermittence. Il expliquait au Guardian : « Je pense qu'à 27 ans, je dois enfin progresser dans la surface de réparation, dans mon impact sur le jeu de mon équipe. Je ne peux plus attendre. »


Aujourd'hui, Lallana affirme vouloir « se battre pour entrer dans le long terme dans les plans » de Klopp qui est appelé l'été prochain à construire son propre effectif et à ne plus travailler avec un héritage. Adam devrait en être, dans un rôle de relais qui est taillé pour lui, ses jambes folles et sa vision du jeu hors pair qui lui ont permis de poser un tampon sur son aller simple pour le championnat d'Europe avec la sélection nationale. Adam et rêve.

Par Maxime Brigand
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 40 minutes Benzema impliqué dans une affaire d'enlèvement ? 20
il y a 6 heures Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 3 il y a 9 heures L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi
il y a 12 heures Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11
À lire ensuite
Chucky Ferreyra, le retour