Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Trophée des champions
  3. // PSG/Olympique lyonnais (2-0)

La passe de trois pour le PSG !

Sans surprise, le Paris Saint-Germain a remporté son troisième Trophée des champions consécutif et son premier titre de la saison en venant facilement à bout d'un Olympique lyonnais de plus en plus inquiétant. Sans envie ni coffre, les hommes d'Hubert Fournier n'ont pas fini d'avoir les fesses rouges.

Modififié

Paris Saint-Germain 2-0 Olympique lyonnais

Buts : Aurier (11e) et Cavani (17e) pour le Paris Saint-Germain

Ne pas tirer de conclusions hâtives après le premier match officiel de la saison. Les blessures arrivent vite, la fatigue aussi. Sans parler du fait qu'aucune équipe n'est à l'abri d'une série de résultats négatifs. Mais il faut bien avouer que si le PSG, qui nous avait jusqu'ici habitués à démarrer en douceur, évolue à ce niveau tout au long de l'exercice 2015-2016, le suspense n'aura pas sa place en Ligue 1 cette année. Du moins, ce n'est pas cet OL qui permettra de l'entretenir. Déjà punis et maîtrisés par Arsenal et Villarreal au cours de la pré-saison, les hommes d'Hubert Fournier ont confirmé ce soir être à mille lieues du niveau qui était le leur il y a quelques mois encore. Pas de cohésion, d'envie, de défense, ni de jambes… À part une frappe intéressante de Benzia aux vingt mètres suite à un bon service en retrait de Lacazette à la 32e, Lyon n'a rien montré en première période. Les deux buts prématurés d'Aurier et Cavani n'ont pas suffi à réveiller une équipe léthargique, dont on se demande si elle n'a pas totalement foiré sa préparation physique. C'est en tout cas ce que laisse croire l'incapacité des vice-champions de France à presser le porteur du ballon tout au long du match. Et face au PSG, ne pas presser, c'est se suicider. Ce soir, Lyon s'est laissé manger par l'ogre parisien. Et à une semaine du début de la nouvelle saison de Ligue 1, c'est tout sauf rassurant.

Aurier et Rabiot en jambes


Difficile d'analyser quoi que ce soit chez les Gones, globalement dépassés par un adversaire qui n'a même pas eu à courir pour lui marcher dessus. À part une belle intervention d'Anthony Lopes devant Zlatan Ibrahimović en fin de première période et quelques sorties intéressantes de l'international portugais, et donc, la fameuse occasion de Benzia, il n'y a rien à retenir et tout à corriger. L'OL va commencer la saison avec un déficit physique, tactique et mental. Les hommes de Laurent Blanc, eux, vont commencer à défendre leur titre avec un peu plus de certitudes. Des certitudes nommées Aurier et Rabiot. Car pendant que tous se concentraient sur la probable arrivée d'Ángel Di María et la fin de contrat de Zlatan Ibrahimović, les deux seconds couteaux de l'an passé bossaient dur pour tenter de gagner leur place, au moins pour le début de la prochaine campagne. Et force est de constater que le dur labeur porte déjà ses fruits. L'Ivoirien et le fils à maman ont avalé les kilomètres et dégoûté leurs vis-à-vis. Le premier s'offre même le luxe d'ouvrir le score sur un centre tendu de David Luiz dans la séquence d'un corner. À l'image des deux ex-Toulousains, Paris maîtrise son sujet. L'OL ne voit pas le ballon, et, quand il le récupère, se retrouve rapidement asphyxié par un bloc impressionnant de cohésion, d'intelligence et de fraîcheur. Résultat, Ibra & co quittent rarement la moitié adverse et martèlent la défense lyonnaise. C'est dans ce schéma que Cavani, à la faveur d'un bon travail du géant suédois, double la mise à la 17e.

Expulsion et passe à dix


La deuxième mi-temps ne diffère en rien de la première. Les troupes de Fournier sont complètement démotivées et regardent celles de Blanc faire joujou avec le ballon. Non, vraiment, à part l'absence d'efficacité parisienne et l'expulsion de Gonalons pour un second carton jaune sur une vieille semelle infligée au Z à la 65e, rien n'a bougé. Paris a dominé, marché, fait tourner, tenté… mais, cette fois-ci, raté. Le champion de France aime tout dans sa vieille routine, jusqu'à sa fâcheuse habitude de ne pas massacrer le match une bonne fois pour toutes. Zlatan, Cavani et Lucas pour ne citer qu'eux, jouent chacun leur tour de malchance. Le 3-0 est proche, mais n'arrivera jamais. Le 2-1, lui, n'a traversé l'esprit de personne. À l'instar de Kevin Trapp, ceux qui espéraient voir les attaquants lyonnais bousculer l'arrière-garde – paraît-il fébrile - du PSG à Montréal se sont emmerdés. La bonne nouvelle, c'est que Lyon aura au moins deux chances de se racheter de ce lamentable échec et d'essayer de freiner les insatiables Parisiens dans leur quête du titre. Car ce soir, on en oublie presque que la bande à Nasser vient de récolter son premier titre de la saison 2015-2016. Ça commence fort.

Par William Pereira
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 4
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 12:38 L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32 Hier à 09:06 Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11