Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. // Mondial 2014 – Éliminatoires – Océanie – Nouvelle-Zélande/Nouvelle-Calédonie

La Nouvelle-Calédonie à 4 matchs de la Coupe du monde !

Vendredi en Nouvelle-Zélande, la sélection néo-calédonienne va disputer le match le plus important de son histoire : en cas de victoire, une voie royale s'ouvre vers les barrages Océanie/Amérique du Nord, avec dans le viseur une participation pour la prochaine Coupe du monde. La Nouvelle-Calédonie au Brésil en 2014, c'est complètement dingue ? Oui, mais c'est possible. Explications.

Modififié
Dans la zone Europe, les éliminatoires pour la Coupe du monde sont encore très loin d'avoir livré leur verdict. À l'autre bout du monde en revanche, l'épilogue approche. En Océanie, deux journées seulement restent à disputer dans le mini-championnat final à quatre et on saura qui aura le privilège de disputer les barrages face au « lucky loser » de la zone Concacaf, celle de l'Amérique du Nord et centrale. Le continent pacifique ne possède en effet qu'un demi-ticket pour voir un de ses membres disputer la plus prestigieuse des compétitions. Il y a quatre ans, la Nouvelle-Zélande était parvenue à le faire, en dominant sur deux matchs la sélection du Bahreïn, le barrage opposant cette fois-là le participant océanien à celui de l'Asie. Par le passé, ce fut souvent avec un candidat de l'Amérique du sud qu'il fallait se battre pour obtenir le précieux ticket. À l'époque, c'était l'Australie qui dominait outrageusement la zone Océanie et était quasi assurée de choper cette place de barragiste. Mais depuis quelques années, les Socceroos, qui s'emmerdaient un peu trop avec leurs voisins du Pacifique, ont intégré la zone Asie. Ce qui devait laisser place nette à la Nouvelle-Zélande, l'autre place forte du football en Océanie.

103e nation FIFA, 2e en Océanie

Sauf qu'en fait, ça n'est pas si facile pour les Kiwis de se faire respecter. Ok il y a quatre ans, c'était passé sans souci, mais depuis la concurrence s'est rebiffée. Trois sélections en ce moment parviennent à contester le leadership de la 88e nation FIFA et 1re au classement OFC : les Îles Salomon (147e ; 4e), Tahiti (138e ; 3e) et surtout la Nouvelle-Calédonie (103e ; 2e). Ce sont ces trois nations qu'on retrouve d'ailleurs dans ce tour final des éliminatoires pour la Coupe du monde 2014. Or, à deux journées de la fin, si les deux premières sont d'ores et déjà éliminées, ce n'est pas le cas de la troisième, qui accuse un retard de seulement 3 points. Et justement, Néo-Zélandais et Néo-Calédoniens s'affrontent ce vendredi au stade Forsyth Barr de Dunedin, stade hôte de quatre rencontres de la dernière Coupe du monde de rugby en 2011. Concrètement, si les visiteurs réussissent à repartir avec une victoire, il ne suffira plus alors que de l'emporter face au rival Tahiti lors de la dernière journée pour se retrouver barragiste. Nouméa et Rio de Janeiro ne sont séparés que de quatre petits matchs.

Vidéo

L'exploit est-il possible face aux All White de Nouvelle-Zélande, dont certains cadres évoluent en Premier League et en D2 anglaise ? « Oui, affirme le sélectionneur Alain Moizan, ancien international français, champion de France 1978 avec l'AS Monaco. Bien sûr, nous ne sommes pas favoris, mais on est très motivés. Et si on parvient à jouer libérés en se disant qu'on a tout à y gagner, il est parfaitement possible de les battre. » D'ailleurs, les « Cagous » , comme ils sont surnommés, l'ont déjà fait récemment. C'était en juin dernier, lors des demi-finales de la Coupe des nations de l'OFC, le tournoi continental de référence. Victoire propre et nette 2-0, du jamais vu depuis 36 ans. « Mes gars avaient parfaitement su mettre en place leur jeu basé sur la vitesse et l'agressivité, se souvient le coach. On a les garçons pour ça, l'état d'esprit est vraiment bon, ce groupe est sain. » Par ailleurs entraîneur de l'AS Magenta, le meilleur club du pays, Alain Moizan connaît très bien ses joueurs qui pratiquent le football en amateur, à un niveau qu'il situe « entre la DH et la CFA2 de métropole » .

Vidéo

« C'est le sport numéro 1 en nombre de licenciés, éclaire le sélectionneur, arrivé en Nouvelle-Calédonie en 2008. Le football est pratiqué en très grande majorité par les Kanaks. Le potentiel est énorme, même si nous devons encore combler du retard en matière de formation. » Dans l'équipe actuelle, seuls cinq joueurs évoluent en métropole. Parmi eux, la « vedette » Georges Gope-Fenepej, ancienne star du championnat local, débarqué en juin dernier à Troyes, où il n'a pas encore eu trop l'opportunité de s'exprimer. Surnommé « Waddle » pour sa grande capacité à dribbler l'adversaire, il est l'actuel meilleur buteur des éliminatoires de la Coupe du monde en Océanie, avec 6 buts marqués lors des 4 premières rencontres. Lors du premier match de ces éliminatoires disputé devant 6000 spectateurs à Nouméa face aux Néo-zélandais, il était resté muet et les Cagous avaient été contraints de s'incliner 0-2. Une revanche pour les All Whites, avant la belle programmée ce vendredi, troisième match disputé entre les deux sélections en moins d'un an. De loin le plus important.

Vidéo


Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié