Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 28e journée
  3. // Bilan

La Juve touche sa troisième étoile, Milan dans le brouillard

À dix journées du terme, la Serie A n’a évidemment pas encore rendu tous ses verdicts, mais il y a de fortes chances pour que le classement actuel soit, à peu de choses près, le classement final. Bilan, point par point, de ce championnat qui, espérons-le, aura encore quelques surprises à offrir.

Modififié
La Juve déjà championne

17 points d’avance. Cela faisait très longtemps, en Italie, que l’on n’avait pas vu un tel écart entre le premier et le deuxième du championnat. Alors, certes, les Turinois comptent deux matchs d’avance sur leurs dauphins romains, qui recevront ce soir l’Udinese, et qui devront jouer dans quinze jours leur match en retard face à Parme. Mais même en cas de double victoire lors de ces deux rencontres, les joueurs de Rudi Garcia resteraient à onze points du leader. Or, depuis le début de la saison, en 28 journées, la Juve n’a laissé filer que… neuf points. 75 points sur 84 possibles. On voit donc mal comment les doubles champions en titre pourraient en laisser onze en chemin lors des dix derniers tours. Et le match disputé ce week-end face au Genoa n’est que l’illustration de ce Scudetto qui leur tend les bras. Les Bianconeri ont marqué un but magnifique qui a été injustement annulé. Ils n’ont pas bénéficié d’un pénalty que l’arbitre aurait pu leur siffler. Ils en ont concédé un. Buffon l’a sorti. Et quand il semblait inévitable qu’ils allaient faire match nul, Andrea Pirlo a sorti un coup de maître de sa poche, permettant à la Juve de s’imposer à la 89e minute. Cinq victoires consécutives, quatre matchs sans prendre de but, vingt rencontres d’affilée sans défaite… Cette Juve roule sur la Serie A, sans rivaux. Si la Roma commet ne serait-ce qu’un faux pas, la Vieille Dame pourrait être titrée au mois d’avril. Et cette fois-ci, la troisième étoile sur le maillot ne sera plus une querelle entre tifosi, club et instances du football italien.

Roma-Napoli, lutte pour éviter les barrages de C1

À un certain moment précis de la saison, la Roma et le Napoli se sont mis à croire qu’ils pourraient aller disputer le titre. Mais le tour de force de la Juventus a vite mis tout le monde d’accord. Les Turinois sont au-dessus, trop au-dessus pour tenter d’aller leur ravir quoi que ce soit. Du coup, entre la Roma et le Napoli, c’est une guerre pour la deuxième place qui s’est déclarée. Pour le moment, c’est la Roma qui mène la danse, avec trois points d’avance et un match en retard à disputer contre Parme début avril. Mais la victoire du Napoli (1-0) lors de la confrontation directe la semaine dernière a relancé les débats. Les deux formations vont désormais se livrer à une lutte à distance pour tenter de se qualifier directement pour la prochaine Ligue des champions, et ainsi éviter ce barrage qui vous fait commencer la préparation estivale beaucoup plus tôt. Si l’on scrute les calendriers des deux équipes, difficile de dire qui sortira vainqueur de ce duel. Lors des prochaines journées, la Roma affrontera des adversaires très abordables (hormis le match en retard contre Parme), mais finira en beauté avec des confrontations face à la Fiorentina, au Milan AC et à la Juve lors des quatre derniers tours. Naples, de son côté, devra encore en découdre avec la Fiorentina, la Juve, Parme, la Lazio et l’Inter. Bref, cette course-là sera passionnante jusqu’au bout. Et c’est tant mieux.

La Fio vers la quatrième place, l’Inter en embuscade

Il y a encore quelques semaines, la Fiorentina était seule au monde. Légèrement distancée dans la course à la Ligue des champions après ses quelques contre-performances, la formation viola avait également fait le trou avec ses poursuivants. Du coup, la quatrième place, directement qualificative pour les phases de poules de l’Europa League, semblait être devenue une chaise gardée et promise. Mais après ses semaines de sommeil, l’Inter a décidé de se réveiller, et de remettre le turbo. Les Interisti sont ainsi allés s’imposer à Florence et, depuis, sont inarrêtables. Un nul arraché sur la pelouse de l’AS Roma, deux victoires face à deux prétendants à l’Europe (Torino et Hellas Vérone), et voilà l’Inter de Mazzarri revenue à seulement un point de la Fiorentina. Or, que ce soit clair : si le coach nerazzurro peut éviter à ses joueurs un tour préliminaire d’Europa League via la quatrième place, il le fera. L’arrivée d’un top-player comme Hernanes a redonné du peps à cette équipe qui a connu un black-out quasi inexplicable pendant l’hiver. Mais attention : côté florentin, c’est le retour de Mario Gómez qui risque de chambouler la fin de la saison. L’Allemand doit encore retrouver la condition physique, mais ses deux buts inscrits lors des quatre derniers jours prouvent qu’il peut être l’arme en plus de Montella. En attendant Pepito Rossi, évidemment.

Parme vise l’Europe, la Lazio y croit encore

On parle d’une lutte pour la quatrième place entre la Fiorentina et l’Inter. La vérité, c’est que virtuellement, une autre équipe pourrait être quatrième. Il s’agit de Parme, qui truste actuellement la sixième position, à une longueur de l’Inter, et deux de la Fiorentina. Mais avec un match en moins. Bon, certes, ce match en moins devra être disputé sur la pelouse de la Roma, ce qui est donc loin de pouvoir être considéré comme une victoire. Mais la forme actuelle des Parmesans peut permettre tous les fantasmes : l’équipe de Donadoni reste sur une formidable série de 16 matchs sans défaite, et vient de terrasser le Milan AC à San Siro (4-2). Du coup, cette formation parmesane est complètement lancée dans la course à l’Europa League, ce qui embête bien la Lazio. Les Romains, grâce à leur victoire ce week-end à Cagliari, sont remontés à la septième place, à cinq points de cette sixième place qualificative pour le tour préliminaire de l’Europa League. Cinq points, ce n’est pas énorme, mais compte tenu du rythme imposé par les autres équipes, cela peut vite devenir un gouffre. D'autant que la Lazio est l’équipe la moins fiable de ce haut de tableau en Serie A. Capable d’aller s’imposer sur les pelouses de la Fiorentina et de Cagliari, elle peut également s’incliner à domicile contre l’Atalanta, comme cela s’est produit la semaine dernière. Les semaines qui arrivent risquent de donner des indications importantes. De fait, Parme ira jouer chez la Juventus le 26 mars, recevra Naples le 6 avril, mais devra surtout jouer la confrontation directe sur la pelouse de la Lazio le 30 mars. Bouillant.

Milan, Genoa, Sampdoria, saison déjà terminée


La semaine qui vient de s’écouler a marqué la fin de quelque chose pour le Milan AC. De quoi ? On ne le sait pas encore. Mais de quelque chose, ça, c’est une certitude. En quatre jours, les Rossoneri se sont pris deux baffes monumentales. La première en Ligue des champions, sur la pelouse de l’Atlético Madrid. Une défaite 4-1 et une élimination bien en règle. La deuxième, dimanche, à San Siro, contre Parme. Un revers 4-2, et la fin quasi virtuelle de la saison. Oui, car après ce résultat, Milan se retrouve relégué à la onzième place du classement, à onze points de la zone Europe. Autant dire qu’avec tous les efforts du monde, Clarence Seedorf n’a plus la moindre chance de grimper dans le train pour l’Europa League. Ou alors, ce serait un véritable miracle. Éliminé de toutes les autres compétitions, Milan va donc passer les deux derniers mois de la saison à attendre l’été. Triste, très triste, pour un club de ce rang. Même son de cloche pour les deux équipes génoises. Avec respectivement 35 et 34 points au compteur, le Genoa et la Sampdoria sont désormais trop loin des places européennes, et suffisamment éloignés de la zone rouge (+12 et +11) pour ne plus s’inquiéter. Comme Milan, donc, les deux formations de Gênes vont vivre la dernière partie de la saison sans piment. Avec, au mieux, un rôle d’arbitre dans la lutte pour l’Europe, puisqu’elles affronteront Parme, la Lazio, l’Inter et la Fiorentina lors des prochaines semaines. Pas franchement suffisant pour convaincre les tifosi de venir s’égosiller au stade.

Maintien : cinq équipes, deux places en Serie A

Chievo, Livourne, Bologne, Sassuolo, Catane. De ces cinq équipes, il n’en restera que deux, la saison prochaine, en première division. Les trois autres descendront à l’étage inférieur. Mais difficile, à l’heure actuelle, de dire qui fera partie du wagon qui prendra la direction de la Serie B. Car, pour le moment, ces cinq formations se tiennent en seulement quatre points, et ne cessent de s’échanger leur place chaque semaine. Ce week-end, les deux bonnes opérations ont été pour Sassuolo et Livourne, qui ont tous deux remporté les confrontations directes face à Catane et Bologne. Sassuolo a ainsi pu quitter la dernière place du classement, et Livourne est sorti de la zone rouge. Mais la lutte sera âpre. Sans Diamanti, Bologne aura du mal à tenir, tout comme Catane, méconnaissable par rapport aux saisons précédentes, où le club sicilien avait été si séduisant. Mais que l’on se rassure : si Catane chute en Serie B à la fin de la saison, la Sicile sera encore représentée. De fait, Palerme, actuel solide leader de Serie B, devrait retrouver l’élite sans trop d’encombre, tandis que le petit club de Trapani est actuellement en position de disputer les play-offs pour monter. L’île n’est pas encore perdue, donc.



Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall
Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions