Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Juventus/Lazio

La Juve peut-elle croire au triplé historique ?

Avant leur grand rendez-vous du 6 juin face au Barça de Luis Enrique, les Bianconeri ont l'occasion de remporter la dixième Coupe d'Italie de leur histoire face à la Lazio de Stefano Pioli. Un trophée qui fuit le club depuis vingt ans et qu'il serait bon de ramener enfin (!) dans le Piémont.

Modififié
On les voyait à peine passer la phase de poules, les voici maintenant en finale de la Ligue des champions face à ce qu'il est coutume d'appeler la meilleure équipe du monde. On leur prédisait une saison compliquée après la démission d'Antonio Conte en plein mois de juillet, les voici champions d'Italie à quatre journées de la fin. On annonçait des départs en masse l'été dernier, tous – ou presque – sont restés. On a parfois jugé leur recrutement timide, faiblard, petit bras, il s'est au contraire révélé intelligent et extrêmement décisif. C'est bien simple, à chaque fois que l'on a tenté d'imaginer le scénario de la saison de la Juventus, c'est l'inverse qui s'est produit. À deux semaines et demie de sa finale de Coupe d'Europe face au FC Barcelone à Berlin, l'équipe de Max Allegri a encore trois matchs à enquiller. Deux pour l'honneur (face à Naples et au Hellas Vérone), sachant que le titre en Serie A est acquis depuis le 2 mai dernier, et un pour l'histoire, ce mercredi soir, face à la Lazio de Rome qu'elle a déjà battue deux fois cette saison.

Jamais deux sans trois


Cette célèbre maxime pourrait bien servir de leitmotiv aux joueurs turinois à quelques heures de leur première finale de Coupe d'Italie depuis 2012. Invité surprise du podium de Serie A après un début de saison mitigé, la Lazio de l'ex-Juventino Stefano Pioli a redressé la barre après les fêtes de manière fulgurante, enchaînant huit succès d'affilée en championnat et en éliminant tour à tour le Torino, le Milan et le Napoli de la coupe nationale. Tout cela en n'ayant encaissé que deux buts entre les seizièmes et la grande finale que voilà. Mais face à l'ogre turinois, sans rival dans son pays depuis début janvier et la chute de l'empire romain, la mission des Laziali s'annonce particulièrement délicate, pour ne pas dire impossible.

Auréolés de leur qualification en finale de Ligue des champions décrochée il y a tout juste une semaine sur la pelouse du Santiago Bernabéu, les hommes de Max Allegri nagent en plein bonheur depuis début mai et l'officialisation de leur quatrième titre de champion consécutif. Tout le contraire des Biancocelesti qui n'ont remporté que deux de leurs six derniers matchs pendant que la Roma, elle, en remportait trois et repassait devant au général. Autant dire qu'à cinq jours du derby romain qui risque d'être décisif pour la seconde place, la pression est bien sur les épaules de la Lazio. Et pour finir de rassurer les tifosi, il faut rappeler que les deux confrontations entre Romains et Turinois cette saison se sont chaque fois soldées par une victoire bianconera nette et sans bavure (3-0 à l'Olimpico, 2-0 à Turin). Alors certes, il y a bien cette demi-finale de Coupe d'Italie remportée par la Lazio en 2013, mais, depuis, les Biancocelesti n'ont jamais réitéré l'exploit de battre la Vieille Dame, que ce soit en coupe ou en championnat.

Chaque chose en son temps


Ce qui est assez net, en revanche, c'est que cette Juventus n'aime pas tellement l'étiquette de favori. Ça s'est vu face à Monaco en quarts de finale de C1 et même contre la Fiorentina en demies de Coupe d'Italie : lors des matchs couperets, l'équipe de Max Allegri n'est pas toujours à son aise face à plus petit qu'elle. Privés de Claudio Marchisio et d'Álvaro Morata suspendus, les Bianconeri devront être prudents face à la vitesse de Felipe Anderson et la technique de Lulić et Antonio Candreva. Si la saison des Juventini est en tout point exceptionnelle, laisser échapper ce trophée que les tifosi attendent depuis 1995 constituerait une réelle désillusion. Et n'augurerait rien de bon à dix-sept jours du plus grand match de l'année.


Pour rêver du triplé, il faut déjà rêver du doublé. La principale erreur que pourraient commettre les partenaires d'Andrea Pirlo ce mercredi serait de penser à la finale du 6 juin avant même d'avoir joué celle du 20 mai. Or, comme chacun le sait, tomber de son petit nuage peut parfois faire très mal. Annoncée majoritairement perdante face au Barça, la Juventus pourrait, en cas de défaite ce mercredi soir, passer d'une saison extraordinaire à une saison nouée de regrets. Quand un sacre en Coupe d'Italie mettrait Allegri et ses hommes sur orbite avant la grande finale (le doublé coupe/championnat n'est plus arrivé depuis vingt ans), une défaite compromettrait encore davantage les chances de victoire le 6 juin prochain. Actuellement, seules deux équipes en Europe peuvent encore espérer décrocher le triplé championnat/coupe/Ligue des champions : le Barça et la Juventus. Leur finale, les Espagnols la disputeront samedi soir dans leur antre du Camp Nou face à l'Athletic Bilbao, septième de Liga. Autrement dit, une formalité pour la MSN. Alors oui, les mieux placés pour ce triplé restent les Blaugrana. Mais les Bianconeri aussi ont toutes les raisons d'y croire. Reste, pour cela, à avancer par étapes. Car sans doublé, aucun triplé n'est envisageable.

Par Morgan Henry
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 17 minutes Kondogbia : « J'ai toujours voulu jouer pour la Centrafrique » 8
il y a 2 heures Bolt s'insurge contre un contrôle antidopage 20 Hier à 17:17 Drogba quitte le Phoenix Rising FC 8
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible