Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Naples-Juventus (1-2)

La Juve fait pleurer Naples

Malgré un penalty d'égalisation sur la fin, Naples s'est incliné à domicile contre une Juventus décidément invincible et invaincue en championnat. La faute à deux buts encaissés en première période, et à un manque d'efficacité.

Modififié

Naples 1-2 Juventus

Buts : Callejón (61e) pour Naples // Pjanić (28e) et Can (39e) pour la Juventus

Naples en a marre. Très marre. Trop marre. Définitivement marre. Ras-le-bol complet du roi de ce championnat italien. Depuis de nombreuses années – depuis la saison 2011-2012, en fait –, chaque équipe ayant l'espoir de faire tomber la Juventus de son piédestal n'obtient qu'un maximum de frustration en retour de ses efforts. Ce fut la Roma pendant un bon moment, c'est maintenant le tour des Partenopei. Et 2019 ne semble pas vouloir changer de tendance. Car déjà (très) loin devant au classement, la Vieille Dame a ce dimanche soir enfoncé le clou de l'hégémonie en allant jusqu'à montrer au sein même du San Paolo sa nette supériorité (les Bianconeri n'y ont plus perdu depuis le 26 septembre 2015). Voyez plutôt : en moins d'une mi-temps, les visiteurs croyaient avoir déjà plié la rencontre, frappant deux fois en l'espace de neuf minutes. Et quand l'outsider a repris espoir, il a loupé un penalty synonyme d'offrande. Rien à faire, c'est la Juve – qui ne compte même plus ses points d'avance – que la Serie A préfère.

Rouge, coup franc, but, poteau et break en défaveur des locaux


Il faut dire que Naples sait se saborder. Si la première occasion est pour Zieliński, le vrai premier temps fort de la partie est l'expulsion de Meret. Lequel tacle illicitement Ronaldo après une mauvaise passe en retrait de Malcuit, offrant la supériorité numérique et un bon coup franc à la Juve. Coup franc que Pjanić transforme cruellement, alors qu'Ospina n'a même pas eu le temps de toucher le ballon.


Signe que la soirée n'est pas pour eux, les locaux touchent le poteau juste après l'ouverture du score par Zieliński. Devant Ospina, Pjanić loupe lui aussi une belle opportunité. Sauf que la Vieille Dame enchaîne par une nouvelle offensive, que Can achève d'un coup de casque. 2-0, tout roule pour les Bianconeri.

Si en plus, Naples gâche ses plus belles cartouches...


Sauf que les Turinois, si l'on était en droit d'en douter, restent des êtres humains. Se voyant sûrement déjà dans le transport du retour pour retrouver leur train-train quotidien et préparer leur huitième de finale retour de Ligue des champions contre l'Atlético prévu le 12 mars, les Bianconeri reviennent des vestiaires la tête en l'air. Plus pressé que les autres, Pjanić prend un second jaune pour une main volontaire et remet les deux équipes à égalité numériquement parlant.



Naples profite alors de ce moment de flottement pour revenir au score, Callejón reprenant bien un service d'Insigne. Suivent alors des corners à foison pour les hommes d'Ancelotti, et une souffrance paradoxalement organisée chez la Vieille Dame. Celle-ci prend des coups, encaisse, mais fait bloc. Elle sue, transpire, mais se bat. Elle tremble, elle craque... mais survit, le penalty d'Insigne à la suite d'une main de Sandro étant repoussé par le poteau. Rien à faire, vraiment...


Naples (4-3-3) : Meret - Koulibaly, Maksimović, Hysaj, Malcuit (Mertens, 46e) - Allan, Fabian, Zieliński - Insigne, Milik (Ospina, 27e), Callejón (Ounas, 78e). Entraîneur : Ancelotti.

Juventus (4-3-3) : Szczęsny - Chiellini, Bonucci, Sandro, Cancelo (De Sciglio, 61e) - Pjanić, Matuidi, Can - Ronaldo, Mandžukić (Bentancur, 73e), Bernardeschi (Dybala, 85e). Entraîneur : Allegri.


  • Résultats et classement de Serie A

    Par Florian Cadu
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié




    Dans cet article


    Hier à 17:42 Insultes homophobes, menaces envers Rothen : Patrice Évra part en vrille sur Snapchat 191
    Hier à 12:23 Birmingham pourrait se voir retirer 12 points 9
    Partenaires
    Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur