Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Conseil de la FIFA

La France doit sauver la Coupe des confédérations !

Gianni Infantino souhaiterait supprimer la Coupe des confédérations dès 2021 lors du conseil de la FIFA qui se tiendra ce jeudi et vendredi à Miami. Un mauvais coup qui serait terrible pour le football français...

Modififié
Lors de l’édition 2017 de la Coupe des confédérations en Russie, Gianni Infantino était in love de cette compète et se félicitait en juillet que le tournoi avait été « un grand succès » . Qui plus est, l’expérimentation de la VAR avait été elle aussi plébiscitée. L’édition de 2021, étant programmée hors Qatar, mais en zone Asie, pour cause de chaleurs estivales, était toutefois maintenue. Mais en trois temps, en octobre 2017, en avril 2018 et le 10 mars 2019, Gianni Infantino a bel et bien émis le souhait insistant de faire disparaître la Coupe des confédérations. Et ce, dès 2021. Le projet de Gianni serait de remplacer ce tournoi international à huit nations par une Coupe du monde des clubs rénovée dans un nouveau format à 24 clubs (dont 12 européens) organisée dès 2021, donc, puis tous les quatre ans en années impaires au lieu du déroulement actuel tous les ans avec sept participants.


Toujours selon la chaîne allemande ZDF, Infantino voudrait également reporter la création de la Ligue mondiale des nations, sorte de mini-Coupe du monde qui regrouperait huit sélections nationales et qui serait disputée tous les deux ans. Vaudrait mieux... Parce que lors des années impaires, on a déjà la CAN avec sa périodicité à deux ans et on aurait la Coupe du monde des clubs tous les quatre ans ! C’est d’ailleurs lors de ce printemps 2019 que la CAN et la Ligue des nations de l’UEFA se disputeront. Sacré casse-tête que cette nouvelle Coupe du monde des clubs et cette Ligue mondiale des nations estivale ! Pas étonnant que l'UEFA ait déjà exprimé son opposition à ces deux projets en expliquant que... le calendrier international était déjà surchargé ! Pas faux. On verra bien...

Lobbying jupitérien de notre diplomatie


La fin de la Coupe des confédérations... Quel dommage ! Alors que la France championne du monde 2018 l’aurait gagnée les doigts dans le nez ! Enfin presque... Théoriquement, avec les succès de 2001 et 2003, les Bleus auraient aligné trois couronnes planétaires. Ensuite, avec un lobbying jupitérien de notre diplomatie, la France aurait pu obtenir la conversion de sa victoire en Coupe intercontinentale des nations 1985 contre l’Uruguay (2-0 au Parc des Princes) en succès en Coupe des confédérations. Ne rigolez pas ! Avant la reprise en main par la FIFA de ce qui sera désormais officiellement cette « Coupe des confédérations » organisée en 1997, il y eut en 1992 et 1995 un Championnat intercontinental (ou Coupe du Roi Fahd) gagné respectivement par l’Argentine puis par le Danemark. Or, ces deux premiers tournois furent rétrospectivement reclassés en «  Coupes des confédérations  » par la FIFA, faisant apparaître Argentins et Danois au palmarès officiel de la compétition.



Et alors, pourquoi pas la France 1985 ? Petite parenthèse : la FFF avait décidé de ne pas envoyer les Bleus champions du monde à la Coupe des confédérations 1999 au Mexique ! Au motif que le tournoi devait se dérouler du 8 au 20 janvier 1999 et que ses meilleurs joueurs seraient retenus à ces dates dans leur club respectif. La compète sera pourtant déplacée à l’été 1999. Mais la France maintiendra son refus en invoquant le début du fantastique Championnat de France que le monde nous envie ! La France sera remplacée par l'Allemagne, championne d'Europe 1996. Voilà comment on perd bêtement un titre mondial. Une «  petite Coupe du monde  » , certes ! Mais une Coupe du monde quand même. Car l’édition 1999 sera remportée par un gagnant surprise, le Mexique, vainqueur du Brésil (la Seleção B, en fait) sur le score de 4-3.

L’Italie, l’Espagne, l’Angleterre et l’Uruguay ne la gagneront jamais


On ne peut plus rien faire pour le titre de 1999. Vraiment dommage parce qu’en additionnant le tout : 1985 + 2001 + 2003 + 2021 (si, si !), ça nous ferait quatre titres tricolores, soit autant que le Brésil, quadruple lauréat (1997, 2005, 2009, 2013) ! L’honneur national commande donc de réclamer. Réclamer encore et réclamer toujours. Et le titre de 1985, et l’organisation de la compète en 2021. Une fois qu’on gagne 2021, on égalise avec le Brésil et on fait une méga finale pour départager nos deux grands pays de foot. Réglo, non ? On aurait aimé voir la France vaincre la mystérieuse malédiction qui veut que les vainqueurs de la Coupe des confédérations ne gagnent jamais la Coupe du monde l’année suivante...


En tout cas, on peut dire que l’Allemagne a eu chaud aux fesses, car sans son succès en 2017 en Russie, elle aurait connu un bon gros trou dans son CV. Et la Germanie revient de loin ! Vainqueur de l’Euro 1996, elle s’était désistée lors de l’édition 1997 en Arabie saoudite remportée par le Brésil et elle avait été remplacée par le finaliste de Wembley, la République tchèque. Pareil en 2003, en tant que vice-championne du monde 2002, l’Allemagne s’était pourtant encore désistée et c’est la Turquie (3e en 2002) qui y avait figuré... Cette compète de rien du tout, ça vous classe quand même une nation de foot. Ainsi, si Infantino parvient à ses fins, les mondialistes que sont l’Italie, l’Espagne, l’Angleterre et l’Uruguay ne la gagneront jamais.

L’Afrique à qui perd gagne ?


Plus sérieusement, même si la Coupe des confédérations était devenue de plus en plus contestée (manque d'intérêt sportif de la compétition dû au niveau des équipes participantes, édition 2017 décevante) et malgré la grandiose édition 2013 au Brésil, le principe de départ de la FIFA était recevable. Pour la périodicité nouvelle de quatre ans à partir de 2005, cette « petite Coupe du monde basée sur la solidarité » offrait la possibilité aux équipes des « petites fédérations non sud-américaines ou non européennes qui n'ont pas la possibilité de se qualifier pour la Coupe du monde de disputer une compétition de très haut niveau » . Car c’est par le biais d’une autre compétition «  mineure » , le Tournoi olympique, que l’Afrique est parvenue à figurer au palmarès mondial du ballon rond.



Nigeria 1996 et Cameroun 2000 ont sorti le Continent Noir du néant planétaire. En 2003, les Lions indomptables guidés par le regretté Marc-Vivien Foé étaient eux aussi parvenus en finale de « Confédération » en France, battus seulement 1-0 par des Bleus intouchables... Le bon Gianni Infantino et la FIFA ont fait les comptes et le bilan financier de cette compète n’était sans doute pas celui escompté à son lancement par Sepp Blatter. Qui plus est, disputée en années impaires avant chaque Coupe du monde, elle aurait gêné la CAN (affectée cependant une fois sur deux par la possible Coupe du monde des clubs). Or, le continent africain est un gros pourvoyeur de votes aux élections FIFA. N’est-ce pas Gianni ?

Par Chérif Ghemmour
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 17:42 Insultes homophobes, menaces envers Rothen : Patrice Évra part en vrille sur Snapchat 188
Hier à 12:23 Birmingham pourrait se voir retirer 12 points 9
Partenaires
Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur