Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Présentation
  3. // FC Bayern Munich

La fiche du FC Bayern Munich

Peu de changements au sein du FC Bayern, si ce n'est l'arrivée de Carlo Ancelotti et des renforts de classe nommés Renato Sanches et Mats Hummels. Cette saison 16/17 promet d'être grande, avec un doublé saladier-coupe aux grandes oreilles à la clé.

Modififié

La carte postale


« Chère Bundesliga,

Ça y est, je suis de retour. Enfin, pas tout à fait, j'attends que l'ami Karl Hopfner fasse ses cartons et me laisse reprendre ma place de président. Ce sera pour l'automne, normalement. En tout cas, tu m'as beaucoup manqué. Il s'en est passé des choses depuis que je suis allé faire un tour en cabane. Pep a ramené trois fois le saladier de champion à la maison, c'est cool. En revanche, il m'a eu l'air fâché avec la coupe aux grandes oreilles. J'avais pourtant insisté, quand je l'ai embauché. Bon, maintenant, c'est de l'histoire ancienne, on va grandir un peu et avoir des discussions de papa avec Carlo. Bon, sinon, je vois que ça s'agite un peu dans la ligue, dans la Ruhr, près de la frontière néerlandaise, dans le nord, tout ça... C'est bien pour l'image du football allemand. Enfin, tu me connais : ça me convient, du moment qu'on finit premiers. Ouais, j'aime pas trop le changement pour mon club, même si personnellement, je peux te dire que j'ai changé. La preuve : je me suis rendu aux 70 ans de mon meilleur ennemi, Willy Lemke, l'ancien boss du Werder. Ouais, j'ai payé. Et maintenant, les conneries, c'est fini, promis.

Bon allez, je te laisse, je dois aller faire découvrir à Carlo la fameuse saucisse de Nuremberg. Ça le changera de la saucisse de Bra.

Bisous,
Ton fidèle Uli.
 »

La visite médicale


Que les prochains adversaires du Bayern en profitent : l'équipe all-stars du Rekordmeister n'est pas encore rodée. Blessés durant la préparation, Renato Sanches et Xabi Alonso sont finalement de nouveau opérationnels, tandis que Jérôme Boateng, Douglas Costa et Arjen Robben, qui reviennent de plus longues blessures, y vont tranquillement et ne font que courir. Seuls Holger Badstuber et Kingsley Coman squattent l'infirmerie un peu plus longtemps. Du coup, les futurs adversaires du Bayern auront peut-être l'occasion de s'incliner 5-1, voire 5-2 et non 5-0.

Le joueur à ne pas suivre


Arrivé en 2013 à la demande de Pep Guardiola, Thiago Alcántara a vu son mentor se barrer en Premier League cet été. Et Thiago sans Pep, c'est un peu comme une crème catalane sans jaunes d'œufs. Le système tactique de Carlo Ancelotti étant (en principe) moins basé sur la possession, l'Espagnol risque de passer une année compliquée du côté de la Säbener Strasse. Surtout qu'il se retrouve désormais avec Renato Sanches dans les pattes. Alors, combien de temps va s'écouler avant que Thiago ne rejoigne les rangs de City ? Les paris sont ouverts.

Pourquoi le Bayern va se concentrer sur la C1... mais gagner la Bundesliga quand même


Carlo Ancelotti a été engagé pour gagner la Ligue des champions le plus rapidement possible. Le Bayern ne s'en cache pas, bien au contraire. L'objectif cette saison est donc l'Europe, et qu'importe si le Rekordmeister se montre moins concentré en championnat. Bonne nouvelle pour leurs adversaires ? Pas forcément. Car même si le FC Bayern ne va pas jouer la Bundesliga à fond, leur avance est telle aujourd'hui qu'aucun club ne semble capable d'aller chercher l'Étoile du Sud.


L'an passé, le BvB a eu besoin de faire une saison record pour terminer à dix points de la Bavière munichoise. Avec des postes quasiment triplés à tous les niveaux (sauf en pointe), le FC Bayern a de la marge pour gagner le championnat sans avoir à être poussé dans ses derniers retranchements.

Mois après mois


Août : Après le 5-0 collé au Carl-Zeiss Iéna, le Bayern récidive face au Werder Brême pour la reprise de la Bundesliga. Julian Green se fend même d'un doublé, c'est dire à quel point le Werder est malade.

Septembre : Le renouveau de Schalke ? Mouais, bof, victoire 2-0 du FC Bayern. Ingolstadt ? Tout le monde sait que BMW, c'est mieux qu'Audi. Victoire 3-1 du FC Bayern. Le Hertha Berlin ? Tout le monde sait que la capitale du foot en Allemagne, c'est Munich. Victoire 4-0 du Bayern. Hambourg ? Le sud, c'est toujours mieux que le nord. Victoire 3-0 du Bayern. Puissance 4.

Octobre : Tel Stephen Curry, le Bayern enchaîne les trois points, tant en championnat qu'en Ligue des champions. Et puis voilà que se pointe le Borussia Mönchengladbach, qui fait tant galérer le Rekordmeister ces derniers temps. Stressé par le hoodie vert fluo d'André Schubert, Carlo Ancelotti ne trouve pas la clé et le Bayern finit par s'incliner 1-0 suite à une mésentente entre Hummels et Neuer. Hummels qui, comme à son habitude, n'assume pas ses responsabilités et rejette la faute sur son gardien. Ambiance.


Novembre : Lors de la traditionnelle assemblée générale, Uli Hoeness est réélu à l'unanimité à la tête de son club chéri. Normal. Sur le terrain, le FC Bayern se rend sur la pelouse du BvB. Nouveau geste d'humeur de Franck Ribéry, nouveau coup de coude, mais dans le ballon cette fois. Le cuir finit dans les filets, l'arbitre n'y voit que du feu, le FC Bayern s'impose 1-0 et prend le large.

Décembre : RAS : le Bayern se balade face à Mayence, Wolfsburg, Darmstadt et Leipzig. En Ligue des champions, le club finit premier de sa poule avec quinze points sur dix-huit possibles. La nouvelle année peut tranquillement arriver.

Janvier : Ce qui devait arriver arriva : Thiago Alcántara fait ses valises, direction Manchester City. Lors du stage à Doha, le bus du club finit contre un poteau. Cette fois-ci, Franck Ribéry n'y est pour rien : c'était Arturo Vidal, un peu éméché, qui était au volant.


Février : Tout va pour le mieux : Robert Lewandowski plante but sur but, Arjen Robben dégaine ses « Speziaal » à tout va et Holger Badstuber fait même son retour sur les terrains. Que demande le peuple ?

Mars : Le peuple veut la Ligue des champions. Le FC Bayern s'exécute, et corrige Manchester City en huitièmes. Pep Guardiola n'a que ses yeux pour pleurer. Par ailleurs, les sites de paris commencent à s'inquiéter, suite à des mises de plusieurs milliers d'euros sur le Bayern champion. Il faut dire qu'au début du mois, la bande à Ancelotti n'avait besoin que de quatre points pour faire le fameux « cinq à la suite » .

Avril : Pour bien marquer le coup, le Bayern avait fait le choix de concéder quelques points le mois d'avant. Histoire de pouvoir être champion à domicile, face au Borussia Dortmund de surcroît. Mario Götze ouvre le score et fait semblant de ne pas célébrer, Lewandowski égalise avant de donner la victoire au Rekordmeister à la 89e. La Bundesliga est à terre, la Bavière a encore triomphé.


Mai : Le mois des décisions. Il n'y aura pas de finale de Coupe, le Bayern s'étant mystérieusement fait sortir par le Bayer Leverkusen en demies. En revanche, il y aura une finale de Ligue des champions à Cardiff, après avoir successivement sorti Manchester City, le Paris Saint-Germain et la Juventus. En finale, c'est le FC Barcelone qui attend l'escouade du bon Carlo. Déterminés à définitivement oublier la période Guardiola, les joueurs du Bayern déglinguent le Barça 3-0. Auteur d'un doublé (tête sur corner et frappe de 40m), Jérôme Boateng est porté en triomphe par ses pairs. Sauf Philipp Lahm, qui ne le touche pas malgré ses bras levés.

Le onze type


Neuer – Alaba, Boateng, Hummels, Lahm – Sanches, Vidal – Ribéry, Müller, Robben – Lewandowski

La charade


- Mon premier est le prénom d'un couturier sans âge.
- Mon deuxième fait des sauces ou cuisine des haricots.
- Mon troisième peut être arrangé.
- Tu fais ce qu'il te plaît durant mon quatrième.
- Mon cinquième réfute.
- Jacquouille la Fripouille est un bon exemple pour mon sixième.

- Mon tout a été vendu un jour par son ami Uli Hoeness pour éponger les dettes du club. Depuis, le FC Bayern n'a plus connu le rouge, sauf sur le maillot.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:02 La Premier League aux couleurs de l'arc-en-ciel 23

Le Kiosque SO PRESS