Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Finale
  3. // Strasbourg-Guingamp (0-0)

La Coupe de la Ligue pour Strasbourg !

Après 120 minutes d'ennui et de fébrilité offensive, Strasbourg a soulevé la Coupe de la Ligue au bout de la séance des tirs au but au détriment de Guingamp. Une belle récompense pour le club alsacien, passé par des chemins sinueux avant de retrouver le plus haut niveau.

Modififié

Strasbourg (4) 0-0 (1) Guingamp


L'avantage dans une finale, c'est qu'il doit y avoir un vainqueur. Que le match nul est proscrit, même si aucune équipe n'a envie de jouer l'offensive, et qu'il y a donc forcément du suspense dans le cas où les deux teams auraient beaucoup trop peur de prendre un but pour essayer d'en marquer un. Avec, dans la meilleure des situations, l'émotion d'une séance de tirs au but récompensant ceux qui se sont tapés un gros moment d'ennui.


C'est ce qui s'est passé lors de Strasbourg-Guingamp, à l'occasion de la finale de la Coupe de la Ligue disputée à Villeneuve d'Ascq devant près de 50 000 spectateurs. Si certains se félicitaient de l'absence exceptionnelle du Paris Saint-Germain, pas sûr qu'ils aient été ravis des ambitions frileuses des finalistes. Mais l'important n'est pas là : ce qu'il faut retenir en ce samedi soir, c'est que Strasbourg a écrit une ligne supplémentaire à son palmarès en sortant seul vivant de cette longue soirée au contraire du malheureux Guingamp. Oubliées, les 120 minutes de football attentiste. Zappées, les années galère dans les bas-fonds du ballon rond français. Aujourd'hui, les Alsaciens sont heureux et méritent de l'être.

Une finale, ça se gagne... Mais ça se joue, avant tout


Première question pour ceux habitués à voir le PSG sortir vainqueur de cette ultime étape : quel spectacle va offrir cette confrontation entre le dixième et le 18e de Ligue 1 ? La première mi-temps donne une idée de la réponse. Avec zéro tir cadré pour Strasbourg et une seule tentative vraiment dangereuse signée Thuram (et sortie par Kamara), l'événement ne fait pour le moment pas frissonner les foules présentes à Lille.


Enjeu trop prégnant ? Capacités des deux équipes limitées ? Crainte exagérée de l'adversaire ? Sans doute un peu de tout ça. Toujours est-il qu'à la pause, un seul sentiment est partagé de manière unanime : tout le monde a la sensation d'avoir observé une rencontre qui n'a en fait pas encore commencé. Heureusement que les supporters sont là pour assurer l'ambiance, vu que même la pelouse a décidé de renvoyer une image assez terne...

L'objectif ? Gagner à la loterie


L'ambition des 22 acteurs est-elle donc de viser la prolongation, et attendre la loterie des tirs au but en s'employant à bien défendre ? Le retour des vestiaires ne dit en tout cas pas autre chose. Refusant de se livrer, Strasbourg et Guingamp optent pour l'extrême sagesse. Pas de quoi divertir le premier venu, mais suffisant pour entretenir le suspense. Aux alentours de l'heure de jeu, des espaces se créent enfin. Kamara se montre de nouveau décisif devant Benezet, alors que Caillard doit lui aussi sortir les gants pour repousser des tentatives de Thomasson qui trouve enfin le cadre.


Les Alsaciens, qui ont la possession du cuir depuis le début de la partie, parviennent également à fatiguer leurs adversaires et à supprimer la menace Roux grâce au coude de Mitrović qui ferme l'œil de l'attaquant pour la soirée. Une soirée qui s'étend, puisque le match s'allonge logiquement de trente minutes supplémentaires. Sans que le niveau technique s'élève, et sans que les filets ne tremblent davantage non plus malgré Rodelin ou Mendy. Lesquels sont d'ailleurs les seuls à rater leur penalty. Strasbourg en profite, Liénard colle une panenka, Carole conclut, et les fans alsaciens s'apprêtent à passer une belle nuit de fête.


Strasbourg (5-3-2) : Kamara - Martinez, Koné (Carole, 90e), Mitrović, Caci, Lala - Prcić, Sissoko (Liénard, 118e), Thomasson - Mothiba (Da Costa, 81e), Ajorque (Zohi, 103e). Entraîneur : Laurey.

Guingamp (4-3-3) : Caillard - Rebocho, Sorbon, Traoré, Kerbrat - Phiri, Blas (Didot, 98e), Ndong - Bénezet (Rodelin, 86e), Thuram, Roux (Mendy, 67e). Entraîneur : Gourvennec.


Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 18:00 Le vainqueur de la Coupe de la Ligue ne sera plus qualifié pour la C3 en 2021 40
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 11:05 Le vainqueur de la FA Cup n'aura plus le droit à sa caisse de champagne 131 Hier à 10:50 Au Paraguay, un joueur viré pour avoir... manqué une panenka 12
À lire ensuite
Les notes de Strasbourg