Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // France-Colombie (2-3)

La Colombie, c'est fort de café

Didier Deschamps l’avait dit : ce match amical allait servir de test à la future opposition face au Pérou au Mondial russe en juin prochain. Résultat ? La confrontation à venir ne sera pas une partie de plaisir. Car les Sud-Américains – la Colombie en l’occurrence – sont des morts de faim.

Modififié
Son nom reste dans les mémoires françaises comme celui d’un fantôme passé dans l’effectif du Stade rennais lors de la saison 2015-2016. Voilà bientôt deux ans que le prêt de Juan Fernando Quintero a pris fin de manière anticipée, avec au bout du compte, un maigre total d’un but et deux passes décisives en quatorze rencontres disputées sous le maillot breton. Mais ce vendredi soir à Saint-Denis, le milieu offensif des Cafeteros avait une revanche à prendre. Trois minutes après son entrée en jeu, il chipe le ballon à Duván Zapata pour tirer ce penalty en guise de balle de match. D’une frappe sèche sur la gauche d’un Hugo Lloris parti du bon côté, Quintero inscrit le but qui offre à la Colombie une remontée folle, après avoir été menée 2-0. Heureux, le buteur va l’être encore plus lorsque tous ses coéquipiers viennent le congratuler pour former une équipe soudée et déterminée. Un élan de camaraderie qui fait plaisir à voir.

Pékerman : « Une victoire méritée »


« Cette équipe nous a donné une leçon d’agressivité. Ils ne lâchent rien. » En deux phrases, Didier Deschamps, premier de cordée pour le traditionnel exercice de la conférence de presse, pose les bases du succès colombien. Car ce collectif, qualifié au bout du suspense dans un groupe d'éliminatoires de la zone Amsud plus relevé que jamais, possède une qualité essentielle : il sait suffisamment bien apprendre de ses erreurs pour ne pas les répéter. Le 6 octobre dernier à Barranquilla, la Colombie s’inclinait sur le fil à domicile contre le Paraguay (1-2), mettant sérieusement en danger une qualification pourtant acquise à une minute de la fin du temps réglementaire. C'était compter sans les deux buts d’Óscar Cardozo et d’Antonio Sanabria (89e, 90e+2).


Deux buts qui mettaient la Colombie dans un sacré pétrin avant de se rendre au Pérou, concurrent direct, pour valider son billet au Mondial. Mais au terme d’un match nul aussi tendu que positif pour les deux équipes (1-1), la Fiebre amarilla (Fièvre jaune, en VF) pouvait souffler et célébrer sa qualification directe en Russie. Et ce soir au stade de France, José Pékerman fait le constat du chemin parcouru. « Nous avons montré un vrai visage d’équipe qualifiée pour la Coupe du monde, assure l’Argentin. C’est une victoire méritée. » Si le sélectionneur national ne souhaite pas parler des individualités, le quart-de-finaliste avec l’Argentine en 2006 n’oublie pas de dire que « les changements ont permis d’améliorer le collectif » .

L’épouvantail sud-américain


Quintero, mais aussi José Izquierdo, crocheté par Samuel Umtiti pour obtenir le penalty décisif, peuvent se féliciter des paroles de leur patron. En réalité, la Colombie, quart-de-finaliste en 2014 sous le premier mandat de Pékerman, pourrait bien se muer en nouvelle nation capable d’éliminer n’importe quelle écurie européenne l’été prochain. Comme le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay ou le Pérou, des nations en quête de digne reconnaissance. La force des Cafeteros ? Leur capacité à ne jamais s’avouer vaincus peu importe le contexte, comme le prouve le but éclair de Luis Muriel après le golazo de Thomas Lemar (2-1), ou la passe de James Rodríguez pour l'égalisation de Radamel Falcao (2-2). Oui, sous ses airs de vieux monsieur, grand-père Pékerman sait faire du bon café.

Par Antoine Donnarieix, au Stade de France
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 5 heures GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
il y a 6 heures Pochettino compare l'expérience à des vaches devant un train 24 il y a 6 heures Infantino contre les matchs de Liga aux USA 27 Hier à 16:19 Une bousculade fait cinq morts en Angola 7
À lire ensuite
Les notes de la Colombie