Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // GR.B
  3. // Lille/Inter (0-1)

La bonne formule de l’Inter

Un gardien impérial, des joueurs qui savent mettre des coups quand il faut et un attaquant à un tir, un but. Présenté comme une équipe en crise, l’Inter a montré au LOSC tous les ingrédients qu’il fallait avoir pour briller en Ligue des champions.

Modififié
Lille - Inter Milan: 0-1

But: Pazzini (22e) pour l'Inter.

Dans une tribune du Stadium Nord, il y a une banderole, « Proud of North » . Au coup d’envoi, l’ambition de Rudi Garcia et ses hommes, c’est pourtant bien d’être la fierté du pays, et en Français dans le texte. De profiter des difficultés de l’équipe d’en face pour lui mettre une déculotté, et tant pis si c’est une grosse écurie, une équipe qui était sur le toit de l’Europe il y a 18 mois. Dans pareille situation contre Arsenal, l’OM va jouer la prudence, avec sa formation « Ligue des champions » . C’est pas trop le style Rudi Garcia. Même sans Landreau blessé, on joue le coup à fond, comme si c’était Nancy qui se pointait au stade.

Sur le premier quart d’heure, le LOSC semble ainsi tenir la partie, et Pedretti, qui combine tantôt avec Hazard, tantôt avec Joe Cole, joue comme s’il fêtait son 200ème match européen. Même Balmont se poste en soutien sur les phases offensives, comme ça, pour rassurer. Autant dire qu’à la 22e minute, on se dit que c’est quand même dommage qu’ils ne soient pas aussi serein défensivement. Parce qu’en une action, l’Inter se met en position de force. Sneijder reçoit la balle à quarante mètres, et il fait tout pour monopoliser l’attention. Une fois que trois gus sont sur lui, il lance Zarate sur le côté gauche qui centre illico pour le Pazzo qui casse la cage d’une grosse reprise de volée. 0-1. Lille ne se décourage pas pour autant : Béria intercepte en faisant des ailes de pigeon, Joe Cole lance Sow avec un amour d’extérieur. Mais comme un symbole, le Sénégalais butte sur un gardien qui n’a pas retrouvé que ses bois aujourd’hui, mais aussi son meilleur niveau.


Et en seconde, c’est pire. On retombe dans le schéma des années 80, 90, le scénario où l’équipe française est valeureuse mais elle bute face au monstre froid italien qui sait gérer le match à la perfection. Et pour être fidèle à l’histoire, il y a le coup de l’action litigieuse, où il pourrait y avoir péno pour le LOSC, parce que Nagatomo déséquilibre bien Hazard à l’entrée de la surface, mais où l’arbitre ne siffle pas. Cruel. Surtout qu'au cas où Julio César ne suffirait pas, Thiago Motta se fait un plaisir de taper Hazard au début de l’action, histoire de ne pas le voir à la fin. Sur une protection de balle anodine, Pazzini met un coup de coude à Chedjou… Si tant est que les occasions des Dogues, c’est pas les bonnes personnes qui se les procurent, à l’image de cette percée de Balmont, qui se demande soudain si c’était une bonne idée de se retrouver seul dans une surface au duel avec Lucio, ou Béria, qui s’essaie à la frappe de loin. Garcia a beau tenter le 4-2-3-1 en faisant rentrer Payet à la place de Pedretti, ça ne prend pas, Sow s’est convaincu qu’il n’arriverait pas à tromper le portier brésilien. Lille finit résigné, mais garde tout de même le soutien de son public, heureux de l’avoir vu essayer face au méchant Inter jusqu'au bout, avec une louche au second d'Hazard pour un Basa lancé de la tête qui se prend finalement le poteau de plein fouet. C’est donc ça, la fierté du nord.

Par Mario Durante
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 32 minutes Gasset tire son chapeau à Génésio 4 il y a 1 heure Golden Boy 2018 : pas de Mbappé dans les cinq finalistes 63 il y a 2 heures Plus d’un fan sur deux a déjà été témoin d’un comportement raciste au stade 47
il y a 3 heures Les Dorados de Sinaola de Maradona intéressés par Bolt ? 15 il y a 5 heures Prolongation imminente pour Gignac avec les Tigres 25

Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom
Hier à 18:01 Il marque après 729 jours de disette 39 Hier à 16:04 La troisième Coupe d'Europe officialisée en décembre 63