Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // Gr.G
  3. // Belgique-Panama (3-0)

La Belgique souhaite la bienvenue au Panama

L'illusion aura duré une période, le temps pour Romelu Lukaku de se dégourdir les jambes et au Panama de flamber sa barre d'endurance. À défaut de beaucoup d'opposition, la Belgique est bien entrée dans sa compétition... et c'est déjà ça de gagné.

Modififié

Belgique 3-0 Panama

Buts : Mertens (47e) et Lukaku (69e, 75e) pour la Belgique

Ne pas s’y tromper : le Panama est probablement l’équipe la plus faible de ce Mondial. Le gamin aura tout de même tenu une mi-temps, se raccrochant tout autant à la stérilité de la possession belge qu’à la solidité d'une charnière centrale qui avait décidé de tout repousser du crâne. Pour autant, tenir une période, c’est déjà pas mal. La Belgique peut souper avec le plaisir paisible d’avoir collé une rouste à des corps cramés à partir de la 60e, mais peut, aussi, se poser quelques questions sur son animation offensive lorsque les espaces étaient réduits à peau de chagrin. Jolie histoire que celle construite par une bande plus connue pour ses histoires de papiers que pour son football. Mais au jeu des héros de contes pour enfants, le méchant baveux s’appelle cette fois Romelu Lukaku. Et il avait faim.

Un conte défait


Au départ, c’était une simple question de taille. « Il était fort petit, dit le conte, et quand il vint au monde, il n’était guère plus gros que le pouce, ce qui fit qu’on l’appela le petit Poucet. » À quoi détermine-t-on le statut d’une sélection ? À son classement FIFA, peut-être, le Panama n’étant pas du reste la moins bien classée de la compétition (55e). À son expérience, alors, le pays fêtant la première participation de son histoire à un Mondial face à l’un des ogres de la compétition. Alors, comme dans l’histoire de Charles Perrault, le petit poucet a commencé par subir. L’abandon des parents d’un côté, la domination belge de l’autre. Dans un 3-5-2 dont la seule absence notable constitue celle de Kompany, les Diables rouges enchaînent les offensives, comme autant d’ingrédients à ajouter dans la casserole de leur souper cannibale. Carrasco, d’abord, puis Mertens dans l’action qui suit (6e), avant les banderilles d’Hazard toutes repoussées par un Penedo à la gueule (et au talent ?) de Gigi Buffon (11e, 26e).


Le conte, lui, poursuit le portrait chinois : «  Ce pauvre enfant était le souffre-douleur de la maison, et on lui donnait toujours le tort. Cependant, il était le plus fin, et le plus avisé de tous ses frères, et s’il parlait peu, il écoutait beaucoup. » Les oreilles grandes ouvertes, le Panama avait noté : cette Belgique-là manque parfois de brio. La charnière monte souvent pourtant au-delà de la ligne médiane, Mertens se démenant comme un beau diable (rouge) pour chauffer les gants de Penedo et cabosser les têtes des centraux Escobar et Torres. Ne leur demandez pas un contrôle porte-plume, mais ce duo sait se servir de sa tête. Est-on d'ailleurs toujours un petit poucet lorsque l'on prend tous les ballons de la tête ? 0-0 à la pause, c’est déjà un exploit. Reste maintenant à piquer au géant ses bottes de sept lieues.

Une marmite trop pleine


Seulement, dans la maisonnée de l’ogre, vivent onze petites filles. Bon, elles sont en réalité sept chez Perrault, mais l’adaptation facilite l’histoire. Dries Mertens, largement éligible au titre de gamine la plus en vue côté belge, laisse habilement tomber un gros caillou de sa poche pour le propulser dans les filets de Penedo d’une volée du droit d’entrée de seconde période (1-0, 47e). On pense le petiot assommé, perdu en forêt comme un champignon trop jeune pour être ramassé par les promeneurs, et la suite le confirme. La Belgique pose la botte sur le ballon, fait tourner le cuir comme des Mexicains en pleine orgie et, logiquement, double la mise par Lukaku sur un extérieur délicieux de Kevin De Bruyne (69e). Les Panaméens halètent, poursuivis entre les herbes hautes par un ogre aux jambes tout aussi grandes que son appétit. Lukaku, encore lui, lancé en profondeur par un Eden Hazard pas encore au top de sa forme, pique un ballon pour le 3-0 et la victoire du favori (75e). Allez, on accorde un but de sympathie pour cette tentative de l'espace repoussée par Thibaut Courtois (90e). 3-0 score final, Charles Perrault peut froncer les sourcils : ce genre de violence n'est pas à montrer à tous les enfants.




Belgique (3-4-3) : Courtois – Alderweireld, Boyata, Vertonghen – Meunier, Witsel (Chadli, 90e), De Bruyne, Carrasco (Dembélé, 74e) – Mertens (T. Hazard, 83e), E. Hazard, Lukaku. Sélectionneur : Roberto Martínez.

Panama (4-5-1) : Penedo – Davis, Escobar, Torres, Murillo – Rodríguez (Diaz, 63e), Godoy, Gómez, Cooper, Barcenas (Torres, 63e) – Pérez. Sélectionneur : Hernán Darío Gómez


Par Théo Denmat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

Henry : le retour

Vidéo



Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Tsugi
Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4