Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 8 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-Lyon

L1 : Paris favori au titre, vraiment ?

Quadruple champion en titre et éliminé de toutes compétitions européennes, le Paris Saint-Germain semble largement capable de rattraper Monaco et d'accrocher un cinquième championnat d’affilée. Sauf que la dynamique actuelle ne parle pas en sa faveur.

Modififié
«  Le PSG reste le favori pour le titre de champion de France. D’abord pour la qualité de son effectif. Ensuite, Monaco poursuit sa route en Ligue des champions et peut aller très loin. En tout cas, cela va forcément leur bouffer de l’énergie. Enfin, je pense que le PSG a tellement besoin de se faire pardonner son élimination en Ligue des champions que cette déception va les pousser dans leurs retranchements. » Signé Jean-Michel Aulas dans les colonnes du Parisien. Alors, petit coup de pression avant la confrontation face à l’Olympique lyonnais ou véritable éloge lâché sans arrière-pensée ? Peu importe, finalement. La déclaration du président de l’OL permet surtout de lancer le facile et habituel débat qui se balade dans l’air lorsque deux candidats au titre se disputent le trophée à l’approche de la fin de saison. D'où la question : le Paris Saint-Germain représente-t-il actuellement le réel favori ?

Plus que trois points d'avance


Pour José-Karl Pierre-Fanfan, qui a terminé à la malheureuse place du dauphin avec les deux clubs (en 2003 et 2004) après être monté sur la première avec Lens (en 1998), la réponse est non. Un avis de plus en plus partagé. « En début de saison, le PSG restait clairement le favori, en tant que tenant du titre et avec un nouvel entraîneur recruté pour viser encore plus haut. Mais à mon sens, ce sont désormais les Monégasques qui doivent être considérés comme tels, estime l’ancien défenseur. Déjà parce qu’ils sont leaders. Et ensuite parce qu’ils sont beaucoup plus réguliers dans le jeu. Ils possèdent un vrai onze type que Paris n’a pas encore réellement trouvé à l’heure où on se parle. Hormis Cavani qui est indiscutable, ça a évolué à tous les postes. Chose que n’a pas connue Monaco. »


Dès lors, les trois points de retard sur la Principauté peuvent paraître énormes à huit journées de la fin. Sans oublier que la différence de but est largement en faveur des hommes de Leonardo Jardim (+ 58 contre + 8). Pierre-Fanfan, visiblement impressionné par le club du Rocher, en remet une couche en comparant les deux teams : « Monaco a véritablement franchi un palier en étoffant son groupe et en bonifiant son assise. À Paris, on est toujours dans le doute au niveau du jeu. Et leur élimination en Ligue des champions les a énormément fragilisés sur le plan mental. »

La Ligue des champions, avantage ou inconvénient ?


La C1, justement, jouera un rôle décisif, assure plutôt logiquement Jean-Michel Aulas. En subissant l’humiliation de la remontada barcelonaise, les joueurs de la capitale peuvent au moins se réjouir de ne pas avoir un calendrier trop chargé, alors que Monaco aura minimum deux rencontres européennes à disputer, avec toute la préparation qu’un quart de C1 impose. Les jambes plus légères, le risque de blessure moindre, Marco Verratti et ses potes vont pouvoir aborder les compétitions nationales dans des conditions optimales.


L’absence de Coupe d'Europe serait donc un avantage par rapport aux vainqueurs de Manchester City. Faux, archi-faux, selon Pierre-Fanfan : « Cet argument ne vaut que pour les équipes qui ne sont pas programmées pour jouer le très haut niveau, qui ne disposent pas de l’effectif adéquat et de joueurs internationaux habitués à ce genre de rendez-vous. Un club comme Leicester peut par exemple pâtir de son parcours réussi en C1. Mais ça ne tient pas pour Paris ou Monaco, qui n’ont aucun problème à enchaîner les matchs tous les trois jours. L’élimination est même un inconvénient pour le PSG, qui va devoir regarder la LDC à la télévision plutôt que de la jouer. Et ça, ça fait mal psychologiquement, car les Parisiens savent que leur place était sur la pelouse et pas sur le canapé. Les Monégasques, eux, profitent de leur belle dynamique en C1. »

Un calendrier parisien pas si léger


Ainsi, le parallèle entre l’ASM 2016-2017 et l’ASM 2003-2004, qui avait atteint la finale de LDC, mais n’avait pas trouvé les ressources nécessaires pour conserver sa première place en championnat et s’était fait doubler par Lyon dans la dernière ligne droite, ne tient pas. L’effectif à disposition de Didier Deschamps était alors plus limité et moins talentueux, même si cela ne semble pas évident au premier coup d’œil. « Ça se joue à deux-trois joueurs près, hein. Et puis, toutes ces compétitions, ça consolide un groupe » , rappelle l’ex-footballeur.


Qu’en est-il des adversaires que chacun doit encore affronter en Ligue 1 ? Même dans ce domaine, Monaco paraît mieux loti. Les Rouge et Blanc n’ont qu’un déplacement à Lyon – trois jours après leur quart retour contre le Borussia Dortmund – comme « gros » rencard, tandis que Paris devra encore se rendre à Nice et à Saint-Étienne après avoir combattu Lyon. Dans ce contexte, une défaite parisienne en finale de Coupe de la Ligue face à Monaco serait très, très douloureuse pour les têtes. Les bookmakers, eux, ont déjà fait leur choix : leur favori est actuellement en tête du championnat.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 11:02 GRATUIT : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Champions League
Hier à 17:55 Berlusconi licencie son coach à Monza et nomme Brocchi 7 Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Règles du jeu 2
Partenaires
Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible
Hier à 10:55 Un doublé pour Rooney, DC United qualifié pour les play-offs 4 Hier à 10:00 R3 : Bourbaki remporte le derby de Pau 17