Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // CDM 2018
  2. // 8es
  3. // Uruguay-Portugal (2-1)

L'Uruguay donne rendez-vous aux Bleus

Grâce à un doublé de Cavani, l'Uruguay bat le Portugal et se qualifie pour les quarts de finale. Les Uruguayens affronteront donc l'équipe de France, ce vendredi.

Modififié

Uruguay 2-1 Portugal

But : Cavani (7e et 62e) pour l’Uruguay // Pepe (54e) pour le Portugal

La grimace de Cavani fait peine à voir. Il ne reste que vingt minutes à jouer quand El Matador passe derrière les buts de Muslera en boîtant. Le coup d’œil vers son banc est clair et décidé : c’est le remplacement. Ultra actif depuis l’entame de la partie, Edinson est sans aucun doute l’homme du match. Son entente avec Suárez sur le front de l’attaque couplée à son altruisme et son sens du but sont en train de propulser la Celeste en quarts de finale. Y sera-t-il ? La France espère que non, tant le Parisien symbolise parfaitement cet Uruguay indomptable.

Les notes de l'Uruguay

Chef-d’œuvre celeste


Bien conscient qu’il en faudra beaucoup pour dégommer les cages uruguayennes, le Portugal croque directement dans le ballon. Le premier centre de João Mario après deux minutes est repris par une tête rétro de Bernardo Silva. Ça passe au-dessus. Dans la foulée, CR7 s’essaie avec une frappe puissante. Même stade, même but et même distance que face à l’Espagne, mais Muslera a le gant plus ferme que De Gea. Le champion d’Europe a montré le bout de son nez, l’Uruguay va carrément passer sa tête, ou plutôt la joue de Cavani.

À l’origine de l’action avec une toute belle transversale, Cavani roule tranquillement Guerreiro et Fonte dans la farine pour récupérer le centre tout aussi précis de son compère Suárez et le propulser au fond des buts. Le 44e but en sélection du Matador est splendide. Et coupe les jambes portugaises. Comme prévu, c’est pas la rencontre du siècle. La bande à Santos est complètement maîtresse du ballon, mais ne parvient pas à contourner le mur uruguayen. Plus étonnant en revanche : aucun bristol ne sort de la poche de monsieur Ramos au premier acte.

Suárez-Cavani acte II


54e minute : la défense sud-américaine semble prenable pour la première fois depuis le début du Mondial : Pereira fout le brun, Ronaldo remet en retrait et Adrien Silva frappe, corner. L’avertissement n’a pas suffit, Pepe s’élève plus haut que Godín sur l’action qui suit et, d’un coup de boule qu’on n’aimerait pas prendre sur le nez, remet les pendules à l’heure. L’espace de huit minutes, du moins. Le temps que les Lusitaniens squattent une fois ou l’autre la grande surface de Muslera, puis que celui-ci envoie une longue passe que Suárez transmet à Cavani. Le buteur du PSG fait à nouveau la différence d’un splendide intérieur du pied.

Outre la solidité défensive et le talent pur de ses offensifs, c’est surtout la débauche d’énergie de ces malades de Torreira, Nandez et Laxalt qui force le respect envers l’Uruguay. De l’autre côté, le remuant Bernardo balance au-dessus des cages après avoir récupéré le ballon dans les mains de Muslera. Le chant du cygne des Portugais est orchestré par Fernandes, qui envoie un premier petit boulet dans les mains de Muslera, un deuxième dans les airs. Mais le miracle Eder n’aura pas lieu. Quant à l’Uruguay, il sera difficile à bouger.



Uruguay (4-4-2) : Muslera – Laxalt, Godín, Giménez, Cáceres – Betancur (63e Rodríguez), Vecino, Torreira, Nandez (81e, Sánchez) – Cavani (74e, Stuani), Suárez. Sélectionneur : Óscar Tabárez.

Portugal (4-4-2) : Rui Patrício – Pereira, Fonte, Pepe, Guerreiro – A.Silva (65e, Quaresma), Carvalho, B. Silva, Mario (85e, Fernandes) – Ronaldo, Guedes (74e, André Silva). Sélectionneur : Fernando Santos.




Par Émilien Hofman
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

VIDEOS

I récup ze ball !

Vidéo



Dans cet article


Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible
À lire ensuite
Les notes du Portugal