Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 20 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. //
  2. // Girondins de Bordeaux

L’UNFP met Bordeaux en carafe

L’UNFP a décidé de rompre l’union sacrée autour des Girondins de Bordeaux, finalement juste relégués sportivement en Ligue 2 alors qu'ils pouvaient sombrer administrativement. Dans un communiqué, le syndicat des joueurs professionnels met sur la table quelques petits problèmes trop vite occultés, tant sur le fond que la forme. Elle rappelle surtout que le traitement réservé aux joueurs ne peut servir à masquer l’incompétence de l’actuelle direction. À défaut de changer fondamentalement la donne, Gérard Lopez y perd cependant un peu de son aura et de son auréole de sauveur...

Modififié
Il faut aller sur Twitter pour dénicher le véritable résumé de la position de l’UNFP. « En voulant à tout prix "sauver" le soldat Lopez et le club historique qu’il préside, aujourd’hui enfermé dans une logique de trading, les instances n’ont visiblement pas pris en considération la condition future des joueurs... Étonnant, non ? » Bref, dans d’autres secteurs économiques, la CGT parlerait de patron voyou qui laisse planer la menace d’une fermeture d’usine pour faire avaler des licenciements expéditifs et récolter des aides publiques.

DNCG discréditée


Signalons au préalable que, contrairement à l'AS Saint-Étienne, a été acté un plan social qui débouche sur la perte de 70 emplois (sur 300 postes), alors que les trois quarts de la dette ont disparu ou encore que la métropole bordelaise a concédé une belle ristourne concernant le loyer du stade. Ces futurs chômeurs sont pour le moment les perdants oubliés du fiasco bordelais. Mais l’UNFP intervient sur un autre registre. Le syndicat ultra majoritaire des joueurs interroge le foot français sur les conséquences à moyen terme de la séquences dont nous sortons à peine. Contrairement à l’avis général, il s’étonne que la DNCG ait pu être contredite de la sorte - même si cela s’est déjà produit auparavant - par la Fédération. « La légèreté avec laquelle la FFF va désavouer la DNCG - dont on ne cesse d'ordinaire en France de louer le travail et de vanter les mérites – questionne. » Ainsi « la crédibilité d'une commission indépendante » se trouve fragilisée. La jurisprudence girondine, avec les pressions extérieures politiques et aussi en interne au sein de la LFP, affaiblit inévitablement la force des prochaines décisions de cet organe de régulation, surtout s’il doit se prononcer sur des « institutions » de notre élite. Avec le danger que s’instaure, selon la tête du client, un deux poids deux mesures face aux sanctions.

« Les footballeurs ne sont pas solubles sous de hautes températures »


Une fois dressé le décor général, l’UNFP revient à sa raison d’être, la défense des joueurs-salariés et de leurs conditions de travail. L'Union des coprésidents Kastendeuch et Piat s’indigne en particulier de la demande exprimée lourdement auprès de certains membres de l’effectif, notamment ceux installés dans le fameux « loft » , de baisser sensiblement leurs émoluments. Bref la direction impose une forme de punition financière qui transfère sur les vilains petits canards la faute, voire le péché, des difficultés du club. « Et, comme c'est trop souvent le cas, il s'agit désormais de déplacer les responsabilités vers les joueurs. Car au-delà de la pression exercée en interne, la médiatisation des mesures prônées par le club n'a qu'un but et témoigne de la volonté de Gérard Lopez de faire porter par les joueurs, qui refuseraient de baisser leur salaire, les raisons d'un éventuel naufrage. » En creux, et de manière beaucoup plus explicite sur les réseaux sociaux, l’UNFP n’oublie pas les us et coutumes du Gérard Lopez « patron » . Et parmi elles, ce loft, certes moins ausculté que celui du PSG, où sont relégués des salariés soumis à des types de brimades peu habituelles. « Passons sur les manœuvres d'intimidation classique surtout quand elles peuvent, comme ici, servir la science : prouver que les footballeurs ne sont pas solubles sous de hautes températures en faisant s'entraîner à 15 heures, en pleine canicule, les joueurs mis à l'écart » , continue l'UNFP.



La tension s’avère si lourde que dans la foulée, Paul Baysse, un des « indésirables » toujours sous contrat et en outre membre de comité directeur du syndicat, s’est fendu d’un droit réponse afin de contrer les rumeurs lui imputant la position radicale de l’UNFP. « Si je n'avais pas fait partie du loft, personne ne m'aurait accusé, écrit le défenseur. L'UNFP joue son rôle avec toutes et tous, et dans tous les clubs. Ma situation n'est déjà pas simple à vivre, je vous remercie de ne pas en rajouter une couche. » Il précise ensuite que son engagement dans les instances syndicales concerne d’abord les relations arbitre/joueur.


Voilà pour le climat, avec une petite pointe de détresse et la fin de la parenthèse enchantée des manifestations en centre-ville. Finalement, l’UNFP ne fait que poser, avec un ton qui effectivement tranche avec l’ordinaire courtoisie du petit monde du ballon rond, une problématique fort simple. La sauvegarde d’un club historique peut-elle tout justifier, et en particulier tous les comportements de la direction ? En l’occurrence, elle est parfaitement dans son rôle, tout comme Philippe Poutou quand, en tant qu’élu, il exige en vain de conditionner les aides publiques à la garantie que tous les emplois soient sanctuarisés. La sympathie légitime que nous éprouvions pour la mobilisation des supporters ne peut dissimuler ce sévère retour à la réalité, surtout en terme social. Joueurs et avant tout salariés vont payer les pots cassés d’une situation dont ils ne portent guère la responsabilité...

Lire la réponse des Girondins à l'UNFP

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Tsugi Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
vendredi 30 septembre National : Dunkerque monte sur le trône, la surprise Martigues 6 vendredi 30 septembre Omar da Fonseca et Benjamin Da Silva disponibles dans Waze 20 vendredi 30 septembre Ricardo Faty signe à Chartres 6 vendredi 30 septembre Un rapport sur la sécurité dans les stades pointe des défaillances 39
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Olive & Tom Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons
vendredi 30 septembre "L'Incroyable Brocante Sports" par So Foot et TrashTalk débarque le 23 octobre ! 1
À lire ensuite
Monaco, la tête baissée