Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Udinese/Rennes (2-1)

L'Udinese à l'expérience

Les Rennais ont dominé l'Udinese sur sa pelouse, mais se sont finalement inclinés dans les dernières minutes du match. Ils ont aussi perdu Mangane et Boukari dans la partie. C'est aussi ça, l'Europe.

Modififié
Udinese 2-1 Rennes


Buts : Di Natale (40è) et Armero (83è) pour l'Udinese ;
Hadji (19è) pour Rennes


Cela ne fait aucun doute, ce groupe I dans lequel se retrouve le Stade Rennais est le plus sexy de cette Europa League. De la tapas madrilène avec l'Atletico de Falcao, Monsieur 17 buts la saison passée dans la compétition, du trèfle écossais avec un Celtic Glasgow repêché de justesse (disqualification du FC Sion), et pour finir un peu d'Italie et de Frioul, avec cet Udinese de Di Natale par lequel les Bretons débutent ce soir. Les Udinois ont certes perdu Alexis Sanchez, Inler et Zapata, mais ils ne sont pas passés loin de faire du début de saison d'Arsenal le pire de son histoire. Finalement, c'est l'OM qui jouera les Gunners en C1, et Rennes qui se présente dans un stade du Friuli à moitié vide. Bah ouais, Rennes, c'est sympa, mais c'est pas Arsenal.

Les Rennais mal payés

Antonetti fait tourner, mais joue l'expérience, avec Hadji soutenu par Dalmat devant, et Mangane et Danzé derrière. Serrage de paluches entre capitaines, le Sénégalais plane 40 centimètres au-dessus de Di Natale. De toute façon, c'est avec les pieds qu'il est bon, pas avec la tête. Début de match, les Bretons posent le pied sur le ballon, maitrisent. Pitroipa est bien placé dans la surface mais l'envoie au-dessus. Premier coup dur, la blessure de capitaine Mangane avant le quart d'heure de jeu. Kana-Biyik prend le relais, et Danzé le brassard. Il en faut plus pour couper le bel élan rennais. 19ème minute, Dalmat a la balle au milieu de terrain, régale d'une ouverture millimétrée comme à l'époque pour Hadji, qui ajuste Handanovic. 1-0, et c'est mérité, car les Italiens sont à la rue, perdent un ballon sur deux, sont mangés au milieu. Di Natale tente d'envelopper mais il ne cadre pas. Udinese laisse des espaces énormes, dont ne profite pas Kembo, le mec qui met des frappes de trente mètres au Vélodrome, mais qui la fout à côté seul face au gardien. Hadji est partout. Une tête sauvée par Handanovic sur corner, une frappe détournée à l'entrée de la surface. L'Udinese est bousculée, mais elle a un joueur au-dessus du lot. Di Natale en fait d'abord trop en foirant une louche mal sentie, mais l'Italien n'est pas du genre à en rater deux d'affilée. Lancé en profondeur, il égalise d'une frappe croisée parfaitement placée. Kembo aurait dû permettre aux siens de reprendre l'avantage juste avant la mi-temps, mais il a dû mal à conduire la balle et lever la tête en même temps. C'est con, Tettey était vraiment tout seul.


La victoire à l'italienne

Les locaux reviennent plus impliqués. Le match est à peine reparti que Costil sort sa première parade, sur une frappe de Fabbrini, Italien, les cheveux longs, 36 ans. Un vrai de vrai. Ce même Fabbrini se distingue ensuite par un désossage sur M'Vila au milieu de terrain. Abdi, lui, tente le plongeon dans la surface, sans succès. Pitroipa accélère côté droit, fixe, centre au deuxième poteau pour Hadji qui trouve le poteau. Les Bretons ont repris le contrôle. Une frappe de Boukari, qui a remplacé Pitroipa, une autre de Dalmat. Ça pousse fort. Mais ça ne rentre pas. Deuxième simulation dans la surface pour les Italiens, encore raté. Faut pas leur en vouloir, l'Udinese, à la base, c'est un club de gymnastique. Deuxième coup dur, Boukari retombe mal et y laisse son épaule. Eh oui, c'est aussi ça, jouer l'Europe. La bande à Guidolin est inoffensive dans le jeu, et s'en remet aux corners. Montaño en sauve un premier sur sa ligne, puis un deuxième. Les Italiens finissent mieux, s'installent enfin dans le camp rennais, et définissent l'efficacité. Danzé manque son tacle, Armero double la mise. Ça fait 2-1. A l'italienne. Rennes a perdu le match, et deux joueurs. Sale soirée.

Leo Ruiz

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7 Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 15
Partenaires
Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 09:51 DERNIER JOUR : 10€ offerts sans sortir la CB pour parier sur la Ligue des champions
À lire ensuite
Paris se donne des ailes