Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 29 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 14e journée
  3. // Ajaccio/Marseille (1-3)

L'OM s'impose en Beauté

Auteurs d'un match très sérieux, les joueurs de l'Olympique de Marseille s'offrent une deuxième victoire consécutive en Ligue 1. Opposés à des Corses bagarreurs mais limités, les Phocéens s'imposent notamment grâce à un but splendide d'André-Pierre Gignac.

Modififié

AC Ajaccio - Marseille
(1-3)
G. Perozo (29') pour AC Ajaccio , D. Payet (26'), A. Gignac (37'), F. Thauvin (57') pour Marseille.


Une patate de forain. Une vraie. Soigneusement rangés dans l'étagère de la pureté, on trouve les revers de Wawrinka ou Gasquet, le crochet de Mike Tyson et puis, de temps en temps, une Mark Landers d'André-Pierre Gignac. Souvent critiqué, parfois à raison, l'attaquant de l'OM a profité de la virée phocéenne sur la pelouse d'Ajaccio pour prouver que s'il y avait bien une chose que l'on ne lui enlèverait jamais, c'est la qualité de sa frappe pied droit. Auteur d'une reprise de volée splendide ce vendredi soir, APG a permis aux Marseillais de décrocher une deuxième victoire consécutive en Ligue 1 au terme d'une rencontre équilibrée lors de laquelle les Phocéens ont su se montrer efficaces.

Le bijou de Gignac

La prochaine fois qu'elle a envie de faire peur à ses millions d'habitants, la France pourra jouer son barrage retour de Coupe du monde à François Coty. Alignés sous la pluie corse mais sur une pelouse parfaite, les 22 acteurs démarrent une rencontre qui s'inscrit vite sous le signe de l'embrouille, avec le roquet Johan Cavalli et Florian Thauvin en chefs d'équipe. Forcément, dans ce genre de matchs tendus, Mathieu Valbuena prend des balayettes dès les premières minutes de jeu. Forcément, dans ce genre de matchs tendus, l'OM peine en début de partie. Plus à l'aise dans la construction, où le bon Lasne et André font du bien, les Corses font courir des Marsellais un peu trop soft dans les duels. Privés de ballon, mais peu mis en danger, les Phocéens ne se donnent de l'air que grâce à un long ballon de Cheyrou à destination de Gignac, capté par Ochoa. Peu rassurant au quart d'heure de jeu sur un corner de Cavalli, Mandanda se rachète une poignée de minutes plus tard en sortant dans les pieds d'Eduardo, parti en filou dans le dos de la charnière Nkoulou – Diawara. Toujours coincé sur son côté gauche, certainement en hommage à André Ayew, absent huit semaines, André-Pierre Gignac repique et envoie une chiche dont lui seul a le secret sur la base du poteau gauche de Memo Ochoa. Porté disparu jusqu'à cette 26e minute, Dimitri Payet profite d'une bonne récupération et d'un bon centre du droit de Thauvin pour dégainer une frappe imparable et planter sa quatrième banderille de la saison. On croit l'OM délesté de son principal poids, mais sur le coup franc qui suit, Cavalli trouve Perozo, hors-jeu, comme deux de ses coéquipiers. Pas vu pas pris, le défenseur de l'ACA égalise d'une tête plongeante. Sonnés, les coéquipiers de Mathieu Valbuena ont besoin de cinq bonnes minutes pour reprendre leurs esprits. Déjà buteur, Payet se charge de la révolte en envoyant une frappe lointaine bien stoppée par Ochoa. À l'affut, Gignac et Thauvin se gênent et ne peuvent redonner l'avantage à l'OM. Ce n'est que partie remise pour l'avant-centre phocéen qui profite d'un centre d'Abdallah pour contrôler le ballon en reculant et envoyer une reprise de volée splendide dans la lucarne d'un Ochoa impuissant. Un chef-d'œuvre. Bien décidé à poursuivre son match plein, APG harcèle Dielna toute la fin de la mi-temps. Embrouillés, les deux lascars se retrouvent dans le vestiaire de l'arbitre à la pause. Ça sera deux heures de colle.

Thauvin, encore lui

Solides et décidés en première période, les joueurs d'Ajaccio ont du mal à tenir le rythme proposé par les Marseillais dès le début du second acte. Bien emmenés par un duo Thauvin - Payet dynamique offensivement et appliqués dans la tache défensive, les hommes de Baup font tout pour faire le break. Présent à la récupération dans les pieds de Pierazzi, Valbuena gagne un bon coup franc que Gignac envoie dans les bras d'un Ochoa présent. Comme pour rappeler à l'OM que rien n'est fait, Lasne part seul dans la profondeur, mais se heurte au retour de Souleymane Diawara. C'était la dernière occasion franche d'une équipe corse qui affiche clairement ses faiblesses en deuxième mi-temps. D'autant plus qu'en face, c'est un onze marseillais sérieux qui fait le travail et fini par tuer la rencontre. Etrangement seul sur son côté gauche, Payet a tout le temps d'ajuster un bon centre que Florian Thauvin vient catapulter dans le but d'Ochoa. L'OM mène 3 – 1, l'occasion pour Baup de faire souffler Valbuena et d'offrir du temps de jeu à Lemina et pour le jeune Gonçalves de remplacer Cavalli côté corse. Le turnover se poursuit côté Baup, avec les entrées de Jordan Ayew et de Khalifa à la place de Gignac et Thauvin. Ces dix minutes sont l'occasion pour le Ghanéen de faire remarquer son QI football exceptionnel en tentant une frappe improbable en oubliant un Payet totalement seul. Malin, Jordan se rattrape quelques minutes plus tard en enroulant une belle frappe, juste à côté du but d'Ochoa. Résignés, les Corses rendent les armes et restent dix-neuvièmes avec leurs neuf petits points. Les Marseillais eux, mettent la pression à Nantes et Monaco qui s'affrontent dimanche.

Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:30 La Corse veut adhérer à la FIFA pour jouer la Coupe du monde 98
Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom