Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Lyon-Marseille (4-2)

L'OM, droit à son but

Mandanda et Rami blessés, Marseille arrivait à Lyon privé de ses deux tauliers défensifs. Et ça s’est vu. Sans ses deux champions du monde, l’OM a sombré, encaissant quatre buts et terminant la rencontre à neuf.

Modififié
Tout l’été, Marseille a rêvé de son « grand attaquant » , celui qui permettrait à l’OM d’enfin briller dans les grands rendez-vous. Mais si Mitroglou et Germain n’ont pas rassuré à Lyon dimanche soir – tous les deux privés de ballons –, c’est surtout l’arrière-garde marseillaise qui a sombré. À l’image de Luiz Gustavo, plus fébrile que jamais. Privée du capitaine Mandanda et du matelot Rami, la défense de l’OM a pris l’eau, notamment sur le flanc bâbord gardé par un Jordan Amavi qui continue de couler en entraînant dans le fond la recrue Ćaleta-Car.

Adil Rami, absent et grand gagnant


Pour combler – numériquement du moins – l’absence du champion du monde moustachu, Rudi Garcia avait opté pour Ćaleta-Car, recruté contre 19 millions d’euros cet été et qui totalisait jusque-là une seule rencontre en Ligue 1 contre Nîmes (soldée par une défaite et une piètre performance pour le jeune Croate). Pour sa deuxième titularisation, Ćaleta-Car a remis ça en conduisant une nouvelle fois l’OM vers la défaite et en prenant largement part au naufrage des siens. Comment ? En se faisant enrhumer sur le premier but signé Aouar, battre systématiquement dans les duels et surtout expulser en fin de match alors que l’OM osait à peine reprendre espoir après la réduction du score de Njie (82e). Une prestation qui aura au moins eu le mérite de mettre en lumière Adil Rami.


À la décharge du jeune Croate, probablement pas encore taillé pour ce genre de rencontre, son expérimenté compère dans l’axe Luiz Gustavo a autant – si ce n’est plus – failli dimanche soir. Une semaine après avoir exprimé son spleen et ses envies de revenir au milieu de terrain dans La Provence – expliquant avoir « besoin de jouer milieu pour trouver le rythme  » –, l’ancien Munichois a allié les gestes à la parole en rendant une copie indigne de son rang. Entre son inhabituel manque d’agressivité, ses relances hasardeuses et ses anticipations manquées, Gustavo a été fautif sur trois des quatre buts lyonnais, ayant souvent un train de retard. Oui, il est temps de replacer le Brésilien à son poste habituel pour former une double sentinelle Strootman-Gustavo qui, déjà, soulagerait la défense phocéenne.

Une solution nommée Kamara ?


Réactif et lucide, Rudi Garcia a tenté de rectifier le tir après le troisième but lyonnais en remontant le Brésilien aux côtés d’un Kevin Strootman pas beaucoup plus inspiré et coupable sur le penalty du 4-1, alors que le jeune Kamara entrait pour compléter la charnière à droite de Ćaleta-Car. Rugueux, propre et efficace, le jeune défenseur central formé sur la Canebière a une nouvelle fois tout sauf déçu, et donc prouvé qu’il pouvait largement prétendre à une place de titulaire dans cette charnière en chantier.


Et ce n’est pas la première fois que Boubacar Kamara prouve son potentiel. Ce qui pousse à pointer du doigt les choix de Rudi Garcia et de la direction phocéenne : pourquoi acheter un jeune défenseur central prometteur la peau des fesses alors que l’OM en avait déjà un sur le banc ? Pourquoi préférer Ćaleta-Car, visiblement pas encore acclimaté ? Pourquoi bannir Aymen Abdennour, Gregory Sertic ou même Dória ? Dans la même veine, pourquoi ne pas avoir attiré une doublure à un Jordan Amavi émoussé ? Car derrière l’ancien Niçois, toujours prompt à se projeter offensivement, mais moins enclin à être solide défensivement, il y a bien Christopher Rocchia (vingt ans), présenté comme une belle promesse, mais qui n’a jamais eu sa chance. Alors, si l’OM aspire à vraiment peser lors des grands matchs, il faudra retrouver une assise défensive égarée. Bien avant de dénicher un grand attaquant.

Par Adrien Hémard
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 13:51 Papus Camara : « S'attendre à ce qu'ils montrent un autre visage » 18 Hier à 12:06 Un quintuple sauvetage fou en FA Trophy 13
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom
Hier à 11:22 La gendarmerie saisit 500g de résine de cannabis à l'effigie de CR7 36
À lire ensuite
L'OL gifle l'OM