Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéoPhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociaux MoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 5 Résultats Classements Options
Abonne-toi à SOFOOT Boutique (Photos, T-Shirt, goodies, etc.)
  1. // Ligue des nations
  2. // Demies
  3. // Italie-Belgique (2-1)

L'Italie cuisine la Belgique

La Nazionale a bouffé la Belgique pendant une heure de jeu, avant de manquer d'avaler de travers en fin de match. Les Diables rouges se seront néanmoins mis à table trop tard, et c'est bien l'Italie qui finit 3e de cette seconde édition de Ligue des nations (2-1).

Modififié

Italie 2-1 Belgique

Buts : Barella (47e), Berardi (65e, sp) pour l'Italie // De Ketelaer (86e) pour la Belgique

Qu'elle gagne ou qu'elle perde, il faut croire que cette Italie-là ne sait décidément plus s'ennuyer. Tout le monde court dans le même sens. À l'arrière, on crie en avant. À l'avant, on crie à l'arrière, une fois le cuir perdu. Moralité ? Si le bloc azzurro n'est pas impénétrable, il est bien souvent implacable. La Belgique aura fricassé pendant une heure de jeu dans la poêle italienne, avant d'enfin se rebeller. Trop tard, cependant, pour ne pas passer à la casserole. Globalement supérieure, c'est bien l'Italie qui monte sur le podium de cette Ligue des nations.

Chiesa intenable, Courtois impassable


Le plaisir, ça se partage. Des deux côtés, les coachs ont décidé de faire tourner, afin qu'à peu près tout le monde puisse croquer sa part dans ce dernier morceau de Ligue des nations. Pas une mauvaise idée. L'Italie croque tout de suite son bout de gras, en appliquant sa recette habituelle : un pressing asphyxiant, un jeu de percussion ambiancé au milieu par Pellegrini et Locatelli, le tout rehaussé par les courses de Chiesa et Berardi. Classique, mais efficace : les ailiers azzurri mettent Courtois en danger à plusieurs reprises, mais le dernier rempart belge tient parfaitement son créneau. À la réception d'une superbe ouverture, Chiesa, une fois de plus intenable ce dimanche, pense bien trouver la faille avant la pause. Mais sa frappe enchaînée est encore détournée par le grand albatros du Real Madrid. En face, la Belgique souffre et mord seulement par intermittence, alors que Saelemaekers, servi par Batshuayi, trouve la barre de Donnarumma d'un tir enroulé.

C'est sexy, c'est l'Italie


Dominatrice, la Nazionale ne change rien dans le second acte, et ce qui devait arriver arriva : à la retombée d'un corner, Barella botte une volée rasante qui ne laisse aucune chance à Courtois. Superbe, comme le collectif italien, deux classes au-dessus techniquement de Diables rouges franchement largués. Batshuayi, d'un énorme cachou dans un angle fermé, est pourtant à un rien d'égaliser, mais sa frappe vient s'écraser sur le montant adverse. Un tournant malheureux, qui laisse la Belgique désarmée. Quelques minutes plus tard, Chiesa balade Castagne et se dégote un penalty plutôt généreux, que Berardi transforme dans la foulée.

De quoi zigouiller une bonne fois pour toute le suspense restant ? Niet. Les gars de Martínez retrouvent des tripes et des jambes, mais la Belgique, maraboutée, va une fois de plus toucher du bois par Carrasco. C'est finalement De Ketelaer qui va rebooster le moral du onze du Plat Pays. Lancé par une longue passe à la main de Courtois, le wonderkid de Bruges peut ajuster Donnarumma de près. Une réaction d'orgueil trop tardive. L'Italie s'impose avec la manière et finit fort joliment 3e de cette seconde édition de la Ligue des nations.



Italie (4-3-3) : Donnarumma - Di Lorenzo, Acerbi, Bastoni, Emerson - Barella (Cristante, 70e), Locatelli, Pellegrini (Jorginho, 71e) - Chiesa, Raspadori (Kean, 66e), Chiesa. Sélectionneur : Roberto Mancini.

Belgique (3-4-2-1) : Courtois - Alderweireld, Denayer, Vertonghen - Saelemaekers (De Ketelaere, 59e), Witsel, Tielemans (De Bruyne, 59e), Castagne - Vanaken, Carrasco (Trossard, 87e) - Batshuayi. Sélectionneur : Roberto Martínez.



Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine Tsugi
Hier à 15:30 Les joueurs de Cruzeiro stoppent leur grève 4
Partenaires
Foot.Fr : Boutique De Foot : Maillot, Survêtement, Chaussures, Ballons Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Pronostic Foot 100% Gratuits ! + de 100 Matchs analysés / semaine
Hier à 12:33 Viens mater PSG – Leipzig lors d’une projection So Foot !
À lire ensuite
Mbappé a pris le pouvoir