Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 44 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Record d'invincibilité

L'invincible armada de Hambourg

S'il ne perd pas face à Augsburg, le Bayern Munich en sera à 37 matchs sans défaite en Bundesliga, battant ainsi un record vieux de 30 ans, détenu jusqu'ici par Hambourg. Une équipe formidable, et quasiment intouchable alors.

Modififié
« Si tu viens de Dortmund / Sache que l'argent ne marque pas de buts / Si tu viens de la capitale, on te chie dessus ainsi que sur ta chanson / […] Si tu viens de Munich / Alors on t'enlève ta culotte en cuir! Oooh Hambourg ma perle / ô toi, superbe ville / Tu es ma maison, tu es ma vie / Tu es la ville que j'aime. » Comme à chaque match à domicile du Hamburger SV depuis 2001, Lotto King Karl monte sur sa grue et, devant la Nordtribüne, chante sa chanson devenue culte. Dans les travées de l'Imtech Arena, on doit probablement se marrer et s'extasier à l'écoute de ces paroles. Car c'est tout ce qu'il reste. Un Uwe Seeler, par exemple, doit probablement avoir mal à son club en ce moment. Qu'il est loin, le temps où la légende du HSV finissait meilleur buteur de la 1. Bundesliga, dans les années 60. À vrai dire, ça fait un moment qu'on ne s'est pas marré dans la ville de la Hanse. Des années que le club subit des crises internes, quand il n'est pas tout simplement au bord de la relégation. Alors oui, il y a eu quelques joies par-ci par-là, les plus récentes étant ces deux demi-finales de C3, en 08-09 puis en 09-10. Mais tout ceci n'est rien en comparaison de « l'Âge d'Or » du Hamburger Sport Verein, la fin des années 70, le début des années 80. Le Hambourg de Felix Magath, Manfred Kaltz et Horst Hrubesch, équipe invaincue durant 36 matchs de Bundesliga, du 30 janvier 1982 au 29 janvier 1983.

Vidéo
« Manni centre, moi tête »

Si ces noms ressortent plus souvent que d'autres, ceci est dû à la volonté d'un homme : Ernst Happel. Le charismatique coach autrichien a bâti son équipe sur ces hommes. Kaltz derrière, Magath au milieu, Hrubesch devant. Quatrième après une défaite face à l'Eintracht Brunswick juste après la trêve de la saison 81-82, le HSV se réveille et se met à martyriser tout ce qui bouge : 6-1 face au Fortuna Düsseldorf, 6-1 aussi face au 1. FC Nuremberg, 4-0 face au 1. FC Kaiserslautern, et 5-0 face au grand rival, le Werder Brême. Mais s'il est un match référence de cette époque, c'est probablement la victoire 4-3 sur la pelouse du Bayern Munich, le 24 avril 1982. « À la mi-temps, on était menés 2-1, suite à des buts de Dieter Hoeness et Udo Horsmann » , se rappelle Jimmy Hartwig, un des héros de l'époque, également buteur durant cette rencontre. «  Dans les vestiaires, Ernst Happel nous a regardés et a crié : "Bande de fils de pute ! Bougez-vous !" » Hambourg aura beau encaisser un troisième but toujours par l'intermédiaire du frère d'Uli, les paroles du « Magicien » ont fait leur effet. Thomas von Heesen et Horst Hrubesch par deux fois retournent le score et Hambourg finira par s'imposer et filer vers son cinquième titre de champion d'Allemagne (le deuxième depuis 1963). « À l'époque, c'était pas compliqué, aime à dire Hrubesch. Manni [Kaltz] centre, moi tête, but. » C'est d'ailleurs ainsi que le « Monstre » finira meilleur buteur du championnat cette saison-là, avec 27 pions en 32 matchs.

Vidéo
La défaite face au rival


À l'international, le HSV fait peur également. Depuis les années 70, le « Dinosaure » est bien connu des autres clubs européens : quarts de finale de C3 en 74-75, demi-finale de C3 en 75-76, victoire en C2 en 76-77, finale de C1 perdue lors de la saison 79-80 face à Nottingham Forest, après avoir battu le Real Madrid 5-1 en demi-finale retour (match considéré comme le meilleur match de l'histoire du club)... Les mecs de la Hanse ne sont pas là pour rigoler. Et, lors de la saison 82-83, ils continuent de tout balayer sur leur passage, réalisant même le doublé : un deuxième Meisterschale de suite, et puis une victoire en finale de C1 face à la Juventus de Zoff, Scirea, Platini, Boniek et Bettega. 1-0, but de Magath. Il fallait au moins ça pour atténuer la douleur de la fin de la série de matchs sans défaite. Non pas parce qu'elle s'est arrêtée au bout de 36 matchs (ce qui est déjà énorme), mais parce qu'elle s'est arrêtée suite à une défaite 3-2 face au rival, le Werder de Rudi Völler et Otto Rehhagel, lors d'une froide soirée de janvier 1983. Et aujourd'hui, ce record va tomber aux oubliettes, et être effacé par le Bayern Munich. À Hambourg, on sait de toutes les manières qu'il y a une performance qui restera à jamais hors de portée des Bavarois : le nombre de saisons consécutives dans l'élite depuis la réforme de 1963. Le Bayern est monté en 1. Bundesliga en 1965, tandis que le HSV en est à sa 51e saison de rang. Le « Dinosaure » a la peau dure.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Le Kiosque SO PRESS

Hier à 16:11 Premier League : le mercato estival fermera encore plus tôt 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Tsugi Olive & Tom