Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 2 Résultats Classements Options

L’invincibilité de la Juve en dix dates

Samedi soir, la Juventus s’est inclinée face à l’Inter, mettant un terme à une folle série de 49 matchs sans défaite en Serie A. Retour sur le parcours des invincibles, qui restera comme la deuxième plus belle série de l’histoire, derrière celle du Grande Milan (58).

Modififié
22.05.2011 / Juventus-Napoli 2-2

La série commence au Stadio Olimpico de Turin. La Juve termine une saison de merde, face à un Napoli qui s’est assuré la semaine précédente une historique qualification pour la Ligue des champions. Du coup, pas beaucoup d’enjeu pour cette dernière rencontre de la saison, d’autant que la Juve est déjà certaine de ne pas participer à l’Europe la saison suivante. Match agréable, toutefois. Le Napoli ouvre le score par Maggio, la Juve égalise en début de seconde période par Chiellini. A vingt minutes du terme, Lucarelli redonne l’avantage aux Napolitains (son unique but avec le maillot partenopeo) mais à quelques minutes du coup de sifflet final, Matri remet les compteurs à zéro, pour le 2-2 final. Luigi Del Neri ponctue ainsi son aventure turinoise et, sans le savoir, lance la plus belle série d’invincibilité de l’histoire du club.


11.09.2011 / Juventus-Parma 4-1

Premier match de la saison 2011/12. Premier match dans un Juventus Stadium flambant neuf. Premier match d’Antonio Conte sur le banc turinois. Premier match d’Andrea Pirlo avec le maillot bianconero sur les épaules. Trop de raisons pour que la Juve balaye Parme lors de ce baptême de la nouvelle saison. Séduisants, les Bianconeri développent du beau jeu, Pirlo régale déjà avec des ouvertures folles, Marchisio inscrit un but magnifique. Bref, le Juventus Stadium se régale, et cela fait du bien, vu les deux dernières saisons que viennent d’offrir les joueurs turinois. Le but de Giovinco, inscrit sur pénalty à la dernière minute, ne change rien à la fête. La Juve s’impose 4-1, et envoie déjà un signal à la Serie A : elle est bien de retour, et elle n’est pas là pour rigoler.


02.10.2011 / Juventus-Milan 2-0

Le premier gros match de la saison se dispute au Juventus Stadium, contre le champion en titre, le Milan AC. L’équipe rossonera effectue un début de saison laborieux, puisqu’au coup d’envoi, elle compte déjà trois points de retard sur la Vieille Dame. Malgré un Milan AC qui aligne une équipe type (Nesta, Thiago Silva, Seedorf, Boateng, Cassano, Zlatan, la belle époque quoi), la Juve domine et se crée de nombreuses occasions. Mais les Rossoneri s’appuient sur un super Abbiati, qui annihile toutes les occasions de la formation d’Antonio Conte. Mais le portier va finir par craquer. A la 87e minute, Marchisio réussit enfin à faire sauter le verrou. Sur un nuage, le milieu de terrain turinois double même la mise dans les arrêts de jeu, d’une reprise de volée lointaine qu’Abiatti laisse passer entre ses jambes. Le Juventus Stadium chavire, et comprend que son équipe a toutes les cartes en mains pour jouer le titre dès cette saison.


29.11.2011 / Napoli-Juventus 3-3

Après avoir battu tour à tour la Fiorentina, l’Inter et la Lazio, la Juventus doit se déplacer dans la fournaise du San Paolo, là-même où les Turinois ont encaissé un sévère 3-0 la saison précédente. Naples, ennemi juré de la Juve, part avec de grosses intentions. Le match commence par un drôle d’épisode, avec un pénalty de Hamšík. Le Slovaque le transforme, part le célébrer, mais doit en fait le retirer. Déstabilisé, il expédie sa deuxième tentative dans les tribunes. Dans la foulée, le crêté se rattrape en ouvrant le score. La Juve est en difficulté, et encaisse un deuxième but de Pandev. En début de seconde période, Matri réduit l’écart. Mais le Napoli (privé de Cavani) contrôle, et inscrit même un troisième but par Pandev à vingt minutes du terme. À ce moment-là, c’est quasiment sûr : la Vecchia Signora va subir sa première défaite de la saison. C’était sans compter sur l’esprit de révolte des Turinois, qui réduisent d’abord l’écart par Estigarriia (72’) avant d’égaliser par Pepe (80’). Un nul miraculeux, obtenu au courage, qui donne encore plus de conviction aux joueurs de Conte.


25.02.2012 / Milan-Juventus 1-1

24e journée de Serie A. La Juve est toujours invaincue, mais c’est bien le Milan AC qui est en tête, avec un point d’avance sur les Bianconeri. Le match de San Siro est donc décisif. En cas de succès, Milan s’envolerait en tête du classement, tandis qu’en cas de défaite, le club d’Allegri verrait la Juve passer devant. Pendant la première demi-heure, la Juventus est acculée sur ses propres buts comme jamais. Milan ouvre le score par Nocerino, avant de doubler la mise par Muntari. Mais l’arbitre, M. Tagliavento, juge que le ballon n’avait pas dépassé la ligne, alors qu’il était entré de quasiment un mètre. Du coup, en seconde période, les Turinois se réveillent et appuient sur l’accélérateur. Matri croit égaliser mais est signalé hors-jeu (là aussi, erreur, il n’était pas hors-jeu), mais le buteur ne se démonte pas et score quelques minutes plus tard, pour le 1-1 final. La Juve sort donc indemne de Giuseppe Meazza. Un score qui s’avèrera décisif dans l’attribution du Scudetto, quelques semaines plus tard.


17.03.2012 / Fiorentina-Juventus 0-5

Après trois nuls consécutifs contre le Chievo, Bologne et le Genoa, la Juventus a laissé filer le Milan en tête du classement. En gros, aucun faux-pas n’est permis sur la pelouse de la Fiorentina, si la Juve veut encore croire au titre. Tout commence plutôt bien, puisque Vučinić ouvre le score dès la 11e minute. Dans la foulée, Cerci, le joueur de la Fiorentina, fait absolument n’importe quoi et reçoit un carton rouge mérité. La Fiorentina se retrouve à dix après vingt minutes de jeu, et la Juve va asseoir son emprise sur la partie. Vidal double logiquement la mise à la demi-heure. En deuxième période, le récital se poursuit. Marchisio, Pirlo et Padoin y vont chacun de leur petit but, pour un 5-0 historique. Le Milan AC s’impose pour sa part face à l’AS Roma, mais les joueurs de Conte retrouvent un moral d’acier suite à cette brillante victoire. D’autant que leur série d’invincibilité s’élève désormais à 29 rencontres.


06.05.2012 / Cagliari-Juventus 0-2

Dans la dernière ligne droite, le Milan AC laisse filer des points bêtement et la Juve, intraitable, en profite. Les Turinois battent tour à tour l’Inter, le Napoli, la Lazio et la Roma, confirmant que plus rien ne peut désormais les arrêter. Un match nul concédé à la dernière minute face à Lecce redonne de l’espoir aux Milanais. Lors de l’avant-dernière journée, la Juve joue à Trieste contre Cagliari, tandis que le Milan AC dispute le derby de la Madonnina. C’est le match du titre. Vučinić ouvre la marque dès la 6e minute, et Cannini marque contre son camp à un quart d’heure du terme. Dans le même temps, l’Inter met la misère au Milan AC (4-2), offrant ainsi le Scudetto à l’équipe d’Antonio Conte. Neuf ans après sa dernière victoire officielle (2003, puisque les Scudetti de 2005 et 2006 ont été révoqués), la Juve est championne d’Italie. La semaine suivante, elle termine la saison invaincue, en battant l’Atalanta. 38 matchs sans la moindre défaite, personne n’avait jamais réussi un tel exploit dans un championnat à vingt clubs. Chapeau.



25.09.2012 / Fiorentina-Juventus 0-0

La saison 2012/13 recommence comme la précédente : sans la moindre défaite. La Juve remporte ses quatre premiers matchs de championnat (Parme, Udinese, Genoa, Chievo) et affronte la Fiorentina lors du cinquième tour. Florence, c’est justement là que la Juve, avec un succès 5-0 quelques mois auparavant, avait lancé sa course vers le Scudetto. Mais ce coup-ci, c’est une autre affaire. Pour l’une des toutes premières fois dans l’ère Conte (qui n’est plus sur le banc car suspendu, remplacé pour les matchs officiels par Massimo Carrera), la Juve affiche une certaine fébrilité. Si elle ressort indemne de l’Artemio Franchi, elle concède beaucoup d’occasions à son adversaire et, surtout, ne se procure quasiment aucune situation favorable. L’invincibilité atteint désormais les 44 matchs. Mais la Juve a risqué.


20.10.2012 / Juventus-Napoli 2-0

Le match nul contre la Fiorentina n’est finalement qu’un détail. Dès la semaine suivante, la Juventus corrige la Roma, avant de battre Sienne. Se dresse alors le Napoli au Juventus Stadium, pour le match au sommet de la 8e journée de Serie A. Naples, seule équipe à avoir battu la Juve de Conte en match officiel (finale de Coupe d’Italie), débarque à Turin avec la ferme intention de s’imposer. Le match est fermé, combattu, mais l’équipe de Mazzarri, hormis une barre de Cavani sur coup franc, ne se montre jamais dangereuse. La Juve pousse, pousse, pousse et finit par trouver l’ouverture par Cáceres, sur corner. Pogba double la mise, et offre un superbe succès aux Turinois, qui semblent totalement inarrêtables. 47 matchs sans connaître le moindre revers. Le record du Milan AC n’est plus qu’à onze matchs.


28.10.2012 / Catania-Juventus 0-1

Allez donc savoir si les polémiques du match de Catane ont eu une influence psychologique sur les joueurs de la Juventus… 28 octobre. Les Turinois se déplacent au stadio Massimino. Le début de match est compliqué et Catane croit ouvrir le score par Bergessio. Mais le juge de ligne annule pour hors-jeu. Le ralenti est formel : il n’y avait pas hors-jeu. La Juve, qui domine le reste de la rencontre, s’impose finalement 1-0, grâce à un but de Vidal inscrit suite à une position de hors-jeu de Bendtner. À la fin de la rencontre, les médias et les dirigeants de Catane se déchaînent. La Juve est à nouveau dans l’œil du cyclone. Quelques jours plus tard, elle rame pour s’imposer face à Bologne, et ne doit son salut qu’à un but de Paul Pogba dans les arrêts de jeu. Le 49e et dernier match de la folle série. Samedi soir, contre l’Inter, la Juve s’écroule. Malgré l’ouverture du score très tôt dans le match de Vidal, l’Inter ne se démonte pas, revient dans le match et finit par s’imposer, 3-1. La Juve ne battra pas le record du Milan AC (58 matchs de mai 1991 à mars 1993) mais peut encore battre un record. Celui du nombre de matchs sans défaite à l’extérieur. Milan s’était arrêté à 38. La Juve en est 24. Il va falloir cravacher, quand même.



Par Eric Maggiori
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 1 heure L'organisateur de la CAN sera connu le 9 janvier 6
Hier à 21:30 Le bonbon de Bruno Alves sur coup franc 2
À lire ensuite
Liverpool ne décolle pas