Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options

L’interdiction de recrutement du PSG tuerait-elle la presse mercato ?

À l’heure où l'UEFA planche sur les comptes d'une soixantaine de clubs européens, dont le PSG, il était temps de se demander ce que deviendrait la presse spécialisée si demain l’interdiction de transférer du PSG, et plus largement des grands clubs, venait à s’officialiser. Une décision, encore improbable, qui serait loin de pénaliser uniquement la direction qatarie des Parisiens, mais qui influerait également sur ceux qui se sont spécialisés dans le suivi au quotidien des infos mercato.

Modififié
«  PSG : Ça se confirme pour Baselli  » (Maxifoot), «  Le PSG crée des tensions à la Juventus au sujet de Pogba  » (Foot01), «  Le PSG à la lutte avec le Barça, Arsenal et Milan pour un jeune talent en herbe  » (Footmercato). 3 sites, 3 rumeurs. Le mercato estival ne pointe même pas le bout de la claquette que la presse « spécialisée » se déchaîne déjà sur les ambitions parisiennes. Pourtant, qu’elles soient plus ou moins crédibles, ces pistes pourraient ne jamais aboutir. En effet, l’UEFA étudie depuis plusieurs semaines le cas parisien au regard de la future application du fair-play financier. Selon les révélations du Telegraph, l’instance européenne serait même sur le point de prononcer une interdiction de transfert la saison prochaine à l’encontre du club soutenu par les têtes couronnées qataries. Un tremblement de terre pour le PSG, désireux de se renforcer pour décrocher la coupe aux grandes oreilles en 2015, mais également pour les médias. Omniprésent sur les homepage et éditions papier, le club de capitale pourrait déserter des colonnes mercato qu’il truste sans partage depuis bientôt 2 ans. Une absence qui pourrait pénaliser ceux qui ont fait des arrivées supposées d’Hazard, CR7 ou Messi dans la ville lumière un cheval de bataille.

Le PSG, objet de toutes les attentions

«  Notre société a des courbes positives d’audience pratiquement continues depuis près de deux ans. C’est la société qui s’installe, la marque qui est reconnue et un public qui nous soutient, mais effectivement l’élan amené par les stars du PSG a eu une influence. C’est évident.  » Alexis Bernard, rédacteur en chef du 10 Sport, le concède sans détour : le club de la capitale est une locomotive médiatique. Au gré de ses publications, le titre réserve d’ailleurs une place de choix à une équipe devenue objet de toutes les attentions. Sur les 6 dernières éditions de l’hebdomadaire, le PSG s’affiche en couverture sans discontinuer. Une omniprésence qui ne doit rien au hasard : «  On ne se rend pas compte de la chance que l’on peut avoir, nous, journalistes ou simples amateurs de sport, d’avoir un club comme le PSG. C’est colossal. Aujourd’hui, on parle de Zlatan alors qu’il y a quelques années, on parlait de Fabrice Fiorèse  » , analyse Bernard, dont la mise en perspective est imparable. Mais à vouloir surfer sur la cote dont jouit le PSG, les médias sont parfois accusés de s’être lancés dans une course au sensationnel. Fitzgérald Thomas, qui gère entre autres les intérêts d’André Ayew, Djilobodji ou Idrissa Gueye, pointe ces dérives : «  Le problème de la presse, c’est qu’il y a tout et n’importe quoi sur ces sites.  » Si cette tendance n’est pas nouvelle et rappelle aux bons souvenirs des gazettes estivales, le phénomène semble s’être amplifié avec Paris. Certains sites tancés pour la fiabilité parfois aléatoire de leurs informations souhaitent d’ailleurs se démarquer de cette réputation de « marchand de sable » . Contactée, la rédaction de Footmercato n’a pas voulu s’exprimer sur le sujet, considérant que «  son actualité tournait de moins en moins autour du mercato  » . Pourtant, un simple examen des pages du site suffit à constater la présence importante du PSG et des rumeurs de transfert le concernant. Alexis Bernard, qui reconnaît la place réservée aux mouvements de joueurs parisiens dans ses éditions, s’attache en revanche à louer le professionnalisme de son équipe : «  Il faut continuer à garder son sérieux dans le travail, même si l’on sait qu’il y a beaucoup plus d’enjeux. Le sérieux qu’on apporte sur une info sur le FC Nantes doit être le même que sur une info PSG. La crédibilité n’a pas deux mesures. Notre travail doit être constant dans tous les compartiments du jeu. Il y a un mot que je déteste, c’est la rumeur. La rumeur peut exister, mais n’a pas vocation à exister sur le 10 Sport. La rumeur, c’est un bruit ; nous, on travaille sur l’info. Même si la nuance est parfois compliquée à faire comprendre.  » Une nuance qui pourrait bien survivre à l’éventuelle disparition du PSG sur le marché.

« Le mercato ne meurt jamais »


« Dream bigger. » Si la devise en a pris un coup depuis l’élimination face à Chelsea, le slogan symbolise parfaitement les rapports entre la presse et le PSG. Plus gros, plus puissant, le club de la capitale a bouté hors des pages d’actualité ses homologues de Ligue 1 moins fortunés. Surtout, il a pris une place laissée vacante selon Sébastien Casenaz, agent chez Perf’Eleven : «  Le foot français sort d’une crise financière. Ça va mieux, mais la plupart achètent pour 3-4 millions et ont des restrictions budgétaires. Le PSG a complètement dérégler le marché l’été dernier. Aujourd’hui, il n’y a plus de limite, plus de valeur objective. Si Marquinhos vaut ça, alors untel vaut ça… Ça a changé la donne et ça s’est répercuté sur d’autres clubs qui n’ont pas transféré cet été.  » Au fond, le PSG est un aimant que s’est nourri du vide ambiant. Et si le PSG venait à manquer le prochain mercato, d’autres se chargeront de combler l’énorme trou causé par l’interdiction de l’UEFA : «  Cela aurait une influence pour un média comme le nôtre, je ne peux pas le nier. Mais ce ne serait pas non plus la mort. Il y a encore d’autres clubs comme Monaco  » , prophétise Alexis Bernard avant de décrypter son travail sur une saison « classique » : «  Il y a deux gros temps forts. Les mois d’hiver et puis de mai jusqu’à septembre. Ça fait une moitié d’année de temps fort. Et puis tous les mois d’entre-deux sont intéressants aussi parce que le mercato ne meurt jamais. En février, on se lance sur le suivant ; en septembre, on digère le mercato et on s’ajuste en vu du mercato d’hiver parce il y a tout le temps des tractations, des contrats…  » Comme le relève Jean-Marie Cantona, médias et clubs ont de toutes façons un lien privilégié : «  Le foot, c’est des joueurs qui ont une certaine valeur et qui sont comparés à d’autres joueurs. Et puis, il y a tout ce qui tourne autour. La presse quotidienne, les sites internet… Qui eux communiquent tous les jours sur tels ou tels joueurs, des rumeurs infondées… Ça fait partie de tout ce qui est autour. La valeur médiatique a une partie dans la valeur d’un joueur. La valeur médiatique, c’est la personnalité, et ça donne parfois des joueurs surcotés…  » Avec le PSG, cette « valeur médiatique » a semble-t-il pris une tout autre dimension. Une absence du club de la capitale sur le marché serait donc préjudiciable, surtout en matière d’image, mais ne causerait pas la mort de ces organes de presse. Ils perdraient seulement les « amateurs » de la dernière heure, venus au ballon rond depuis que Zlatan a troqué l'Italie pour le PSG.

Par Raphaël Gaftarnik et Martin Grimberghs
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Concours FIFA 19 Gagne un séjour à Barcelone pour assister au Clasico
Hier à 18:05 La FIFA suspend trois dirigeants nord-américains à vie 7
Partenaires
Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 14:22 Un chien tacle un joueur en D4 roumaine 16