Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 46 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Présentation

L’homme à suivre de la septième journée de Premier League

Formé à Manchester United entre 2014 et 2016 avant de connaître la Premier League et d’être prêté par les Red Devils, Timothy Fosu-Mensah est de retour à Old Trafford avec Crystal Palace. Pour montrer qu’il mérite d’y avoir une chance à l’avenir.

Modififié


Lorsqu’une équipe se mange un 4-0 dans la tronche, sa trachée reste souvent bloquée. Et puisque tout le monde est occupé à s’assurer que le cœur continue de fonctionner, personne ne songe à regarder les autres organes. Rien de plus logique, finalement. C’est donc tout naturellement que la prestation de Timothy Fosu-Mensah est passée quasiment inaperçue lors du France-Pays-Bas disputé à la fin du mois d’août dernier. Pourtant, le Néerlandais, titulaire sur le côté droit de la défense oranje pour la toute première fois de sa carrière, s’est révélé comme l’élément le moins bidon de son pays. Alors même qu’il était sur la route de Thomas Lemar, l’homme du match. Bon défensivement et étonnamment mature au vu de son expérience limitée, le latéral a tout simplement été le seul point positif hollandais. « C'est une journée spéciale, mais qui ne se termine malheureusement pas avec le résultat souhaité, a réagi le principal intéressé. Je suis très reconnaissant envers l'entraîneur pour la confiance qu'il a placée en moi. J’en suis très heureux et je serai toujours reconnaissant envers Dick Advocaat pour cette opportunité. »


Convaincant partout, tout le temps


Sauf que cette cape, Fosu-Mensah la doit avant tout à ses choix, à son talent et à ce qu’il montre en Angleterre depuis plusieurs mois. Tout a commencé en 2006, lorsque l’arrière-milieu polyvalent (qui n’a alors que huit ans) signe à l’Ajax Amsterdam, club de la ville où il est né. Le gamin s’y forme jusqu’à ses seize piges, histoire de se faire les dents, avant de tenter l’expérience anglaise. À Manchester United, rien que ça. Chez les jeunes du club, Timothy et son numéro six impressionne, que ce soit devant ou en défense. En parallèle, le jeune Amstellodamois carbure avec les sélections juniors de son pays, dont il fréquente toutes les catégories (de U15 à U17). Résultats : MU lui offre un contrat professionnel pendant qu’il s’empare du brassard chez les U19 des Pays-Bas.


En 2015-2016, Fosu-Mensah dispute ainsi dix rencontres avec Manchester sous les ordres de Louis van Gaal (huit en championnat, deux en coupe). La saison suivante, ce total monte à onze avec José Mourinho aux commandes (quatre en Premier League, trois en coupe, quatre en Ligue Europa). Surtout, le bonhomme montre de très belles choses durant les préparations estivales. « Ce que je dois dire de United, c’est que de nombreux jeunes que je voyais quand j’étais là-bas sont absolument fantastiques. Je pense notamment à Timothy, lâche d’ailleurs Rafael en mars 2016. C’est mon ami, je pense qu’il pourra faire encore bien mieux que ce qu’il a déjà fait. » Alors, pourquoi ne pas offrir véritablement la chance à un type dont la pointe de vitesse a été chronométrée à 34,76 kilomètres/heure et qui n’attend qu’une opportunité pour aller aussi vite dans son ascension ?

Partir pour mieux revenir


La réponse est simple : à Manchester, la concurrence reste sans doute trop forte pour le petit gars qui n’a pas encore fêté ses vingt printemps (il les aura le 2 janvier prochain). Avec Paul Pogba, Nemanja Matić, Michael Carrick, Ander Herrera, Marouane Fellaini, Ashley Young, Matteo Darmian, Antonio Valencia, Luke Shaw, Daley Blind, Chris Smalling, Phil Jones, Éric Bailly, Victor Lindelöf ou encore Marcos Rojo, les postes défensifs étaient bien trop prisés pour que Fosu-Mensah puisse grandir tranquillement. Raison pour laquelle Mourinho lui a indiqué la porte du prêt qui mène vers Crystal Palace cet été, un an après avoir entendu l’agent du joueur refuser net l’idée d’un départ. ( « Ce n'est pas vrai. Ces informations – de transfert – sont des bêtises totales ! » avait-il balancé dans l’International Business Times.)


À Palace, celui qui est né de parents ghanéens et qui a refusé la sélection des Blacks Stars avant d’intégrer le groupe hollandais vit une expérience mitigée. Titulaire indiscutable, le plus souvent dans l’axe droit de l'actuelle plus mauvaise team du Royaume (six défaites en autant de journées, zéro but marqué), Fosu-Mensah continue de convaincre par sa qualité de tacle, ses interceptions et sa concentration, mais pèche encore dans plusieurs domaines, dont la relance et les duels aériens. Des éléments à améliorer s’il veut s’imposer, la saison prochaine ou plus tard, dans un Old Trafford qui n’hésitera pas à lui faire du mal ce samedi.



Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:02 La Premier League aux couleurs de l'arc-en-ciel 22

Le Kiosque SO PRESS