Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 9 Résultats Classements Options

L'étrange Noël de Monsieur Jack

Comme tout le monde, les tifosi du Milan ont passé la journée du 24 décembre à faire des heures de queue pour acheter des cadeaux de dernière minute, à décorer leur sapin d’un harmonieux ensemble de guirlandes rouge et noir et à s’empiffrer de panettone lors de la soirée du réveillon. Le tout avec la boule au ventre, en n’oubliant pas que, malgré les fêtes, leur club reste onzième de Serie A. Heureusement, il y a Giacomo Bonaventura et son fabuleux conte de Noël pour remettre un peu d'aplomb les têtes et les cœurs milanais. Ou pas.

Modififié
5h30, 24 décembre 2017. Giacomo Bonaventura tripote nerveusement le pompon de son bonnet de nuit AC Milan. Un texto vient subitement de le réveiller à cette heure indue. Et Jack ne veut pas regarder son téléphone. Pas aujourd'hui. Pas maintenant. Mais il finit quand même par zieuter avec appréhension l'écran de son portable : « Salut, c'est Gennaro. Entraînement surprise ce matin. Rendez-vous dans 30 minutes à Milanello. PS : n'oubliez pas les crampons antidérapants qu'on vous a fournis la semaine dernière. Bises. »

Winter is coming


C'est donc tête basse que Giacomo débarque sur un terrain enneigé, où l'attendent ses coéquipiers. Gattuso ne tarde pas à débouler dans un ensemble T-shirt manches courtes-bermuda-claquettes Fila, doublé d'une casquette flanquée de la mention « Mad Rino » . « Ça, c'est pour vous montrer que le froid, c'est seulement dans la tête, OK ? Bon, entraînement spécial Noël aujourd'hui. Pas chassés et talons fesses dans la poudreuse, puis exercices devant le but. Allez, ça va être super ! » Giacomo s'exécute, mais tâte lentement le terrain en gardant un œil sur Gennaro. Personne n'a oublié que la semaine dernière, il leur avait concocté une « cession esquive » où il avait décidé de les canarder avec un fusil de paintball pour « tester leurs réflexes » et « leur apprendre à encaisser les coups » .


Bonne nouvelle, pour l'instant, Rino est seulement occupé à jouer du canon à neige à l'autre bout du pré, où il dissimule quelques pièges à loup, histoire de corser l'exercice. La routine. En attendant, tout le monde se retrouve rapidement le cul par terre avant d'avoir parcouru la moitié du terrain. Tout le monde, sauf Suso. L'Espagnol repère une bande de gazon épargnée par la neige sur l’aile droite et claque un bond de danseuse étoile pour sauter au-dessus d'un trou vicieusement dissimulé sous un tas de feuilles mortes. Pour finir par envoyer une frappe impeccable, petit filet opposé. Joli, mais Gattuso est déjà passé à autre chose : le directeur général du club lombard, Marco Fassone, est en train de lui chuchoter au bord du terrain quelque chose à l'oreille, d'un air embêté.

Le traîneau de Gigio, la duckface de Mauro


À partir de là, tout s'enchaîne très vite. Sans qu’il ne sache trop comment, Giacomo Bonaventura enfile un costume de lutin et se retrouve avec ses équipiers et son entraîneur dans les rues de Milan pour une collecte de fonds destinés à remplumer les caisses du club, « parce qu'on doit tous mettre la main à la pâte pour que l’AC Milan se donne les moyens d'être conforme aux critères du fair-play financier » . Manque de pot, Gianluigi Donnarumma, qui parcourt pourtant la ville dans un luxueux traîneau conduit par Mino Raiola, ne ramène que des billets de Monopoly.


Manuel Locatelli rentre lui aussi bredouille malgré le soin évident qu'il a apporté à son déguisement de renne, soi-disant parce que « personne ne veut le croire quand il dit qu'il joue encore au Milan » . Gennaro Gattuso porte, lui, plutôt pas mal son costume de Père Noël ventripotent. Du moins, jusqu'à ce qu'il ne se décide à mettre un coup de boule à Mauro Icardi, qu’il a aperçu dans un centre commercial en train de faire un live Instagram avec Wanda Nara. Finalement, seul Suso s'en sort pas trop mal, en ramenant quelques euros, des invitations pour la soirée privée de fin d'année de Silvio Berlusconi et des boules de Noël sur lesquelles sont dessinées les tronches d'Andrea Pirlo, Alessandro Nesta et Pippo Inzaghi.

Nostalgie et whisky


De quoi inciter tout ce beau monde à rentrer à Casa Milan pour enfin se retrouver sous le sapin et ouvrir les cadeaux. Moment d'intense satisfaction intellectuelle et capillaire pour Ricardo Rodríguez, rapidement absorbé par le dernier livre d'Emmanuel Petit, Les 1001 façons de réussir son catogan. Riccardo Montolivo est moins surpris lorsqu'il constate que ses partenaires lui ont offert l'intégrale du dernier spectacle de Gad Elmaleh. Pour la cinquième année consécutive. Quant à Nikola Kalinić, il reste perplexe devant le DVD que lui ont envoyé des tifosi du Milan, un montage qui fait, en 24 secondes chrono, l'inventaire de l'ensemble de ses buts marqués sous les couleurs rossonere.


Pendant ce temps-là, Leonardo Bonucci zieute d'un œil son cadeau, un livre intitulé L'art et la manière de récupérer son ex, tout en effleurant machinalement du doigt une vieille photo délavée de Giorgio Chiellini, qui ne quitte jamais son portefeuille. Giacomo, lui, préfère s'éloigner de l'arbre de Noël pour accompagner André Silva, qui chante au coin du feu une balade portugaise mélancolique, un verre de porto à la main. Une nostalgie ambiante qui n'entame pas la bonne humeur de Gennaro Gattuso, que Giacomo croise alors qu'il s’apprête à rentrer chez lui, à trois heures du matin passées. Rino, toujours aussi sentimental, claque à son joueur une bise, une bouteille de whisky écossais aux trois quarts entamée en main : « Tu vois, ça c'est l'esprit de Noël, Jack ! Allez, je te laisse, on se voit en 2018. Mais d'ici là, on ne sait jamais, laisse quand même ton téléphone allumé. » Buon natale.

Par Adrien Candau
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Le Kiosque SO PRESS

Hier à 15:01 Fournier, Lacombe et Franck Thivilier vont former des entraîneurs brésiliens 11 Hier à 14:41 Mexique : Maradona déjà en demi-finale du championnat 23