Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 11 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Amical
  3. // Pays-Bas-Angleterre

L’étrange départ de Monsieur Jack

L'Angleterre commence sa préparation pour la Coupe du monde ce vendredi avec un match amical à Amsterdam contre les Pays-Bas. L'occasion pour Jack Wilshere (26 ans), de retour en sélection après presque deux ans d'absence et en fin de contrat à Arsenal, de prouver qu'il peut encore devenir ce qu'il aurait dû être.

Modififié
Londres, le 16 février 2011. Wilshere, tout juste dix-neuf balais, mais déjà professionnel depuis trois ans, marche sur Barcelone et emmène Arsenal vers une victoire 2-1 dans la manche aller du huitième de finale de Ligue des champions. Les Gunners se feront éliminer trois semaines plus tard après une cruelle défaite 3-1 en Catalogne, mais l'essentiel est ailleurs. L’Europe est prévenue, Arsène Wenger et les siens tiennent une pépite qui va les mener vers un avenir radieux. Sept ans plus tard, Jack Wilshere a beau toujours porter le maillot d'Arsenal, rien ne s'est passé comme prévu. Les Canonniers ont collectionné les déceptions, et Wilshere (26 ans), dont le contrat arrive à expiration en juin, est sur le point de faire ses adieux à son club de cœur, avec en toile de fond une question : comment a-t-il pu en arriver là ?

Jack Wheelchair


Si tout le monde se souvient du jour où Jack Wilshere s’est mis l’Europe dans la poche, on connaît aussi le jour où tout a commencé à déconner. Le 31 juillet 2011, cinq mois après la balade de Jack face à Barcelone, Arsenal affronte les New York Red Bulls de Thierry Henry en Emirates Cup, en préparation de la saison à venir. Wilshere quitte ses coéquipiers après seulement sept minutes, la faute à ce qu’on pense à l’époque être « une petite blessure sans gravité à la cheville » . Le vrai bilan médical donne un autre verdict : fin de saison.

Au fil des années, Wilshere enchaîne les blessures comme un adolescent collectionne les déceptions amoureuses : douloureusement. Hormis une seule saison presque pleine qui débouche sur une Coupe du monde 2014 ratée, le milieu de terrain à la conduite de balle brésilienne et au tacle corse passe son temps entre le terrain et l'infirmerie de l'Emirates Stadium, au point de se faire affubler d'un surnom cruellement génial : Jack Wheelchair (chaise roulante, en anglais). En octobre 2016, lorsqu'il affronte Tottenham sous le maillot rouge et noir de Bournemouth où il est prêté, Wilshere boucle 90 minutes d'un match de foot pour la première fois depuis septembre 2014, soit 771 jours.

Afternoon spent on the water, and nope I didn't get injured ???

Une publication partagée par Jack Wilshere (@jackwilshere) le


Revenu dans son club formateur après une saison très correcte à Bournemouth ponctuée par une bonne vieille fracture du péroné, Jack retrouve doucement ses marques cette saison dans une équipe d'Arsenal moribonde, privée de Ligue des champions pour la première fois depuis 1998 et désespérément à la recherche d'un leader. S'il peine à retrouver son niveau d'antan, le chouchou des supporters des Gunners monte progressivement en puissance et peut aisément prétendre à une place dans les 23 Anglais pour la Coupe du monde en Russie, lui qui a déjà participé à l'édition précédente au Brésil et à l'Euro 2016 en France.

« Je n'ai pas besoin d'agent, car je ne quitterai jamais Arsenal »


Depuis ses débuts, l'enfant du pays n'a jamais caché son amour inconditionnel pour Arsenal, le club qu'il supporte depuis qu'il est gamin. Une légende à la source douteuse et jamais vraiment confirmée prétend qu'il aurait un jour déclaré : « Je n'ai pas besoin d'agent, car je ne quitterai jamais Arsenal. » En attendant, outre deux prêts, à Bolton à l'aube de sa carrière et à Bournemouth pour retrouver la forme, Jack est toujours là, dix ans après ses débuts en pro le 13 septembre 2008. Une longévité que ses groupies expliqueront par son amour du maillot, alors que les mauvaises langues évoqueront le peu d'intérêt des grands clubs européens pour un joueur qui passe plus de temps sur le billard que sur le terrain.


Quoi qu'il en soit, s'il arrive à reléguer les blessures au rang d'histoire ancienne et à enchaîner les matchs, il ne fait absolument aucun doute que Wilshere, qui n'a encore que 26 ans, a encore de belles années devant lui. Reste à savoir sous quelles couleurs. En effet, celui qu'on imagine mal sous un autre maillot que le blanc et rouge londonien arrive en fin de contrat en juin et semble bien loin d'une prolongation. Le 14 mars dernier, Arsène Wenger confirmait en conférence de presse sa volonté de conserver son protégé, mais que celui-ci avait refusé la proposition de contrat, pas au niveau de ses attentes salariales.

Jack Wilshere vs Norwich 2013/2014

Après dix ans de blessures, de bagarres et de buts délicieux, Jack Wilshere peut encore espérer remettre les choses à l'endroit. Soulever la Ligue Europa avec Arsenal puis la Coupe du monde avec les Three Lions aurait le mérite de lui éviter de sortir par la petite porte.

Par Noé Boever
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 14:36 Euro Millions : 138 millions d'€ + 1 millionnaire garanti
Hier à 16:58 Neymar lance son propre jeu de foot 72 Hier à 14:14 La statue de Falcao 29 Hier à 14:13 Un Ballon d'or créé pour les femmes 44
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE
Hier à 10:52 Zlatan aide le LA Galaxy à stopper sa mauvaise série 5